Elle a osé TOUT PLAQUER pour VIVRE DE SA PASSION au Japon à 65 ans : Catherine Bréard

Elle a osé TOUT PLAQUER pour VIVRE DE SA PASSION au Japon à 65 ans : Catherine Bréard

reconversion professionnelle

La vidéo : “Elle a osé TOUT PLAQUER pour VIVRE DE SA PASSION au Japon à 65 ans : l’histoire de Catherine Bréard”

Je vais vous parler de l’histoire d’une personne qui a décidé de tout plaquer pour vivre de sa passion au Japon.

Et pour une fois, il ne s’agit pas du cliché du jeune cadre en reconversion qui se claque les bretelles car il part d’une situation initiale (très) confortable pour devenir boucher ou se mettre à élever des chèvres dans la pampa et en faire un livre chiant.

Rien de tout ça ! Aujourd’hui, je vous partage l’histoire d’une personne qui a fait le pari, avec son mari, de créer une société de… mousse au chocolat.

Tout plaquer pour vivre de sa passion ? Vraiment !

Mon invité est Catherine Bréard, surnommée “la reine de la mousse au chocolat”.

Catherine est retraitée et a travaillé dans les ressources humaines au sein d’un pôle emploi.

Aujourd’hui, elle partage son temps entre la France et le Japon.

En 2018, elle décide de tout plaquer pour vivre de sa passion et se consacrer à 100% à son idée de projet professionnel : développer sa mousse au chocolat au Japon.

Nous nous sommes tout de suite très vite entendus et même si nous avons plus de 30 ans d’écart, j’ai constaté que j’avais beaucoup de points communs avec Catherine.

Peut-être parce que nous sommes tous les deux des personnes qui préservent leurs ambitions tout en refusant de rentrer dans les cases et en cassant les préjugés.

Notamment un de ces nombreux préjugés sur l’entrepreneuriat qui consiste à dire qu’arrivé à un certain âge, on doit se ranger et laisser place à la raison plutôt qu’à la passion.

Se reconvertir à 60 ans après une vie de salarié

Catherine et son mari auraient pu rester peinards à profiter de leur retraite.

« Nous, on n’a pas envie de vivre ça, c’est notre droit et c’est notre choix. C’est notre vie. Et notre vie nous le permet. Donc on va le faire. »

Ils ont préféré donner un autre tournant à leur existence en commençant à écrire la première page de leur nouveau livre de vie.

« On a vendu tous nos meubles, on s’est séparé de tout pour le mettre dans notre projet. Et toutes nos économies de retraite. Donc on a zéro ! »

Ils sont donc partis avec toutes leurs économies et 150 kilos de valises pour entreprendre un formidable projet au Japon.

« Moi, on ne me voit plus derrière les valises »

C’était l’occasion pour le couple de retraités de retrouver leur fils parti s’installer au Japon en 2009.

C’est lui qui a donné l’idée à sa mère de venir commercialiser sa mousse au chocolat au Japon après avoir réalisé une étude de marché qui concluait qu’il y avait un créneau à prendre.

Si j’avais dit ça à ma mère, j’aurai automatiquement eu droit à un « NON mais ça va pas toi ! ».

Catherine, elle, a fait confiance en son intuition et s’est dit « je veux bien le faire, mais je veux passer mon CAP de pâtissier avant de partir ».

Retourner à l’école à 60 ans

Elle a donc repris des études pour apprendre la pâtisserie, là où beaucoup de personnes se seraient déjà découragées.

Elle a passé des concours de mousse au chocolat où elle était en compétition avec 50 autres participants.

Eh bien, à force de persuasion, de travail et de force de conviction, elle a relevé tous ces challenges et a même été élue « meilleure mousse au chocolat de France » en 2016.

Ça sentait déjà plutôt bon pour le reste de l’aventure !

Catherine savait qu’elle voulait créer son projet, elle se posait cependant la question : “entreprendre, mais dans quoi ?

« Plus j’avançais dans ma passion et plus je me disais : « je veux continuer dans cette voie, je ne sais pas quoi, mais je veux continuer » »

Ah oui petite précision, ils sont partis au Japon pour créer leur entreprise, sans parler Japonais, ni anglais.

Tout plaquer pour vivre de sa passion ou pour changer de vie ?

Pendant un an, ils ont enchaîné les dégustations gratuites et la confection de mousse au chocolat qu’ils préparent alors dans la salle de bain de leur petit appartement à Tokyo.

Et ça marche, Catherine me partage :

« Au fil des mois, plus ça allait, plus les japonais découvraient la mousse au chocolat et plus ils aimaient».

Fin 2017, elle a l’opportunité de vendre ses mousses à l’institut Français à Tokyo.

« On avait préparé 200 pots de mousse par jour, et à 16h, on avait vendu les 200 pots … On a vendu les 200 pots de mousse en 3h de temps »

Les obstacles ne leur font pas peur

En plus de ne pas parler le japonais et l’anglais. Ils ont tenté avant de changer de vie de faire une levée de fond qui n’a pas abouti.

« On s’est dit, il faut encore avoir un petit peu d’argent pour notre projet. Donc on va essayer de faire une levée de fonds sur notre projet qu’on a expliqué et présenté »

Mais qui n’a pas fonctionné : « on nous a fait comprendre que notre projet ne faisait pas partie de la tech et qu’en plus, on a plus de 60 ans… Personne n’a voulu nous suivre ».

Ce que me partage Catherine me blaze et me rappelle l’histoire de ce français que j’avais rencontré à Montréal. Il y avait lancé son propre concept-restaurant… et ça cartonnait !

Je  lui avais posé cette question un peu « niaiseuse » : « Pourquoi tu n’as pas créé ton projet en France ?».

Il me gueula un « pwoua ! » moqueur en me disant : « En France, ça aurait été la galère. Ici on croit avec toi en ton projet ».

Et ce n’est pas le seul à tout plaquer pour vivre de sa passion, des français qui ont tout lâché pour entreprendre ailleurs, il y en a de plus en plus.

Je connais une de mes amies qui a pris la décision de lancer son projet passion ailleurs qu’en France pour des raisons de créativité.

Je repense à cette fausse idée d’une personne du web que j’ai toujours contredite et qui est convaincue que la France est le plus beau pays du monde pour entreprendre… Hmmm

Sans parler de la lettre d’avocat que Catherine et son mari ont reçu d’une multinationale qui leur interdisait la commercialisation du nom « maman au chocolat » car cette multi avait soi-disant déposé le mot « maman ». On se demande qui cela peut-être… ?

Objectif : réussir sa reconversion professionnelle

Quoi qu’il en soit, Catherine a su conquérir le cœur des japonais sur un marché réputé être trop compliqué à percer. Le Japon est un marché ciblé en dernier par les entrepreneurs, car trop difficile de faire du business là-bas… Peut-être pas pour tout le monde.

Le secret de Catherine est peut-être de particulièrement affectionner les japonais.

Les japonais disent de la mousse au chocolat de Catherine qu’elle « réchauffe les cœurs et elle est pleine d’énergie ».

Il n’y a pas que sa mousse au chocolat qui réchauffe les cœurs et qui est pleine d’énergie.

C’est la parfaite illustration d’une reconversion professionnelle réussie et d’une personne qui a su se différencier des autres pour créer sa propre histoire.

Tout plaquer pour tout recommencer

Une fois l’interview terminée, j’ai eu une sensation de légèreté. Je me suis senti rassuré et plein d’espoir. Pas vous ?

L’espoir que les choses ne sont pas figées même si on est dans un pays qui a tendance à bloquer, freiner ou interdire. Cela ne signifie pas pour autant que vous êtes vous-mêmes bloqués, freinés ou interdits !

« En France, on est très frileux, trop frileux, on pense trop, on voit trop les problèmes devant, et on ne voit pas le potentiel devant. Et ce sont tous ces freins qui font que l’on n’a pas d’investisseurs. »

Je trouve que l’histoire et le projet de Catherine sont encourageants ! Car, en plus de l’espoir, Catherine donne du courage.

Ce courage dont on a tous besoin pour entreprendre quelque chose, faire naître une idée, créer un projet, réaliser un rêve (même si je n’aime plus ce terme, devenu trop racoleur) ou donner vie à ses envies.

C’est une incroyable aventure dans laquelle Catherine et son mari se sont lancés.

Je suis sûr qu’elle donnera l’exemple et l’envie à des milliers d’autres personnes qui rêvent de suivre cette voie.

Ce qui me fait penser à ce qu’a dit un jour Ella Fitzgerald « Ne renoncez pas à faire ce que vous voulez vraiment faire. Là où il y a des rêves, de l’amour et de l’inspiration, vous ne pourrez pas vous tromper. »

Pour aller plus loin :

Vous avez un projet de reconversion professionnelle ? Avant de tout plaquer pour vivre de sa passion, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Optin article

A lire aussi :

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

Elle a osé… lâcher son statut de cadre pour devenir coach scolaire

IL A OSÉ… quitter les pompiers pour OUVRIR UNE BOX de CROSSFIT

Il a osé… quitter Virgin radio pour devenir Kinésiologue

Comment réussir son projet : Orienté process ou résultat ?

Comment réussir son projet : Orienté process ou résultat ?

reconversion professionnelle

Un jour, je parlais avec Morgane Février que vous devez déjà connaître si vous voulez vous devenir entrepreneur, que vous êtes déjà entrepreneur ou femme entrepreneur.

Je lui demandais :

“Comment tu fais pour apprécier passer du temps dans le paramétrage de Clickfunnels ?”

Elle me disait, qu’elle prenait plaisir à paramétrer.

C’est là que j’ai pris conscience de notre complémentarité.

Elle apprécie d’abord le processus (le paramétrage) puis le résultat.

Alors que moi c’est l’inverse.

Je suis plus motivé par le résultat que le processus.

Pour votre projet de création d’entreprise ou de reconversion professionnelle, c’est pareil.

Soit vous êtes d’abord orienté résultat, soit vous êtes d’abord orienté processus.

Faut-il être orienté résultats ? ou processus ? Pour réussir son projet ?

Ces deux points correspondent à un état d’esprit bien spécifique.

Et c’est cela qui vous permet d’aller le plus loin possible dans la réussite de votre projet.

  • Vous êtes soit motivé par un résultat qui met plus ou moins de temps à apparaître.
  • Soit vous êtes motivé par le processus qui vous apporte le résultat escompté.

De ces deux approches doit en ressortir une question que vous devez vous poser, si vous avez l’objectif d’entreprendre votre projet dans les semaines à venir, à savoir :

  • Quel état d’esprit devez-vous adopter pour réussir à long terme ?
  • Qu’est-ce qui importe ? Le score final ? Ou le processus pour atteindre ce score ?
Citation entreprendre, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation estime de soi, citation reconversion, citation trouver sa voie

Le problème d’être orienté résultats

Les personnes qui, comme moi, sont motivées par les résultats, portent plus d’intérêt au score final.

Quelle que soit la méthode utilisée pour atteindre ce score.

Pendant longtemps, je n’étais pas concentré sur le procédé qui me permettait d’attendre le résultat.

Normal, car j’étais plus concentré sur la manière globale d’atteindre un résultat.

Comme beaucoup de personnes, je pensais que le travail à réaliser pour faire naître mon projet était énorme.

Si vous êtes orienté résultats, vous n’accordez pas autant d’importance au moyen que vous mettez en place pour obtenir ce résultat.

C’est-à-dire que vous restez flexible sur la façon de faire évoluer votre projet.

Si votre méthode n’a pas fonctionné, peu importe, du moment que le résultat a été satisfaisant.

Mais voilà, arrivé un moment, je me suis rendu compte que cette approche avait des limites. Deux ans après mon activité, j’ai décidé de changer ma façon de faire.

Vous allez comprendre, pourquoi j’ai décidé de changer ?

Réussir son projet en étant plus méthodique

Si comme moi, vous êtes pressé d’avoir des résultats, il est préférable de ne pas attendre de gravir la montagne pour célébrer vos réussites.

J’ai ainsi préféré sous-diviser mon objectif principal en sous-objectifs, à savoir en mini-projets qui me permettent d’atteindre un résultat plus grand et de formaliser le chemin parcouru afin d’obtenir une carte de route à suivre si j’avais à repasser par là.

Prenons l’exemple des écrivains :

Si un écrivain est axé uniquement sur le résultat et qu’il n’apprécie pas le processus d’écriture, il aura du mal à écrire des livres.

Votre projet peut freiner si vous vous concentrez trop sur la réussite sans en apprécier le processus de création.

Le succès d’un écrivain requiert beaucoup d’écriture avant d’atteindre un résultat.

Mais au fait, je parle du processus, mais qu’est-ce que c’est ?

Être orienté processus

Le processus représente le procédé reproductible par lequel vous allez passer pour pouvoir résoudre un problème ou obtenir un résultat attendu.

C’est de cette manière que vous arrivez en haut de la montagne.

Si comme Morgane, vous prenez plus de plaisir dans la réalisation du processus, vous accordez ainsi plus d’importance à la mise en place de système et de méthodes pour obtenir un résultat.

Les personnes qui sont motivées par le processus sont convaincues que les résultats prendront le dessus si elles procèdent de la bonne manière.

J’ai mis un certain temps avant de comprendre qu’il me fallait avoir un processus clair et formalisé pour pouvoir reproduire les résultats que j’avais obtenus avec mes anciens clients qui ont lancé leur projet.

Quadrupler la probabilité de chance de réussir son projet

C’est en 2016, deux ans après le lancement de mon activité, l’année où je travaillais le plus avec Morgane, que j’ai commencé à intégrer le processus dans ma façon de faire.

J’ai commencé par me poser les bonnes questions :

Quels sont les Étapes et paliers principaux avant d’atteindre le haut de la montagne.

Vous savez ces questions que vous vous posez lorsque vous êtes au stade de l’idée de projet professionnel.

  • Par où commencer ?
  • Quelles sont les étapes ?
  • Comment je peux faire pour trouver des clients ? Dégager une source de revenus ?
  • Etc.

Ces questions qui amènent les futurs entrepreneurs à croire qu’ils ne sont pas à l’aise avec les détails, qu’ils feront fausse route ou que réussir son projet est une utopie.

Beaucoup de ces personnes doutent et s’enferment ainsi dans des blocages qui ne leur permettront pas de donner le meilleur d’elles-mêmes.

Au final, les résultats ne seront pas au RDV.

Alors que les personnes axées sur le processus sont mieux disposées à développer leur projet de manière indépendante.

Car, elles suivent un processus qui leur convient et qui est spécialement conçu pour elles.

À partir du moment où elles formalisent leur processus, elles n’ont plus besoin de supervision.

Elles ont juste à se souvenir du procédé et à l’optimiser de temps en temps.

Si vous êtes soucieux d’être plus efficace chaque jour et passez plus de temps à rechercher et à mettre en place des méthodes de productivité pour faire évoluer votre projet, vous êtes donc comme Morgane, vous êtes orienté processus.

Si vous ne l’êtes pas et que réussir son projet est pour vous important, à savoir connaître un succès à long terme, vous devrez faire comme ce que j’ai fait :

Trouver un équilibre personnel parfait entre le processus et le résultat.

Quel que soit le projet de reconversion professionnel que vous avez, que cela soit de changer de carrière, changer de métier ou lancer son projet.

Ou même réussir dans la carrière que vous avez choisie.

Dans tous les cas :

  • restez curieux,
  • gardez l’esprit ouvert et
  • testez de nouvelles approches tout en mesurant vos résultats.

Apprécier le processus pour réussir son projet

Pour revenir à l’exemple des écrivains, je vais prendre comme illustration ce qu’explique le docteur Art Markman l’auteur du livre Smart Thinking dont je vous ai déjà parlé.

Il explique que les écrivains qui réussissent ne commencent pas à écrire que lorsqu’ils ont une histoire ou un livre sur lequel travailler. Ils écrivent régulièrement. Souvent les personnes les plus innovantes sont des experts généralistes en recherche constante d’opportunités d’apprendre de nouvelles choses. Ces habitudes sont en fait une stratégie de productivité déguisée. »

Tout comme le processus d’écriture, si le processus de création de votre projet est un frein ou qu’il est difficile pour vous d’avoir un résultat satisfaisant sur le moment, portez alors votre attention sur les thématiques qui intéresseront vos futurs clients, et qui vous permettent d’apprendre dans le processus de création et de développement de votre idée.

Ne portez pas trop votre regard sur le haut de la montagne, mais profitez des petites victoires d’avoir clarifié vos idées, de progresser et d’apprendre de nouvelles choses.

Personnellement, c’est une approche qui fonctionne beaucoup plus pour moi.

Car finalement, un état d’esprit orienté processus n’est pas forcément meilleure qu’un état d’esprit orienté résultats. 

Il suffit simplement de trouver le bon équilibre pour réussir son projet à long terme. 

Le bon équilibre pour réussir son projet

Si vous êtes trop axé sur le processus, vous ferez la même erreur que j’ai faite, c’est-à-dire que vous travaillerez sur quelque chose qui n’intéresse personne (comme ce que j’ai pu faire il y a quelques années).

Donc, vous travaillez au détriment du résultat souhaité.

Idem, si vous êtes trop axé sur les résultats, vous serez constamment dans la mise en œuvre, la prise d’initiative et le dynamisme en risquant une mauvaise manière de faire.

C’est ce que l’on peut voir chez toutes ces personnes qui vendent des formations en ligne et qui n’ont aucune méthode pédagogique.

La formation c’est un métier qui requiert une validation de la maîtrise de compétences par un diplôme.

Faites donc comme la majorité de mes clients et comme je le fais actuellement, soyez à la fois orienté résultats et processus.

Les deux sont complémentaires.

Citation entreprendre, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation estime de soi, citation reconversion, citation trouver sa voie
Réussir son projet est identique à la randonnée

Réussir son projet, c’est comme la randonnée en montagne…

Vivez chaque jour comme si vous étiez en train de gravir une montagne.

Donnez un coup d’œil de temps en temps au sommet pour garder à l’esprit le but à atteindre.

Célébrez les paliers que vous atteignez et observez les nombreuses vues magnifiques que vous aurez à chaque point d’observation.

Ne vous souciez pas de stagner, souciez-vous de faire demi-tour.

Montez lentement mais surement.

Allez-y régulièrement et progressivement.

La vue depuis le sommet vous permettra d’apprécier la vue d’ensemble de votre chemin parcouru en plus de la vue.

Expérimentez, testez, explorez et faites plus de choses qui fonctionnent pour vous et vous rapprochez plus rapidement de la vue d’ensemble. 

Pour aller plus loin:

Vous avez un projet de création d’entreprise ? Vous voulez vous mettre à votre compte et explorer la faisabilité de ce projet ? Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte.

Entreprendre mais dans quoi ? Une piste simple pour avoir une idée

Entreprendre mais dans quoi ? Une piste simple pour avoir une idée

Entreprendre et réussir

Si vous avez cliqué sur cet article, c’est que vous avez en vous l’envie d’entreprendre.

Super !

Seulement, vous vous demandez “entreprendre, mais dans quoi ?”.

Installez-vous confortablement, car vous allez découvrir comment avoir une idée de création d’entreprise pour pourvoir se reconvertir dans un tout autre projet.

Comment avoir une idée de création d’entreprise ?

Il y a cinq grands points qui vous empêchent d’entreprendre.

1 – Par où commencer pour entreprendre

La plupart des gens croient que créer une entreprise est un processus obscur.

Ils savent qu’ils veulent entreprendre, mais ils ne savent pas, “par où commencer ?”.

Ils ont une idée de business trop vague pour monter son entreprise.

Le manque de clarté laisse souvent la place aux doutes.

Et, un des doutes les plus fréquents que j’entends et qui vous immobilise correspond au deuxième point.

2. Est-ce que c’est le bon moment d’entreprendre ?

En réalité, vous vous posez la question à l’envers.

Car, il n’y a jamais vraiment de mauvais moment pour lancer son projet et encore plus pendant la période post-confinement.

Certes, il est évident que c’est plus judicieux de se lancer quand le pouvoir d’achat se porte bien.

Les gens ont de l’argent et le dépensent.

Mais, lancer une entreprise pendant une période difficile ou incertaine peut-être tout aussi judicieux.

“Entreprendre mais dans quoi ?” est une question qui ne permet pas la gymnastique mentale et l’observation d’opportunités.

La crise de 2008 a fait émerger de nombreuses entreprises comme air bnb.

Si vous vous lancez intelligemment, vous remarquerez qu’il y aura toujours un besoin sur lequel vous pourrez vous positionner.

Selon l’Insee, il  y a eu en 2019 plus de 816 000 créations d’entreprises, tous types confondus.

Chaque année environ 700 000 entreprises voient le jour en France.

Et chaque année, il y a des millions de français qui se disent :

« OK, l’année prochaine, je me lance !»

Ce qui m’amène au troisième point.

citation entreprendre, citation peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie, citation peur de commencer, citation changement de vie

3- Entreprendre mais dans quoi ? Les freins psychologiques

Chacun a son propre frein psychologique, et c’est ce qui vous donne le sentiment d’être bloqué au moment deréaliser la première étape de votre idée de projet professionnel.

La plupart des gens ont peur de faire ce qu’ils ont le plus besoin de faire : commencer.

Une peur engendrée par la peur de l’inconnu, la peur de l’échec, la peur de réussir, la peur de prendre la responsabilité de ce qui pourrait arriver…

4- Entreprendre n’est pas réservé qu’aux BOBOs

Beaucoup de gens pensent qu’entreprendre est réservé aux Élites.

Si vous lisez Maddyness ou les échos, c’est sûr que vous verrez toujours le même profil d’entrepreneur : trentenaire BCBG ayant fait une école de commerce ou ayant étudié aux États-Unis.

Si vous ne venez pas de ce monde, vous vous convaincrez que pour entreprendre, il faut être bac+5 et venir d’une école à 10 000€ l’année.

Mais non !

Cela s’appelle du conditionnement social.

Du moins, c’est ce que les médias tentent de vous faire croire.

5- Trouver une idée de création d’entreprise originale

Trouver une idée de projet professionnel, c’est comme trouver sa voie.

Vous n’avez pas non plus besoin de proposer un service unique et original.

Ou encore, une invention géniale qui n’a jamais été proposée avant.

Vous n’avez pas besoin de réinventer la roue.

Vous ne devez pas vous demander :

  • « Que puis-je proposer de si nouveau et unique au point que personne n’en ai eu l’idée avant ? » et encore moins continuer de vous répéter “je veux entreprendre mais dans quoi ?”.

Mais demandez-vous :

  • « Comment puis-je améliorer ceci ou cela ? »

ou

  • « Puis-je peux proposer quelque chose de mieux que le type de blablacar ou tout autre startupers ? ».

Ou tout simplement, demandez-vous :

  • « Y aurait-il une part de marché délaissée où je pourrais me positionner ? »

Ça, c’était pour les 5 points maintenant, la question principale que vous vous posez c’est : comment avoir une idée de projet professionnel ?

citation entreprendre, citation peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie, citation peur de commencer, citation changement de vie

“Entreprendre mais dans quoi ?” : exercice

Je vais vous inviter à faire le même exercice que j’ai fait il y a quelques années et que je suggère à mes clients qui se sont posé la même question que vous : « entreprendre mais dans quoi ? »

Cet exercice va vous permettre de déclencher votre processus pour générer des idées.

Étape 1

Je vous invite donc à prendre une feuille de papier et à inscrire en haut « en ce qui me concerne »

Et en laissant venir tout ce qui vous vient à l’esprit sans vous interdire quoi que ce soit, listez toutes les choses qui vous tiennent à cœur, qui vous font plaisir.

D’un point de vue personnel, la partie professionnelle viendra juste après.

Listez :

  • les activités,
  • les causes,
  • les sujets qui vous importent,
  • les passions, etc.

Si vous avez des facilités avec les gens ou les enfants, notez-le.

Si vous aimez les ordinateurs, les chiffres, les lettres, notez-le

Lire, écrire, coder, trouver des idées pour les autres, résoudre les problèmes, inscrivez tout !

Listez tout ce qui vient à l’esprit, pas besoin de trouver un sens à tout ça, juste listez.

Une fois que vous avez votre liste, hiérarchisez-les en les numérotant.

Étape 2

Tournez la feuille, listez ensuite toutes les choses où vous n’êtes pas bon et qui vous ennuient à l’idée de faire cette chose.

Si vous n’êtes pas bon en vente, en marketing, pour vous présenter, pour parler en public, notez-le.

Listez simplement ce qui vous vient sans trop réfléchir.

Étape 3

Demandez-vous :

  • « S’il existait 3 à 5 services ou produits qui amélioreraient ma vie personnelle, lesquels ce seraient ? »

Je le rappelle, on est toujours sur l’aspect de votre vie personnelle en tant que personne qui joue un rôle d’homme, de femme, de partenaire, de parent, d’étudiant, etc.

Peu importe votre situation, identifiez quels services ou produits améliorerait votre vie.

  • Qu’est-ce qui permettrait de la rendre plus facile ou heureuse ?
  • Qu’est-ce qui vous apporterait plus de temps ?

Étape 4

Sur une autre feuille, je vous invite à vous poser les mêmes questions, mais du point de vue de votre vie professionnelle.

Sur le recto, listez :

  • ce que vous appréciez dans votre job,
  • ce qui vous mobilise.

Sur le verso de la feuille :

  • ce qui vous ennuie
  • et là où vous n’êtes pas brillant.

Vous allez ajouter les qualités que les autres apprécient chez vous et les défauts que les autres vous ont déjà fait remarquer.

Étape 5

Et, ça sera le début de la formalisation de votre projet.

Demandez-vous pour finir :

Répondre à cette question vous permettra d’identifier la raison d’être de votre démarche et peut-être la raison d’être de votre projet professionnel.

Une fois que vous aurez terminé, vous devrez réfléchir à la définition de votre offre, c’est ce qui déterminera votre positionnement.

citation entreprendre, citation peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie, citation peur de commencer, citation changement de vie

Des exemples d’idée de création d’entreprise simple

Je vais vous partager quelques exemples d’entrepreneurs qui ne se sont pas posé la question “entreprendre mais dans quoi ?” mais “pourquoi ça n’existe pas déjà ?.

L’idée de business à 1.3 milliards de dollars

Voici donc, une première histoire d’un démarrage d’une entreprise que vous connaissez très bien et qui est un excellent exemple pour illustrer le principe de besoin à combler.

Pour ceux et celles de ma génération qui ont connu à l’époque, la location vidéo, ça va vous rappeler des souvenirs.

Pour les moins de 20 ans, sachez qu’on allait dans un vidéo club pour louer des K7 vidéos et DVD.

Et quand vous rameniez le dvd ou la K7 avec un peu de retard, vous payiez des frais.

Quand Reed Hastings a du payer plus de 40$ de frais de retard, je pense que ça l’a un peu irrité.

Il s’est donc demandé :

“Pourquoi les locations de films ne fonctionnent pas de la même manière qu’un club de sport, que vous utilisiez votre abonnement ou non, vous êtes facturé de la même manière?”

Reed Hastings

En 1999, il lance un service de location de DVD en ligne du nom de Netflix.

Netflix dépasse aujourd’hui les 1,3 milliard de dollars.

Le starbuck français

Philippe Bloch, que j’ai déjà interviewé pour ma chaîne Youtube, a importé le concept Starbucks à l’époque où il n’y en avait pas encore en France avec les colombus cafés.

Il ne sait pas demander “oui je veux entreprendre, mais dans quoi ?” !

Non, non ! Lui il a trouvé un concept qu’il a voulu importer car il a tout de suite décelé une opportunité.

Avoir une idée de création de création d’entreprise est aussi simple que de garder les yeux grands ouverts.

Vous avez juste à vous intéresser aux dernières entreprises qui ont le vent en poupe.

Ne négligez pas les concepts qui ont déjà fait leurs preuves.

Le business du 21e siècle

A la réponse à la question “entreprendre mais dans quoi ?”, il peut y avoir quelque chose de très simple !

Vous saviez que 7 milliards sont dépensés chaque année dans le jardinage.

Et pourtant, combien d’entre vous considère le jardinage comme un projet de création d’entreprise du 21e siècle ?

En fin de compte, vous pouvez prendre n’importe quelle idée et la personnaliser en fonction de votre époque ou de votre entourage.

Vous pouvez apporter à n’importe quel concept votre touche personnelle et votre créativité.

En réalité, personnaliser un concept est fondamental si vous voulez que votre projet professionnel réussisse.

Pour aller plus loin :

Vous vous dites “je veux entreprendre mais dans quoi” et avez pris la décision de quitter votre job pour créer votre propre activité ou vous voulez explorer la faisabilité de ce projet ? Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte.

Ou recevez le guide gratuit pour trouver le job idéal à coup sûr.

Optin article

A lire aussi:

Elle a osé… lâcher son statut de cadre pour devenir coach scolaire

Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Lancer son projet passion : comment faire quand on est salarié ?

Lancer son projet passion : comment faire quand on est salarié ?

reconversion professionnelle

LANCER SON PROJET PASSION : Comment faire quand on travaille pour quelqu’un d’autre

Vous avez de l’or entre les mains.

Vous ne le savez pas, mais vous avez de l’or.

Quelque chose qui intéresse énormément les autres, vos collègues, vos managers, vos clients.

Quelque chose que certains sont prêts à tout pour vous le prendre.

C’est une ressource précieuse que vous avez et utilisez chaque jour.

Cette ressource, vous l’aurez deviné, c’est votre temps avant et après le travail.

Si vous avez cliqué sur cet article c’est que vous avez l’idée depuis des années de créer votre activité en parallèle de votre job de salarié ?

Vrai ?

Mais, vous n’avez pas le temps ?

Seulement, comment voulez-vous prendre du temps pour ce projet passion si vous êtes trop occupé à travailler pour quelqu’un d’autre ?

L’heure est venue de faire évoluer votre vie professionnelle, et on va le faire ensemble.

Trouver le temps pour lancer son projet passion

Permettez-moi de vous poser cette question :

  • Comment est-ce que vous utilisez votre temps ?

La plupart des gens choisissent d’utiliser leur temps disponible pour se reposer.

Ce qui est paradoxale, car on ne s’est jamais autant reposer qu’à notre époque et pourtant on n’a jamais été autant fatigué.

Ces personnes choisissent donc de ne pas utiliser leur temps disponible pour travailler sur leur projet passion.

Elles attendent le bon moment. Mais le bon moment c’est maintenant !

Darren Hardy, l’auteur du livre l’effet cumulé affirme que les routines du matin et du soir sont le fruit d’une vie prospère.

Laissez-moi vous raconter le récit d’un de mes clients qui m’a raconté ceci.

Lancer son projet passion, entreprendre, side projet, trouver sa voie citation, trouver sa passion citation
Lancer son projet passion

Comment réussir à lancer son projet : un exemple concret

Thomas (on va l’appeler comme ça) a un projet de créer sa propre société.

Seulement, il est pris 10h par jour dans son travail.

Aucune possibilité d’aménager son temps de travail.

Et, son problème est qu’il rentrait tard le soir et rincé de sa journée de travail.

Il avait des difficultés à se lancer dans la formalisation de son projet.

Il n’avait jamais suffisamment d’énergie mentale pour réfléchir le soir à son projet en dehors de nos séances.

En revanche, il s’est rendu compte qu’il était plus efficace le matin.

Un jour, il a décidé d’avancer son heure de réveil de 20 minutes.

Ces 20 minutes, ont été pour Thomas, le meilleur investissement qu’il a fait sur lui l’année dernière.

Au final, il a fait en une semaine ce qu’il trainait à faire en 3 semaines.

Prenez le temps de vous sortir la tête du traditionnel 8-18h.

Vous aussi vous pourrez travailler avant les heures de travail si vous êtes prêt à relever ce défi supplémentaire.

Avoir une idée de création d’entreprise prend du temps

Votre matinée donne le ton, pour le reste de votre journée.

Hal Elrod, auteur de “The Miracle Morning” dit qu’en changeant simplement la façon dont vous vous réveillez le matin, vous pouvez transformer n’importe quel aspect de votre vie, plus rapidement que vous ne le pensez possible.

Encore aujourd’hui, j’utilise mes matins pour atteindre mes objectifs, et accomplir des choses assez étonnantes.

Si vous gagnez du temps dans vos journées, les années à venir n’en seront que meilleures.

Les heures qui suivent votre réveil sont les plus précieuses, car, votre cerveau est plus prédisposé à enclencher le processus de créativité.

Je l’ai expérimenté au moment où je lisais “libérez votre créativité” de Julia Cameron, la sœur de James Cameron, qui suggère dans son livre de faire l’exercice « les pages du matin ».

Elle explique aussi pourquoi autant de personnes à succès prennent une heure ou deux à travailler sur leurs projets personnels avant de démarrer officiellement leur journée.

Vous n’imaginez pas tout ce que vous pouvez réaliser avant d’assumer vos rôles à la maison ou au bureau.

A l’époque où j’étais consultant, je prenais 30 min sur mon temps habituel pour apprendre comment créer une entreprise en ligne ainsi que tout ce qui gravite autour du web-marketing.

J’avais besoin de ce temps !

  • Vous avez besoin d’écrire, écrivez.
  • Vous avez besoin de créer, de formaliser ou de réaliser votre projet, allez-y.

Faites-en une habitude et vous la suivrez sur la durée.

Lancer son projet passion, citation vouloir entreprendre, citation choix,entreprendre, side projet, trouver sa voie citation, trouver sa passion citation
Lancer son projet passion

Petit à petit, l’oiseau… quitte le nid !

Vous n’avez pas besoin d’en faire énormément.

Juste une petite action, chaque jour.

Le père des James Bond, Ian Fleming s’est maintenu dans une routine matinale pour rester productif.

Lors de l’écriture de Casino Royale, il écrivait environ 2000 mots en trois heures tous les matins.

Il disait :

“J’ai écrit sans apporter aucune correction jusqu’à la fin du livre. Si j’avais repensé à ce que j’avais écrit la veille, j’aurais désespéré.”

Les premières heures du matin sont sacrées pour bien commencer votre journée.

Ne faites pas comme plus de 70% des Français qui, en se levant, prennent leur smartphone et remplissent leur matinée par des notifications, des mails ou des infos.

Ne soyez pas non plus radical, commencez lentement comme ce qu’a fait mon client.

Ne vous concentrez pas sur des changements radicaux au début.

Répétez la routine pendant quelques jours.

Puis avancez encore de 15 minutes, etc.

Intégrez toujours cette habitude progressivement jusqu’à ce que vous trouviez suffisamment de temps pour faire naître votre projet passion avant que cela soit l’heure de votre autre travail.

Comme je vous l’ai déjà dit, si vous faites trop de choses à la fois, votre volonté s’atténuera et vous diminuerez les probabilités de chance de réussir.

Changez votre routine du soir

Entre la sortie du travail et la rentrée dans votre lit, c’est votre temps !

Vous le savez déjà, mais il est à vous, ce temps.

La façon dont vous passez ces quelques heures avant de vous préparer à la journée suivante reflète la valeur que vous accordez aux choses qui sont importantes pour vous.

Dès que j’ai pris conscience de la manière dont j’utilisais mon temps, notamment en passant trop de temps à jouer en réseau, car j’adore les jeux vidéo… J’ai pris la décision de travailler sur des choses significatives pour moi.

J’ai ressenti que mon niveau d’estime de moi augmentait et que j’accordais plus de valeur à mon avenir.

La suite, vous la connaissez !

Cela fait maintenant plusieurs années que je suis à mon compte.

J’ai pas le temps pour lancer mon projet

  • Alors, oui il y a les enfants à s’occuper… et alors ?
  • Les tâches ménagères ?
  • Est-ce que ce sont vraiment les tâches ménagères ou plutôt les écrans qui vous prennent le plus de temps ?

Vos routines de repos quotidiennes peuvent très facilement faire disparaître de votre journée, le temps à consacrer pour faire naître votre projet, comme :

  • Écrire ce livre ou ce blog que vous avez en tête depuis toutes ces années,
  • Apprendre une nouvelle langue,
  • Apprendre à coder,
  • Démarrer une entreprise en ligne,
  • Créer vos propres œuvres,
  • Jouer d’un instrument,
  • Démarrer votre collection vintage,
  • Etc.

Votre ressource la plus précieuse est le temps.

Un autre gros paradoxe d’aujourd’hui, est qu’on a jamais économisé autant de temps grâce au progrès et paradoxalement, le temps ne nous a jamais autant manqué pour concrétiser nos idées.

Demandez-vous donc : où est-ce que vous mettez votre temps ?

Optin article

Oui ! C’est possible ! Donnez-vous la peine !

Trouvez le juste équilibre entre temps, attention et énergie pour ce projet qui vous mobilise et qui a besoin de votre pleine conscience.

Ce sera possible pour vous, si vous voulez vraiment poursuivre un projet significatif.

Ce projet se transformera ensuite en une routine, d’où l’importance de se créer une habitude.

Tout ce que vous faites chaque soir après votre travail peut changer le cours de votre vie et de votre carrière !

  • Surprenez-vous !
  • Faites-vous plaisir !

Peu importe ce que vous réussirez ou échouerez.

Ce qui compte, c’est l’effort que vous y mettrez et le sentiment de satisfaction qui en découlera.

La meilleure de vos idées n’est rien sans une action de votre part.

Lancer son projet passion est une décision, alors décidez de passer de l’idée de projet à votre propre activité, peu importe à quel point vous êtes occupé.

Et créez la vie qui vous ressemble !

Donnez-vous simplement la permission de faire naître ce projet qui vous tient à cœur.

Optimisez vos matinées et vos soirées à bon escient, et votre projet passion sera bientôt un rêve à portée de main.

Pour aller plus loin :

Vous savez que vous avez besoin d’une aide pour vous lancer dans votre propre projet ? Pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte en cliquant ici.

A lire aussi :

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

Trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées [3 conseils]

Elle a osé… quitter son job et son confort pour créer sa boîte

Monter son entreprise : Les 7 défis à surmonter au moment d’entreprendre

Estime de soi : comment développer son estime de soi avant d’entreprendre

Est-il encore possible de concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

Est-il encore possible de concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

reconversion professionnelle

Est-il encore possible de concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

Un jour, j’ai dit à une personne qui m’a dit qu’elle était sceptique vis-à-vis de ma méthode d’accompagnement que je lui avais présenté :

Tu sais les gens qui sont sceptiques, le sont avant tout vis-à-vis d’eux-mêmes.

Puisque le doute et l’inquiétude semble devoir toujours aller de pair avec le scepticisme, ces personnes doutent de ce que disent, pensent, ou font les autres, parce qu’elles doutent constamment d’elles-mêmes, surtout de leur capacité à être satisfaites.

J’en veux pour preuve ses deux bilans de compétences et coaching que cette personne avait fait avant de me contacter.

On ne peut pas travailler avec des personnes qui se montrent déjà sceptique au démarrage.

Je lui ai donc souhaité de se trouver… de trouver ce qu’elle recherche en lui souhaitant une bonne journée et bon vent !


Éloignez les sceptiques de votre projet

Des sceptiques, il y en a partout !

Le problème, c’est quand ils ont une tribune où s’exprimer, ils répandent leurs inquiétudes et leur pessimisme autour d’eux.

Ils ont l’objectif de vous ramener à davantage de modestie et de prudence, à l’égard de vos croyances et par conséquent à votre conduite.

Résultat, vous en venez aussi à douter car vous remettez en question vos croyances personnelles par celles du sceptique.

Et le danger est d’acquérir des croyances d’une autre personne, qui elle les a acquises lors d’une expérience mentale avec elle-même ou par son unique vécu.

L’autre danger pour vous, c’est que ça peut devenir une véritable disposition à croire et agir de manière prudente et modérée dans tout ce que vous voulez faire.

C’est ainsi que je vois des personnes qui ont une volonté extraordinaire à la simple pensée de faire naître leur idée de projet professionnel, comme se mettre à son compte, changer de métier, se reconvertir ou changer de vie, se dégonfler comme un ballon gonflable.

Pourquoi les sceptiques vous freine dans vos projets de concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

Parce qu’elles ont fait l’erreur de parler de leur idée à leur entourage.

Vous avez dans votre entourage des personnes qui vous dissuaderont de vous lancer par soucis de bienveillance ou par jalousie.

Et si vous avez des sceptiques autour de vous et que vous êtes hypersensible de nature ou non-hermétique à leurs doutes, alors là vous adopterez l’attitude de l’échec avant même de commencer.

A moins que cela créé l’effet inverse, comme ça a pu être mon cas.

De l’école primaire au lycée, du salariat à mon projet de me mettre à mon compte, jusqu’à ma vie en solo au Canada, peu de personnes ont cru en moi et en ce que j’ai pu faire.

Et comme j’adore faire l’inverse de ce que pensent ou font les autres, j’ai scotché beaucoup de personnes qui, aussi drôle que cela puisse l’être, n’ont plus jamais dit quoi que ce soit.

Si je vous parle de ça, c’est que vous avez déjà dû entendre que concilier vie professionnelle et vie personnelle est un mythe.

  • Que c’est impossible de pouvoir tout concilier dans sa vie.
  • Consacrer assez de temps à chacune de ses responsabilités est compliqué.
  • C’est utopique d’avoir un parfait équilibre de vie.

Et là je suis d’accord sur ce dernier point.

Ce terme «  parfait équilibre de vie  » est un point sur lequel je reviendrai un peu plus tard.

Vous allez voir, vous allez mieux comprendre pourquoi “parfait équilibre de vie” est un oxymore.


La difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle

Vous aussi ça vous arrive d’être comme toutes ces personnes qui ont de plus en plus de difficultés à concilier les exigences de leur travail avec le reste de leur vie ?

Si oui, vous n’êtes pas seul !

Certes, il devient de plus en plus difficile de séparer la vie professionnelle de la vie personnelle.

Pour une simple et bonne raison, parce que celles-ci s’entrecroisent à tout moment de la journée, à tout moment de la semaine.

Concilier sa vie professionnelle et vie personnelle
  • Vous répondez à vos messages persos sur votre temps de travail et inversement.
  • Vous répondez à vos collègues sur votre temps libre et à vos enfants ou votre conjoint sur votre temps de travail.

Si beaucoup de gens ont des difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle, ce n’est pas uniquement dû à ses comportements mais aussi pour diverses raisons comme les suivantes.

Les raisons des difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle

Les réorganisations à répétitions

Comme j’ai pu en parler dans l’article sur comment demander sa rupture conventionnelle où je vous expose les 5 signes qui prouvent que vous devez fuir de votre travail.

L’hyperconnexion

Le travail qui s’invite chez vous grâce à l’hyperconnexion.

Le multitâche

Le multitâche qui entretient la culture de l’urgence et vous rend de plus en plus éparpillé.

Le surcroît de travail

Sans parler des licenciements de collègues non remplacés.

Peut-être, vous avez aussi peur que cela vous arrive, alors vous consacrez plus d’heures à votre travail, mettant de côté votre équilibre de vie.

Les personnes épanouies et qui réussissent connaissant l’importance de concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Elles optimisent leur manière de travailler afin de maximiser leurs heures de travail tout en préservant du temps pour d’autres activités.

Je ne m’étais pas approprié ce principe avant mon burn-out.

C’est qu’après que j’ai décidé de prendre soin de moi et surtout après la lecture du best-seller : la semaine de 4 heures.

J’ai compris qu’il était important de préserver mon capital santé et mon espace de temps libre.

Mais surtout d’avoir un système d’organisation pour me libérer du temps et retrouver mon énergie.

Car, comme beaucoup de jeunes diplômés qui étaient bien payés, j’ai ressenti un sentiment de culpabilité qui avait pour effet de me faire passer beaucoup de temps au travail pour à la fois, vaincre mon besoin de faire mes preuves mais aussi pour trouver un ratio de temps équivalent à mon salaire.

Je ne comptais pas mes heures.

C’est ce qui a contribué entre autres, avec le manque de reconnaissance, à mon épuisement professionnellement.


L’équilibre de vie : une priorité

Mon équilibre de vie est depuis ce jour-là devenu une priorité.

Si vous ne voulez pas sacrifier votre bien-être sur l’hôtel du présentéisme et ce culte stupide de la sortie tardive, la première chose à faire est d’être convaincu que concilier vie professionnelle et vie personnelle est à portée de vos mains.

Mais avant d’aller plus loin, il faut comprendre ce que signifie concilier vie professionnelle et vie personnelle à travers la définition de l’équilibre de vie.

Définition équilibre de vie

Avoir une vie équilibrée, c’est avoir suffisamment de temps et d’énergie pour assumer tous les rôles que vous endossez dans votre vie et comprenant diverses responsabilités.

Votre rôle de salarié, de parent, de partenaire, d’amis, et le rôle que vous avez envers vous-même.

Lorsqu’un rôle prend plus de temps et d’énergie que ce que vous avez bien voulu lui accorder, vous commencez à être déséquilibré.

Ces rôles font partie de deux sphères de vie qui s’entrechoquent constamment.

Votre vie privée incluant toutes sortes de responsabilités comme :

  • L’aspect quotidien (tâches ménagères, administratives, les courses, la préparation des repas, etc.)
  • L’aspect familiale (conjoint, enfants, parents, etc.)
  • L’aspect santé (nutrition, sommeil, activité physique, etc.)
  • L’aspect social (les amis, loisirs, etc.)
  • L’aspect spirituel (méditation, prière, etc.)

Et d’autre part, la vie professionnelle ou entrepreneuriale avec d’autres responsabilités comme :

  • La gestion et l’administration (emails, appels, paperasse, etc.)
  • Les nouveaux projets
  • Les objectifs à atteindre
  • Les relations professionnelles, etc.

L’enjeu pour vous est, bien évidemment, de pouvoir concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Cela implique de passer un temps proportionnellement ajusté à tel ou tel rôle, c’est-à-dire garder assez de temps au travail tout en sécurisant vos temps libres de qualité.

concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle
concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle

Sécuriser son temps libre pour un meilleur équilibre de vie

Lorsque vous vivez un déséquilibre dans votre vie, c’est qu’une de ses sphères privés ou pro vous prend trop d’espace mental.

  • Quand quelqu’un bosse trop, on dit qu’il n’a pas de vie.
  • Quand quelqu’un a trop de temps pour lui, on dit qu’il ne fait rien de sa vie.

Donc votre équilibre de vie va être de savoir comment concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Et pour cela vous devez d’abord concilier toutes vos réelles priorités entre elles.

Ces priorités sont vos responsabilités.

Dans chacune de ces sphères de vie, il vous faut concilier les différentes responsabilités pour ne pas en négliger certaines.

Ou si vous faites comme un de mes amis qui, quand il était en couple, me disait ne jamais avoir de temps et qu’il était débordé.

Après avoir eu deux enfants, il est devenu pompier volontaire et comme si ça ne suffisait pas il a obtenu un congé formation en alternance pour repasser son BAC+4.

Là ! Il était débordé !

Et, il en est de même dans votre travail.

Je me rappelle de certains de mes collègues qui me faisaient des reproches de partir à 18h alors qu’ils passaient la majeure partie de leur temps à la machine à café.

Si au travail, vous passez trop de temps à quelque chose, comme la machine à café, lire vos courriels ou expédier les tâches administratives, vous risquez de manquer de temps pour vous consacrer à ce projet sur lequel vous devez bosser.

Que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle, l’équilibre implique d’être en mesure d’avoir suffisamment d’énergie et de temps pour concilier toutes ces responsabilités et pour les assumer et ne pas les négliger.

Et si autant de personnes pensent que cet idéal est un mythe, que c’est irréaliste et impossible à atteindre dans les faits, c’est pour ces raisons.


Pourquoi autant de personnes pensent que l’équilibre de vie est un mythe ?

Une des raisons est que la plupart des personnes n’arrivent pas à trouver un juste milieu entre le manque de planification et la sur-planification.

  • Le manque de planification

Le manque de planification est le fait de laisser votre agenda suivre le cours du temps sans dissocier les tâches urgentes de celles qui sont importantes.

Sans vous fixer d’objectifs mesurables et limités dans le temps.

En laissant votre travail quotidien prendre le pas sur votre capacité à trouver des solutions pour vous, et à faire les bonnes choses, celles qui vous font avancer dans votre vie.

  • La sur-planification

Et la sur-planification, c’est quand vous vous mettez à gérer votre vie personnelle, de la même manière que vous le feriez au boulot.

C’est, selon moi, la meilleure manière de perdre tout plaisir et enthousiasme à faire des activités sur votre temps libre puisque vous considérez ces moments de loisirs comme des rendez-vous pro.

  • Planifiez votre semaine sans devenir un accro aux agendas.
  • Assurez-vous de toujours prévoir du temps libre pour vous, votre famille et vos amis.
  • Et intégrez dans ce temps libre des activités qui vous aideront à vous ressourcer. 

Lorsque vous planifiez consciemment la manière dont vous voulez passer votre temps, vous commencez à mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle. 

Soyez donc proactif dans la planification de votre temps sans être dans l’excès.


  • Le besoin de contrôle

L’autre raison, c’est de toujours être à la merci de ce besoin de contrôle.

Vous voyez de quoi je veux parler ?

Vous savez ce besoin qui vous amène à vouloir tout faire ou à éviter de rater quelque chose.

Ce besoin qui vous pousse à faire le boulot pour tout une équipe pour ne rien négliger et qui vous plonge dans le syndrome du sacrifice.

Vous cherchez à être partout et quand on cherche à être partout, on est nulle part. 

Vouloir tout faire et s’agiter dans tous les sens est tout aussi stérile que de ne rien faire.

Et ce problème n’est pas un problème d’équilibre, c’est un problème de discipline et de concentration.

Si vous vous sentez débordé ou pas concentré, c’est que vous avez pris l’habitude d’être interrompu dans votre flow.

Vous passez un peu de temps par-ci, un peu de temps par-là.

Vous voulez trop en faire dans une journée.

C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup d’entrepreneurs ou chefs d’entreprise vous diront que l’équilibre de vie pro/perso est un mythe et qu’il ne peut pas être atteint.

Mais devinez quoi ?

C’est VOUS qui choisissez délibérément là où vous décidez d’investir votre temps et votre énergie.

C’est aussi VOUS qui décidez d’accepter ou de refuser une opportunité, une tâche, une action, etc.

Et très souvent, vous regrettez moins d’avoir refusé que l’inverse.


  • La recherche constante de productivité et de perfection

Je tiens maintenant à revenir sur le terme « parfaitement équilibré ».

La perfection n’est qu’une question de point de vue. Ce qui est parfait pour vous ne l’est pas pour quelqu’un d’autre.

Tout n’est qu’une question de sentiment de satisfaction et de bonheur.

Repensez au sceptique, ce sont des éternelles insatisfaits de tout !

L’imperfection est justement de rechercher à être parfait, et inversement, car c’est aussi une perfection de pas aspirer à être parfait.

Vous me suivez toujours ?

Quand je regarde la définition du mot parfait, il n’y a aucune référence (à part une crème glacée).

Cela voudrait peut-être dire que tous ont échoué à la quête de la perfection ?

On se berce tous d’illusions et on tourne le dos aux règles naturelles, parce qu’on recherche à la fois la perfection et l’imperfection, plutôt que de cultiver les joies simples, les pensées normales et élémentaires qui sont inhérentes à une vie équilibrée et donc satisfaisante.

  • Les injonctions

On est aujourd’hui dans une logique où l’on cherche à être parfait. Il y a une injonction à être le plus productif, le plus efficace.

Mais vous n’êtes pas un robot.

Si un jour, on vous demande de vous poser une puce électronique pour être plus efficace, vous le faites ?

Votre corps n’est pas un obstacle qu’il faut absolument transformer en machine de performance comme ces types de la salle de sport qui m’ont parlé de leur corps comme un fardeau parce qu’ils ne sont pas à 100% tous les jours.

Se dépasser, se surpasser est un slogan !

Vivre ainsi 100% du temps cache un déséquilibre quelque part…

Résistez à cette injonction à la perfection, à la performance ou à la productivité voire même au bonheur.

Cette injonction qui vous dit que vous devez être à la fois productif, efficace et parfait dans votre travail de la même manière que dans tous les autres domaines de votre vie privée.

Il vous faut toujours être plus performant avec toujours plus d’effort et être parfait dans vos relations amicales, sentimentales, familiales, dans vos activités sportives, dans vos réseaux sociaux, dans vos finances, dans votre alimentation !

STOOOOOOP ! Vous n’êtes pas un produit !

Dans son livre : “Les sentiments du capitalisme”, Eva Illouz aborde ce nouveau capitalisme qui parlent de marchandises émotionnelles.

Et que la psychologie du “moi”, gagne l’entreprise pour être mise au service du profit.

Donc, si beaucoup de personnes pensent que concilier vie professionnelle et vie personnelle est un mythe c’est parce ces personnes sont conditionnées socialement ou plutôt professionnellement.

Et, c’est aussi parce qu’elles gèrent leur vie personnelle comme au boulot et qu’elles considèrent cette philosophie de l’équilibre de vie, contraire à ces injonctions à la performance et à la productivité.

concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle
concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle

Efficacité versus productivité

Elles confondent l’efficacité qui consiste à atteindre son objectif désiré. Contrairement à la productivité qui met l’accent sur la quantité.

L’efficacité quant à elle se concentre sur le résultat à obtenir.

Et ce résultat, est celui que l’on vise pour concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Être efficace ne contribue pas non plus à un équilibre parfait.

Vous pouvez le faire au début pour vous créer de nouvelles habitudes, mais en aucun cas, cela doit correspondre à un style de vie.

En revanche être efficient, change la vie.

Être efficient pour équilibrer sa vie

Être efficient, c’est faire les bonnes choses, celles qui fonctionnent.

  • Être efficace relève du respect du cadre que vous vous fixez et de la méthodologie.
  • Être efficient relève de l’utilisation d’UNE méthodologie qui fonctionne.

A noter que pour équilibrer sa vie pro/perso, il n’y a pas qu’une seule méthodologie optimale.

De plus, quand vous êtes efficient, vous prenez aussi en compte vos valeurs et vous faites des choix écologiques, où vous prenez en compte les autres.

Donc, pour que les choses fonctionnent, surtout dans un monde Incertain, Complexe et Ambigu, vous avez besoin d’être efficient.

Par exemple, deux personnes avec le même objectif peuvent donc l’atteindre différemment, en termes d’efforts déployés comme de temps passé dessus.

Quand vous commencez à percevoir les choses ainsi et à réfléchir de cette manière, vous vous rendez vite compte que ce qui compte vraiment c’est de faire les bonnes choses, celles qui fonctionnent pour vous.

Et ça, je pense que c’est vraiment ce qui peut faire toute la différence dans votre manière de concevoir votre vie professionnelle et personnelle.

C’est grâce à cette manière de raisonner que mes clients et moi avons littéralement été transformés.

C’est fondamental de le comprendre si vous voulez utiliser intelligemment votre temps, votre attention et votre énergie, qui sont les trois piliers de l’efficacité

Et si vous êtes efficient, vous parviendrez à atteindre vos objectifs, en y mettant la juste quantité d’efforts nécessaires.


Concilier vie professionnelle et vie personnelle

Finalement, la question de l’équilibre de vie est avant tout une question de priorités et d’efficience.

Il faut apprendre à se libérer de ses injonctions et de ce besoin de tout contrôler tout en sachant jongler avec les différentes sphères de vie.

Pour enfin, distribuer son énergie quotidienne limitée dans les choses importantes sans les négliger.

E,t la meilleure solution pour concilier vie professionnelle et vie personnelle, c’est d’être pleinement conscient !

Aller plus loin :

Si vous avez un projet de reconversion ou de création d’activité et que vous voulez tester la faisabilité de votre projet, pensez au coaching. Contactez Jordane en cliquant ici.

A lire aussi :

7 trucs pour gérer et positiver son stress au travail

Être motivé et positif : #2 les personnes toxiques

La motivation au travail : comment se remotiver un bon coup ?

BROWN OUT : entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

Épanouissement professionnel : comment le préserver au travail

Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

reconversion professionnelle

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

On me demande souvent :

“Jordane, quel est le meilleur moment pour demander sa rupture conventionnelle ?”.

Je réponds souvent :

Qu’il n’y a pas de bon moment, il y a surtout des signes à prendre en compte.

Et c’est ce dont on va parler aujourd’hui dans cet article : prendre en compte ces signes concrets qui vous prouvent qu’il est urgent de demander sa rupture conventionnelle maintenant.

Ce n’est pas le premier article que je fais sur le sujet et ça ne sera pas le dernier.

Tant que vous n’aurez pas sauté le pas de la demande de rupture conventionnelle ou que votre responsable ne vous l’accorde pas, je continuerai à vous apporter mon aide !

La peur de demander sa rupture conventionnelle

Je sais que demander sa rupture conventionnelle à son responsable fait peur.

C’est une décision importante pour beaucoup d’entre vous.

Ça l’a été pour moi, à l’époque où j’étais consultant et ça m’a pris un an.

Ça l’a été pour ce client qui m’a envoyé ce mail ce matin.

Vous savez que, comme lui, ça vous fera un bien fou !

Imaginez vous retrouver dans la même situation de mon client après avoir pris la décision de quitter son job.

Vous vous sentiriez léger, libéré d’un poids et nettement plus serein.

Comme je l’ai été quand je l’ai obtenu alors que ça n’était pas l’habitude de la maison.

C’est une vraie stratégie et j’en parlerai peut-être dans un contenu spécial que je ne rendrai pas public, car imaginez si vos RH et managers connaissent les techniques pour demander sa rupture conventionnelle et l’obtenir.

Ça ne marcherait plus !

Donc, profitez-en pour vous inscrire à ma newsletter via le lien ci-dessous et pour être averti du jour où ça sortira. Vous recevrez le guide idéal pour trouver le job idéal à coup sûr.

L’après demande de rupture conventionnelle

Je peux vous dire que lorsque vous obtenez votre demande de rupture conventionnelle, c’est le début du commencement de quelque chose dont vous avez besoin de vivre.

Quelque chose qui vous apportera beaucoup plus de satisfaction que de rester là où vous êtes.

Le problème c’est que quitter son job c’est comme arrêter de fumer.

Vous avez toutes les raisons de vous sauver de votre travail ou d’arrêter de fumer.

Mais vous continuez d’être là où vous êtes, et de fumer.

Comme pour la cigarette vous avez peut-être du mal à identifier les raisons de cesser cette activité.

Au-delà du fait que vous savez pourquoi vous restez, car il y a les factures, la famille, le crédit, etc.

Parfois vous avez du mal à expliquer précisément pourquoi vous devriez partir… ou rester.

Le prétexte pour demander sa rupture conventionnelle

Au cours de ces dernières années dans l’accompagnement au changement, j’ai constaté que dans toutes les entreprises où il a été question de réorganisation, ça a été chaotique.

Après chaque changement de direction, de fusion ou acquisition par une autre entreprise, j’ai remarqué plusieurs signes indiquant un avenir maussade pour le lieu de travail où vous évoluez ou avez arrêté d’évoluer.

Mais c’est tout bénéfique pour vous, car cela représente un excellent prétexte pour demander sa rupture conventionnelle.

Donc, comme pour la cigarette, je vais vous partager des raisons de demander sa rupture conventionnelle, en vous partageant 5 signaux d’alerte rapide qui vous indiquent que vous devez être le prochain à quitter son job.

demander sa rupture conventionnelle, quitter son job, rupture conventionnelle, changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,
demander sa rupture conventionnelle

Les 5 signaux d’alerte

1. Les personnes que vous admirez sont renvoyées

Quand je travaillais dans une société au Canada, j’ai, dans le couloir, salué un manager que je n’avais jamais eu.

Il me dit « j’ai appris la nouvelle ! C’est décidé, tu t’en vas ? ».

Je lui ai confirmé et il m’a dit un truc que j’ai toujours gardé en mémoire.

Il m’a dit :

« Pourquoi c’est toujours les meilleurs qui s’en vont en premier ? »

Ce n’est pas très sympa pour ceux qui étaient à côté et qui restaient.

Cependant il avait quand même raison. 🙂

Que cela soit une décision voulue ou subie, vous pourrez aussi le confirmer de votre côté.

Je me souviens que mon ancien directeur qui était l’un des meilleurs patrons que je n’ai jamais eu, avait été limogé.

J’ai été surpris tout autant que mes collègues de l’époque.

En réalité, c’est lui qui avait pris la décision.

Cependant, vous pouvez être sûr que dans le cadre d’une réorganisation, c’est le jeu des chaises musicales et je le répète, c’est aussi un moment adéquat pour demander sa rupture conventionnelle.

Et vous remarquerez aussi que les bons éléments ne restent jamais.

Quand vous le constaterez, vous aurez alors un signe fort qu’il est temps de demander sa rupture conventionnelle.

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

2. Une incompétence croissante

Vous l’avez remarqué les coupes de budgets amènent des problèmes organisationnels.

Lorsque les bons éléments s’en vont et que vous n’êtes pas encore parti, vous vous retrouvez dans ce que j’appelle une situation de pilier.

Explication !

Situation très classique, une personne s’en va, mais n’est pas remplacée.

Un remplacement, ça coûte cher, car il faut recruter une personne qui va mettre du temps avant d’être performante et efficace.

Il faut donc la former et vu le bordel dans lequel vous êtes, rien ne garantit qu’elle ne mettra pas les voiles dès le premier mois.

Donc, on se retrouve dans une situation classique où l’on se demande « qui va faire le boulot de Monique qui vient de partir ? ».

Bah, c’est vous !

Vous allez absorber la charge de travail de votre collègue même si vous avez déjà votre tonne de travail à expédier. Et sans augmentation correspondante au salaire de votre ancienne collègue.

C’est un classique dans le monde des investisseurs.

Dès qu’une entreprise a été acquise, commence les coupes budgétaires et les réductions d’effectifs alors que le volume de travail ne diminue pas proportionnellement. 

Ils sont dans l’idée que vous ferez du super travail à moindre coût et que ça vous rendra très productif.

Ces habitués des chiffres, ne prennent jamais en compte dans leur calcul, que ce sont les employés performants qui quittent l’entreprise, et là les problèmes de sous-performance s’accentuent. 

Et les bouleversements organisationnels ont tendance à révéler une incompétence organisationnelle.

Éviter de jouer le rôle de celui qui se récupère le travail des autres, car ce que vous obtiendrez comme résultat c’est un épuisement physique et émotionnel. En d’autres mots : un burn-out.

Pour éviter cela, vous faites reconnaître rapidement que cette configuration n’est pas tenable dans le temps,.

Mais on vous dira que si, que vous êtes un bon élément capable de tout et on vous fera comprendre que vous n’avez pas le choix.

Mais si ! Le choix vous l’avez, il s’appelle : changer d’entreprise et demander sa rupture conventionnelle.

Prévoyez donc toujours une période de transition, surtout si le nombre de départs et d’incompétences augmentent au bout de six mois, il sera peut-être utile d’actualiser votre CV.

3- Les gens ne sont plus valorisés

Vous sentez que l’ambiance s’est détériorée ?

Que les discussions le midi ne tournent plus autour des enfants, des voyages ou des émissions de TV ?

Mais plutôt autour du prochain licenciement ou rupture conventionnelle, du manque de reconnaissance des managers ou de leurs décisions incohérentes ?

Vous aussi vous avez été choqué qu’un jour, votre collègue ne soit plus là, alors que la veille il était dans son bureau ?

Viré sans aucune explication.

Les réductions du personnel font partie de la vie d’une entreprise et la dignité ou le respect doivent faire partie du processus.

Si vous n’êtes plus valorisé, respecté ou reconnu, envisagez de chercher ailleurs.

Prenez les devants et n’attendez pas de savoir si on vous remerciera ou non.

tout arrive
demander sa rupture conventionnelle

4. Il n’y a plus d’opportunités d’évolution et les salaires sont gelés

C’est un classique d’une réalité inévitable lorsqu’il y a eu une restructuration ou que votre entreprise s’est faite acquérir.

Vous pouvez être certain que les opportunités d’évolution ou les enveloppes d’augmentation seront réservées en priorités au personnel de la maison mère.

Aussi, si un nouveau poste inutile est créé au sein de votre service ou qu’un des postes vacants devient occupé.

Soyez aussi certain que ce poste sera artificiellement occupé par une personne du siège.

En général, c’est un signe révélateur de mauvais présages. Et c’est le moment de faire une demande de rupture conventionnelle.

Car il y a une histoire de flicage ou de cannibalisation des rôles ou de mise au placard.

À vous de juger personnellement si ça ne serait pas le bon moment pour changer de carrière.

Vous savez déjà que vos options d’évolution au sein de l’organisation seront limitées si vous restez.

Alors, mettez les voiles et ciao !

5. Votre manager semble être à l’ouest

Vous me direz, un manger à l’ouest n’est pas forcément un signe concret.

Des managers à l’ouest, il y en a un paquet, mais vous savez comme moi que dans un contexte économique de l’entreprise compliqué, tout s’accentue.

Donc s’il est déjà déconnecté, ou elle d’ailleurs, il ou elle le sera encore plus.

Comment voulez-vous qu’il ou elle gère les enjeux liés aux nouveaux changements de l’entreprise, les besoins de vos clients ou votre nouveau rôle respectif, si à la base, il ou elle vous donne l’impression qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion.

Le point positif est que vous pouvez généralement identifier ce signe assez rapidement, ce qui peut vous aider à décider de votre décision ultime de rester ou de demander sa rupture conventionnelle.

C’est l’heure de négocier sa rupture conventionnelle

Sachez que les cinq signes que je vous ai partagé ne sont ni exhaustifs ni spécifiques au domaine du changement organisationnel, comme les fusions ou acquisitions. 

Vous avez surement dû remarquer que ça arrive à tout moment, dans n’importe quelle organisation. 

Vous avez pu remarquer un ou deux signes dans votre quotidien qui vous donnent ce sentiment que c’est le bon moment pour demander sa rupture conventionnelle, mais si vous avez constaté la majorité d’entre eux, voire la totalité d’entre eux, en place depuis plusieurs mois, une reconversion professionnelle est probablement nécessaire.

Bref, peu importe la gravité de la situation que vous vivez sur votre lieu de travail, il est préférable de ne pas le quitter avant d’avoir trouvé une meilleure situation et d’avoir élaboré une stratégie pour réduire la probabilité de chance de voir sa demande de rupture conventionnelle refusée.

Pour aller plus loin :

Donc, si vous voulez préparer votre transition de manière à mettre toutes les chances de votre côté. Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte en cliquant ici.

A lire aussi :

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

BROWN OUT : entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

10 excellentes raisons de quitter son travail

La motivation au travail : comment se remotiver un bon coup ?

Changer de job ou se remotiver au travail ?

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

reconversion professionnelle

Si vous voulez reprendre le travail après un burnout, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous ou à lire la retranscription écrite.

Laissez-moi deviner vous vous efforcez de tout mettre en œuvre dans votre vie et dans votre job pour vous épanouir ?

Vous vous mettez la pression pour bien faire les choses, pour rechercher de la satisfaction dans votre vie ?

Et là, sans même vous en rendre compte, vous finissez sur les rotules, les batteries à plat, en PLS, incapable de vous relever.

Vous vous êtes épuisé professionnellement. Vous avez fait un burn-out.

J’ai fait un burnout et je ne pensais pas le vivre un jour

Si vous avez déjà fait un burn-out, vous savez déjà de quoi je parle.

En revanche, si vous n’avez pas encore connu le burn-out, que votre situation professionnelle est vivable, alors vous êtes sur le point de passer à côté de cet article , car cela ne vous concerne pas…

… enfin, peut-être pas encore !

Vous en aurez besoin lorsque vous réaliserez que vous devez inverser cette tendance.

Surtout que dernièrement, j’ai fait un triste constat assez effrayant et catastrophique de la situation professionnelle d’une majorité de Français.

Le travail peut tuer !

Le travail ce n’est… pas la santé !

Les risques psychosociaux touchent beaucoup de personnes.

3,2 millions de personnes seraient potentiellement exposées au Burn-out.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail

Et combien d’entre elles vont le vivre dans les 6 prochains mois.

Qu’est-ce qui vous garantit que dans 6 mois vous ne finirez pas clouer au lit ?

Je ne souhaite à personne que la catastrophe passée dans une école se répète.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail

Pourtant beaucoup se sentent non-concernés ou pense avoir les épaules pour ne pas être impactés.

Je vais vous faire rire… ou pas, moi aussi je pensais ne jamais être concerné.

J’ai une énergie assez débordante de nature et c’est rare quand je suis KO.

Et pourtant…

Burnout ou comment travailler les batteries à plat

Si vous voulez reprendre le travail après un burnout sans rechuter, soyez attentif à l’exemple du smartphone.

Qu’est-ce qui se passe lorsque vous utilisez trop votre smartphone ? Il n’a plus de batterie et à un moment, il s’éteint !

Si, vous le rechargez en même temps que vous l’utilisez, il ne se recharge plus à 100% et, à terme, ça usera la batterie.

Votre batterie ne se rechargera totalement plus qu’à 20% puis à 10% puis à 5%… et vous savez qu’à 0, c’est fini.

  • Soit vous continuez ainsi.
  • Soit vous dites stop et vous trouvez une solution.

Reprendre le travail après un burnout, ok ! Mais en s’écartant des sources d’épuisement

Je vous ai déjà raconté l’histoire d’une cliente que j’ai dernièrement aidé à se reconstruire ?

Son travail l’avait cassé.

Sa manageuse était un tyran narcissique déconnecté de toute logique managériale.

Son partenaire ne l’a soutenait pas dans sa vie.

Quand je la recevais, elle avait la voix tremblante et triste.

S’effondrer au travail est d’une violence inouïe.

Lorsque ça vous arrive, vous êtes arrêté et vous vous isolez pour vous reconstruire.

  • Vous vous écartez de votre source d’épuisement mental.
  • Vous vous écartez de ces personnes toxiques qui vous pompent votre énergie.
  • Vous vous écartez de tout ça pour vous reconstruire.

Car même si votre smartphone n’a plus de batterie, prendre du recul peut-être une solution à court terme pour se réparer.

Et la réparation, c’est progressif.

Sauf qu’une fois que l’on tient sur ses deux jambes et que l’arrêt maladie est terminé, comment gérer son retour au bureau ?

Comment gérer son retour au travail ?

Quand vous êtes resté des semaines, des mois chez vous à vous reconstruire, reprendre le travail après un burnout peut-être encore plus difficile surtout quand vous repensez à cet environnement de travail.

Dans ce genre de situation, c’est difficile d’y aller avec la fleur au fusil avec le sourire en tentant de vous convaincre que ça ira mieux cette fois, car vous avez lu Matthieu Ricard, Arnaud Riou, regardé des vidéos d’un gamin qui fait du copié collé d’Anthony Robbins ou toute autre personne traitant du sujet et qui n’ont jamais vécu ce que vous avez vécu ou qui n’ont jamais travaillé dans un environnement professionnel oppressant.

C’est justement cet environnement de travail et la structure managériale ou organisationnelle qui vous a fait basculer dans l’effondrement professionnel.

Je sais ce que c’est, car je suis passé par là.

Donc pour savoir comment revenir au travail après un Burn-Out, voici quelques conseils.

Prévenir c’est guérir

Si c’est votre premier Burn-Out et que vous ne voulez plus revivre ça, il vous faut faire une chose très simple que peu de personnes font : anticiper.

Prévenir c’est guérir, pourtant ça n’empêche pas que beaucoup de personnes tombent malades chaque année.

Car certains ne sont pas assez dans l’anticipation, relativise ou sont dans le “j’m’en-foutisme”.

Ça me fait penser à l’été dernier où j’étais dans une maison de 6 adultes et 4 gosses dont un avait une gastro.

  • Le lendemain matin, 2 gamins l’avaient chopé.
  • Le midi, on recevait une douzaine de personnes pour une fête… Le guetapen !
  • Un tiers des invités sont repartis avec les symptômes.

Tout le monde relativisait le risque.

Résultat, le lendemain quand j’ai repris le train pour repartir chez moi , il n’y avait que le maître de maison, qui m’avait déposé à la gare, et moi-même qui étions encore en bonne santé.

Enfin… au final il n’y a eu que moi, car il a fini par la choper.

J’ai passé 72 heures à anticiper, à faire tout ce qu’il fallait faire pour passer en travers des mailles du filet de la maladie tout en profitant des moments entre nous.

Donc pour assurer une reprise sans rechute, voici ce que vous devez absolument faire.

5 conseils pour reprendre le travail après un burnout

1- Ne soyez pas victime de votre conscience professionnelle et de vos résultats.

En général, si vous avez fait un burn-out, vous sortez d’un arrêt maladie plus ou moins long.

Ce moment peut-être mis à profit

  • pour analyser votre situation,
  • pour identifier les causes de votre épuisement professionnel et
  • réfléchir aux choses à mettre en place pour éviter d’être à nouveau victime du burn-out.

Et si vous êtes victime d’un burn-out, c’est parce que vous êtes avant tout victime de votre conscience professionnelle et de vos performances.

La plupart des personnes en burn-out sont des éléments clés de l’entreprise.

Vous êtes engagé, impliqué et avait peut-être du mal à exprimer vos difficultés.

Vous finissez ensuite dans les non-dits pesants.

Je le dis souvent, mais l’entreprise dans laquelle vous travaillez n’est pas celle de vos parents alors, apprenez à dire non !

Donc, la première chose à faire lors d’un retour au travail après un burn-out est de vous préserver et de fixer les limites aux autres.

Et ça passe par le fait d’apprendre à dire non sans culpabiliser.

Optin article

2- Préparer votre changement d’environnement de travail

Dans un peu moins dans la moitié des cas, c’est l’environnement de travail qui cause de la souffrance. Les problèmes organisationnels ou managériaux amènent des dysfonctionnements.

  • Si le système est défaillant, c’est-à-dire qu’il y a des conflits existants au sein des équipes,
  • une incohérence entre les moyens et les objectifs fixés
  • ou qu’on ne vous donne pas les outils nécessaires pour mener à bien une tâche, vous rechuterez.

Il est parfois préférable de reprendre dans un autre secteur, une autre entreprise, une autre équipe pour ne pas revivre le même cercle vicieux.

Et il paraît que le deuxième burn-out est pire que le premier.

  • Si vous n’avez pas retrouvé le sommeil,
  • que vous vous sentez déprimé et
  • que vous tombez facilement dans la tristesse,

Ce sont des signes avant-coureurs qu’il est temps d’envisager de changer de carrière ou de réduire drastiquement la cadence.

Faites-vous aider de la médecine du travail s’il le faut afin d’obtenir une pré-visite de reprise.

3- Préparer le terrain avec votre manager

Quand un nouveau salarié arrive dans une équipe, il doit être en théorie intégré.

En théorie !

D’ailleurs, certaines entreprises mettent en place des politiques RH d’intégration.

Alors ? Pourquoi ne pas en mettre une pour des salariés en retour d’un burn-out ?

Car, j’en suis convaincu qu’il y aura à l’avenir de plus en plus de personnes en situation de burn-out.

Les entreprises ont tout intérêt à s’adapter à ce fléau.

Votre manager doit faciliter votre retour qui peut être considéré comme une réintégration.

Le terrain doit ainsi être préparé avec votre manager.

  • Votre périmètre de tâches doit être à nouveau recadré et redéfini afin de ne plus être surexposé à la surcharge de travail.
  • Par principe, une équipe doit être solidaire pour permettre à chacun de ses membres d’atteindre l’objectif commun.

En principe !

L’équipe et le manager ont un rôle à jouer dans cette réintégration.

4-Trouver du soutien auprès de vos collègues

Certains de vos collègues, feront comme si de rien n’était, car ils ne sauront pas ce que vous avez vécu.

Alors tournez-vous vers un collègue proche qui pourra se montrer vigilant aux premiers signes de rechute.

Vous avez aussi le droit de leur en parler de manière à trouver du soutien de leur côté.

Parlez-leur de vos signes de rechute.

Ces signes de rechutes sont simples à identifier :

  • Le manque de plaisir au travail,
  • La fatigue au moment dès que vous arrivez le matin,
  • L’addiction à votre travail.

Trouvez une écoute sincère et un appui auprès des collègues à qui vous faites confiance.

Car si vous rechutez, ça sera à la fois un échec pour vous, mais aussi pour vos collègues, votre manager et les RH.

Parlons-en d’ailleurs des RH !

En général, quand vous voulez reprendre le travail après un burnout, vous ne prenez pas contact avec eux.

Ils sont censés préparer en amont votre retour pour favoriser la prévention.

C’est leur rôle !

Vous êtes septique ?

Voyons ce que dit le Code du travail à ce sujet/

Le Code du travail précise que « l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs »

Si votre RH est de mauvaise foi, faites-lui un joli cadeau, offrez-lui le Code du travail pour les nuls, ça pourrait sauver des vies.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail
Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

5- Trouver du soutien auprès de votre conjoint.

Le burn-out est un moment violent de votre vie que vous avez traversé seul ou à deux.

Cela peut avoir des répercussions sur votre vie personnelle, et surtout votre vie de couple.

Le burn-out a d’ailleurs des conséquences sur votre vie de couple.

Ça a été mon cas, le cas de certains de mes clients, de plein d’autres personnes.

À l’époque où je présentais les signes du burn-out, je me suis séparé de la personne avec qui j’étais pendant 3 ans parce que j’étais devenu exécrable et que tout m’exaspérait.

Quand vous n’avez jamais eu d’antécédents psychiques et que vous n’avez jamais connu d’épuisement professionnel cela peut-être ravageur et autodestructeur.

Votre conjoint a également un rôle de soutien dans ce que vous vivez.

Vous avez besoin de vous sentir en sécurité chez vous.

Soutenu, entendu et compris de votre entourage.

Car le burn-out est une maladie qui se nourrit du manque de reconnaissance.

Alors échangez avec votre conjoint, pas que sur le problème, mais sur les solutions à mettre en place.

Comme la nouvelle organisation provisoire de votre quotidien, les tâches domestiques, aller chercher les gosses, faire les courses, etc.

La différence avec les autres maladies c’est que le burn-out ne se voit pas forcément de l’extérieur.

Mais, comme toutes les maladies, on ne fait pas travailler une personne malade !

Donc pour être sûr que cela soit pris en compte, mettez l’accent sur le but de cette démarche et le résultat à atteindre.

À savoir, faire en sorte que votre maison soit une source de ressourcement et de repos dans le but de répartir la charge mentale.

Préoccupez-vous-en !

Et si être épuisé était l’occasion de vous engager envers vous-même dans votre propre vie ?

J’espère que vous conviendrez que la pire chose à faire serait de reprendre le travail après un burnout et de tout refaire exactement comme avant. 

Parfois, être dans un travail non épanouissement professionnellement et évoluer dans un endroit minable peut être l’occasion idéale pour faire de nouveaux choix dans votre vie professionnelle.

Le burn-out peut représenter le coup de pouce dont vous aviez besoin pour vous lancer dans une carrière de freelance, dans ce projet dont vous rêvez depuis des années ou pour changer de métier.

Peut-être que tout simplement, le moment est venu pour vous de changer de rôle.

Peut-être que vous avez aujourd’hui

Et si ce que vous aviez vécu n’était que le début de quelque chose que vous aviez besoin de vivre pour débuter le reste de votre vie.

À quoi ressemblera votre vie dans 5 ans ?

Vous savez comme moi que plus tard vous vous remercierez d’avoir pris maintenant la décision de vous écouter sans avoir de regrets.

Pour aller plus loin :

Vous voulez reprendre le travail après un burnout et préparer votre retour ? Ou vous avez pris la décision de changer de métier suite à ce burnout ? Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte.

Optin article

A lire aussi :

Se libérer du stress pour mieux suivre son instinct

Se sentir bloqué dans sa vie : faire passer sa vie de bloquée à géniale

7 trucs pour gérer et positiver son stress au travail

40 manières de lâcher prise et de se libérer de la douleur

Apprendre à lâcher prise et arrêter d’essayer d’être assez bon

BROWN OUT : entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

reconversion professionnelle

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital !

Si vous êtes un utilisateur de Facebook ou de Youtube, vous avez dû remarquer toutes ces publicités de personnes voyageant à travers le monde et ayant une vie incroyablement riche.

Riche d’aventures, riche de rencontres et d’exploration, riche de liberté.

Riche tout court… Enfin, riche… Tout est relatif car toucher 1200€ dans un pays où le salaire moyen est de 500€, peut donner le sentiment à certains d’être riche ou de vivre comme un “riche”.

Toutes ces personnes ont un point commun, elles sont jeunes, souvent célibataires, parfois freelances nomade digital et rarement en reconversion professionnelle.

Ca vous fait rêver, vous donne envie d’avoir ce qu’ils ont et peut-être aussi de devenir influenceur voyage.

Car, c’est comme ça qu’ils se définissent, influenceur voyage !

Et qu’en un claquement de doigts vous pouvez, vous aussi, avoir le même style de vie et devenir nomade digital.

La vérité sur le fantasme de devenir influenceur voyage

Sachez que ces personnes sont :

Soit, des experts du marketing qui ont quelque chose à vous vendre.

Soit, des voyageurs de longue date qui expérimente ce style de vie depuis plusieurs années… et qui ont elles aussi des choses à vous vendre.

Dans les deux cas, ce style de vie vous demandera de sacrifier quelque chose au départ.

Car, bien que leur vie puisse paraître somptueuse et insouciante, ce n’est pourtant pas la réalité.

ELLE A OSÉ... devenir influenceur voyage et nomade digital, devenir blogueur voyage,
ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

Le cas d’une nomade digital : Emily

C’est ce que me partage Emily qui voyage 11 mois dans l’année.

J’ai connu Emily a l’époque où elle se lançait et je peux vous dire que tout n’a pas été si rose pour elle, à l’instar de ce que disent ces personnes que vous voyez dans les pubs du net.

Tout n’est pas si simple, même si elle voyage à travers le monde, elle est très souvent payée en avantage pour faire son travail de blogueuse voyage.

C’est à la suite de sa rencontre avec sa meilleure amie, qui elle-même se faisait rémunérer lors de ses voyages, qu’elle a pris la décision de devenir influenceur voyage à son tour.

Ses débuts n’ont pas été faciles pour Emily, car elle a commencé à vivre de son blog voyage trois années après la création de celui-ci.

Et finalement avec beaucoup de passion et de patience, devenir influenceur voyage peut tout à fait être un objectif réaliste que beaucoup peuvent atteindre. 

À condition d’y mettre l’énergie, la passion et l’intelligence nécessaire pour changer de vie le plus vite possible.

Écoutez, l’interview d’Emily qui aidera, j’en suis sûr, tous ceux et celles qui envisagent de se lancer dans le secteur du voyage ou de devenir influenceur voyage.

Pour aller plus loin : le site d’Emily

ELLE A OSÉ... devenir influenceur voyage et nomade digital
ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

A lire aussi :

Elle a osé… lâcher son statut de cadre pour devenir coach scolaire

IL A OSÉ… quitter les pompiers pour OUVRIR UNE BOX de CROSSFIT

Il a osé… quitter Virgin radio pour devenir Kinésiologue

Il a osé… de conseiller Pôle Emploi à RIGOLOGUE

Elle a osé… quitter son job et son confort pour créer sa boîte