Pourquoi créer son métier sur-mesure : 10 avantages et inconvénients

Pourquoi créer son métier sur-mesure : 10 avantages et inconvénients

reconversion professionnelle

Vidéo : Pourquoi créer son métier sur-mesure : 10 avantages et inconvénients – entrepreneuriat vs salariat

Pourquoi créer son métier sur-mesure est plus sécurisant pour vous que de rester salarié ?

Avant de répondre à cette question, je souhaite vous partager un constat que j’ai fait suite à la lecture d’une news qui ma choqué.

Créer son métier sur-mesure : nouvelle sécurité ?

Un laboratoire connu prévoit de supprimer 1700 postes en Europe, dont 364 emplois en France. Alors que l’entreprise ne s’est jamais aussi bien portée.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Pas parce que je me soucie de cette entreprise. Mais plutôt parce que cela confirme encore une fois que choisir le salariat pour la sécurité de l’emploi est une idée reçue.

Je vais vous partager les avantages et inconvénients du salariat vs entrepreneuriat afin de vous aider à comprendre que créer son métier sur-mesure ou inventer son propre métier pourrait être une solution anti-chômage.

Mais avant, je dois rappeler les faits. Ce laboratoire est une multinationale qui a engrangé près de 11 milliards de dollars de chiffre d’affaires et a redistribué 4 milliards de dividendes à ses actionnaires.

Quand on entend ça en tant que salarié de l’entreprise, on pourrait se croire en sécurité.

  • Croire aussi que le travail est garanti.
  • Qu’il ne pourra jamais être menacé.
  • Et qu’on pourrait même se sentir protégé.
Créer son métier sur-mesure, créer son emploi, inventer un métier qui n'existe pas à domicile, créer son propre emploi la solution anti-chômage

La sécurité de l’emploi n’existe plus

Après tout, on a nous a dit quand on était enfant qu’il fallait faire de longues études pour avoir un “bon boulot”. Comme ça on aura toujours du travail.

Et, vous comme moi, on sait que tous les salariés licenciés de ce laboratoire ont dû entendre la même chose.

La vérité est qu’il n’y a tout simplement pas de filet de sécurité et encore moins pour toute la vie.

Il n’y a aucune assurance de garder un métier à vie quand on est salarié.

Et cela, peu importe si vous travaillez dans une grosse banque, chez Facebook, Apple, total, engie, etc.

Vous êtes malheureusement aussi vulnérables que n’importe qui d’autre.

Et, soyons honnêtes, ce que je vais vous dire pourra paraître un peu trop direct, mais : votre entreprise ne se soucie pas de vous.

La seule raison pour laquelle ils vous ont embauché c’est que vous leur faites gagner plus d’argent que vous n’en coûtez !

Le jour où la boîte pourra tourner toute seule, on vous remerciera. Et d’un certain côté c’est logique, car c’est une entreprise privée, sa raison d’être c’est de faire du chiffre, pas du social.

Créer son métier sur-mesure, créer son emploi, inventer un métier qui n'existe pas à domicile, créer son propre emploi la solution anti-chômage
Créer son métier sur-mesure

Créer son propre emploi : la solution anti-chômage ?

Je dois vous avertir, je dois vous partager une autre mauvaise nouvelle.

Vous êtes prêt ?

La crise sanitaire et l’innovation technologique ont encore plus fragilisé la sécurité de l’emploi.

Tout est devenu moins sûr.

La technologie nous permet de faire plus, en moins de temps. 

Regardez ce que veut faire Google en lançant des voitures autonomes. Que pensez-vous qu’il va arriver aux chauffeurs de taxi, livreurs ou autres ?

Rassurez-vous la bonne nouvelle, c’est que l‘innovation technologique a également facilité l’accès à l’entrepreneuriat. Il est devenu plus facile que jamais de transformer une idée de projet professionnel en activité, de créer son métier sur-mesure ou d’inventer son propre métier.

Si on part du principe qu’être salarié aujourd’hui ne garantit plus l’emploi à vie pour tous, créer son métier sur-mesure, devient en réalité l’option la plus sûre.

Créer son propre emploi serait ainsi une solution anti-chômage.

Mais avant de vouloir créer son métier sur-mesure, vous devez examiner les avantages et les inconvénients de ces deux formes de travail que sont le salariat et l’entrepreneuriat.

Créer son métier sur-mesure, créer son emploi, inventer un métier qui n'existe pas à domicile, créer son propre emploi la solution anti-chômage
Créer son métier sur-mesure : salariat vs créer son métier sur-mesure

Pourquoi créer son métier sur-mesure : 10 avantages et inconvénients

Parlons d’abord du fait de rester salarié à 100%.

Avantages et inconvénients du salariat

Avantages:

  1. Vous travaillez 35h, vous êtes cadré par la durée légale du travail. Même si vous devez parfois, souvent travailler après les heures de bureau. Mais ça n’est pas tous les jours le cas, pas vrai ?
  2. Vous avez du temps pour vous adonner à vos activités en dehors du travail. Même si parfois votre équilibre de vie pro/perso est sacrifié.
  3. Vous avez la possibilité d’avoir des promotions. Même si c’est rare.
  4. Vous avez des collègues qui représentent votre réseau de pairs. Même si vous ne les aimez pas tous.
  5. Au moins vous avez un salaire constant à la fin de chaque mois. Ça, c’est sûr à 100%

Inconvénients:

  1. L’effort et le travail acharné passent très souvent inaperçus.
  2. Votre salaire ne sera jamais proportionnel au bénéfice de votre entreprise.
  3. Les rapports de force et la concurrence entre collègues peuvent vous rendre fou.
  4. Il n’y a pas ou peu de reconnaissance au travail.
  5. Vous vivrez toujours avec la crainte de perdre votre job à la moindre crise.

Parlons maintenant de l’entrepreneuriat et de l’idée de créer son métier sur-mesure.

Créer son métier sur-mesure, créer son emploi, inventer un métier qui n'existe pas à domicile, créer son propre emploi la solution anti-chômage
Créer son métier sur-mesure

Avantages et inconvénients de créer son métier sur-mesure

Avantages:

  1. Vous ne rendez des comptes à personne d’autre que vous et vous pouvez travailler librement.
  2. Plus vous travaillez dur, plus vous augmentez la probabilité de chance de vous verser un salaire proportionnel à vos efforts.  
  3. Vous posez un jour de congé quand vous voulez.
  4. Vous êtes votre propre patron. Vous êtes ce que vous faites.
  5. Votre croissance n’a de limites que celles que vous vous fixez dans votre tête et c’est beaucoup plus satisfaisant de travailler pour soi.

Inconvénients:

  1. Le premier et le plus important c’est le facteur risque. Si vous ne parvenez pas à atteindre les résultats espérés, il y a des chances que l’aventure s’arrête.
  2. Il n’y a aucune garantie de succès et de réussite financière. De nombreux entrepreneurs ont dû reprendre un job de salarié pour se refaire.
  3. Vous n’êtes jamais totalement en vacances, le droit à la déconnexion n’est que théorique.
  4. Vous n’avez pas un seul patron, vous en avez plusieurs. Tous vos clients attendront que vous garantissiez une prestation de service de meilleure qualité.
  5. Vous n’aurez peut-être pas suffisamment de temps à consacrer à votre entourage.

Pourquoi est-ce que je vous parle de tout ça ?

Car c’est important que vous puissiez comprendre qu’il existe des avantages et des inconvénients à chacune de ces formes de travail. 

Je ne vous inciterai pas à faire un choix entre être salarié ou entrepreneur. Car personne ne peut mieux vous conseiller que vous-même.

En revanche, je vous invite à considérer sérieusement l’idée de créer son métier sur-mesure, de lancer son side project, d’inventer son propre métier en parallèle de son job de salarié pour anticiper l’avenir.

Créer son métier sur-mesure, c’est se donner la garantie de maîtriser et de posséder son outil de travail.

C’est aussi la garantie de développer et de préserver votre employabilité.

Mais si la seule raison pour laquelle vous ne franchissez pas cette étape est que vous pensez que c’est trop risqué et que vous êtes en sécurité en tant que salarié… pourquoi ne pas faire les deux ?


Pour aller plus loin :

Si vous voulez créer votre propre métier et lancer votre side project :

👉 Ne cherchez plus, pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour savoir par où commencer en vous inscrivant ci-dessous.

A lire aussi :

Slasheur : Il a osé… créer son entreprise de formation en étant salarié

Il a osé… devenir entrepreneur salarié : 1 idée clé à retenir

Entreprendre mais dans quoi ? Une piste simple pour avoir une idée

Lancer son projet passion : comment faire quand on est salarié ?

4 étapes simples pour transformer sa peur en force

4 étapes simples pour transformer sa peur en force

devenir optimiste et positif

Voici un processus simple pour transformer sa peur en force.

Oui, je sais un titre un peu racoleur qui fait penser à un jeune copié-collé français d’Anthony Robbins…

Mais, laissez-moi quand même vous demander :

Est-ce que vous avez déjà réfléchi à votre définition de la peur ?

Transformer sa peur en force ou laisser la force de la peur nous transformer ?

Comme le dit mon cher ami Will Smith dans un film que je vous déconseille de voir. Vous économiserez 1h30 de votre vie.

Il dit :

« La peur n’a rien de réel. Le seul endroit où cette peur existe, c’est dans nos pensées et notre vision de l’avenir. C’est une production de notre imagination qui induit en nous la peur de choses qui n’existent pas sur le moment et qui pourraient d’ailleurs ne jamais exister. Ce qui s’apparente à de la démence…le danger est bien réel, mais la peur est un choix.”

J’ai été d’accord pendant un moment de ma vie avec cette définition, mais depuis la crise sanitaire, j’ai revu ma définition.

Ma définition de la peur ressemble à quelque chose comme ça…

“La peur est une occasion d’exploration de ses capacités et de croissance personnelle. Une réserve de forces personnelles inexploitées. Le lien entre vouloir, vouloir faire et être.

Bien sûr, je sais bien que la peur peut-être bloquante. Et vous savez aussi qu’il y a certaines situations et contextes qui mettent en danger votre propre vie.

Mais il y a un autre point de vue autour de la peur qui provient de nos propres convictions.

Et le coupable est bien souvent notre esprit de singe et l’estime que nous avons de nous-mêmes.

Oui, oui vous avez bien entendu l’esprit de singe.

Transformer sa peur en force, citation peur, citation confiance en soi, citation sur la peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie
Domptez votre singe intérieur pour transformer sa peur en force

L’esprit de singe, maître de nos peurs

Vous et moi, on a un ami commun : Un singe.

Un singe qui vit dans la tête de chacun de nous. Il est agité, il est peureux et un peu fou.

Tim Urban en parle très bien lors de sa conférence TEDX . Certes sur un autre sujet que celui de transformer sa peur en force, mais autour d’un autre pouvoir : la procrastination.

Ce singe intérieur, dont Tim Urban fait allusion, l’empêche de se concentrer et fait qu’il procrastine à faire ce qu’il doit faire.

Mais ce singe intérieur, qui est très souvent instable, peut vous amener à faire un pas en arrière dès qu’un potentiel danger peut se présenter à vous… ou pas d’ailleurs.

Ce singe intérieur, c’est votre réaction à votre peur.

Votre pire blocage, votre réaction à la peur

Il vous empêche :

J’ai eu à dompter plusieurs fois dans ma vie, ce singe intérieur. La première fois c’était pour parler à une fille, puis pour quitter mon job pour entreprendre et je ne l’avais pas revu depuis.

À l’époque, je me rappelle que j’avais peur de ne pas être assez bon pour développer mon activité.

  • De ne pas être suffisamment intelligent.
  • De ne pas avoir autant de compétences et de connaissances que les autres entrepreneurs.
  • Je n’avais pas assez d’expérience pour trouver des clients ou prouver aux potentiels clients que je savais de quoi je parlais.

Mon petit singe intérieur me disait :

« Mais pourquoi quelqu’un voudrait t’écouter ? »

J’avais peur de ne pas être à la hauteur.

Et je vous épargne la liste des peurs irrationnelles que j’avais à l’époque.

Et devinez quoi, j’ai réalisé que la plupart étaient infondées et ne sont jamais arrivées. J’avais dompté ce macaque !

Seulement, voilà depuis la crise il est revenu pointer le bout de son nez.

Mais cette fois-ci c’était différent. Aujourd’hui, je sais ce que je vaux et quelles sont mes atouts.

Et 2020 n’a jamais été aussi riche pour moi. Je sais que ça n’est pas le cas pour tout le monde. Et je sais de quoi je parle quand je vois mon entourage.

Transformer sa peur en force, citation peur, citation confiance en soi, citation sur la peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie
Gardez le cap !

Culture de la peur : encore une bouchée !

La vérité est que, pour la plupart d’entre nous, la peur est présente régulièrement. Et si vous regardez la télé, vous nourrissez votre singe intérieur. Il prendra de plus en plus de place dans votre tête.

Il y aura de fortes chances que vous éprouviez de la peur à plusieurs niveaux et sous plusieurs formes à la fois (anxiété, stress, angoisse,etc.). 

Et vous vous créez des frontières physiques avec les autres ainsi que des frontières mentales avec vous-même et votre futur.

Comme un singe, la peur est sournoise.

Comment vivre avec cette peur et quoi faire ?

La réponse est simple.

Sachez que là où il y a de la peur, il y a une force, un pouvoir. 

Tout le monde vit actuellement dans la peur, il n’y a qu’à voir les comportements des gens en ce moment.

Ce qui vous différenciera de ces personnes, sera votre capacité à prendre conscience de votre peur, à l’accepter et surtout à agir face à cette peur.

Alors, je ne vais pas continuer à vous dire qu’on peut transformer sa peur en pouvoir, faut arrêter d’être racoleur !

MAIS, voici un cadre de pensée simple que j’utilise pour ne pas me laisser submerger par la morosité ambiante et continuer d’avancer sur mes projets.

Transformer sa peur en force, citation peur, citation confiance en soi, citation sur la peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie

4 étapes pour transformer sa peur en force

Avertissement:

Qu’on soit clair, ce que je vais vous partager, vous le savez déjà. Pour ceux qui s’attendaient à recevoir un secret puissant que personne ne connaît et qui va changer leur vie pour toujours s’ils appliquent mes conseils… vous vous êtes trompé d’endroit.

Parfois, vous approprier ce que vous savez déjà est plus puissant que d’apprendre de nouvelle chose. Tout est une question de routine. CQFD

1. Offrez-vous une réflexion personnelle et un discours intérieur rationnel

Depuis les attentats de 2001, je constate que la culture de la peur s’est médiatisée à outrance. Je ne parle pas que de la télé, mais aussi sur Internet.

On a habitué notre cerveau à être :

  • plus dans l’émotionnel que le rationnel
  • plus dans la réaction que dans la réflexion

Certains même sont drogués aux émotions et ont besoin d’être constamment dans l’excès pour avoir l’impression d’exister.

Et cela, les médias, les infos, les films, les séries, les youtubeurs, les écrivains de chez Eyrolles l’ont bien compris… faut vendre de l’émotion.

Et la peur, c’est une émotion ! C’est l’effet inverse de la confiance en soi. Si vous aviez à la base une faible estime de vous-même et des autres. Vous serez envahi par la peur, et vous l’entretiendrez par des croyances limitantes.

Souvenez-vous quand vous étiez enfant et que vous étiez convaincu que le Croque-mitaine vivait dans votre placard ou sous votre lit. Ça vous empêchait de vous endormir sereinement et rapidement. Vous l’avez déjà vu en vrai ? Non, c’était une histoire que vous avez vue ou entendue.

Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ?

Vous avez développé votre capacité réflexive, votre capacité à développer un discours intérieur rationnel.

La prochaine fois que vous vous sentez angoissé, nerveux, anxieux, effrayé ou incertain, je vous mets au défi de creuser profondément et de regarder ce qui se cache derrière cette peur.

Et demandez-vous c’est quoi la probabilité de chance que cette peur se réalise !?

La réponse vous calmera !

2. Pesez les options

Toujours dans la même idée, faites une liste des avantages et des inconvénients de ce qui se passerait si:

  • Vous continuez d’avancer sur vos projets et passions, malgré votre peur
  • Vous choisissez de rester enfermé dans votre peur en préservant le statu quo

Je sais déjà que vous prendrez conscience qu’il y a plus d’avantages à agir face à la peur que de maintenir le statu quo.

Finalement, le croque-mitaine n’est pas aussi effrayant que vous le pensiez ? Pas vrai ?

Transformer sa peur en force, citation peur, citation confiance en soi, citation sur la peur, citation changer de vie, citation trouver sa voie

3. Agir.

Il est plus facile de détruire que de construire. De s’autoconvaincre de ne rien faire que d’agir.

Le plus difficile est le premier pas. C’est comme en ski, une fois lancé vous déballez la pente, que ce soit sur vos skis ou sur le derrière. Une fois en bas vous vous êtes rendu compte que le monde ne s’est pas écroulé.

Faites ce tout premier pas dans la direction qui vous fera vous sentir vivant. 

Oui, la première étape est souvent la plus difficile. N’oubliez pas de faire un pas à la fois. Et soyez patient avec vous-même dans votre démarche.

4. Célébrez.

Soyez fier de vos actions. Donnez-vous une tape dans le dos pour affronter vos peurs et célébrez votre effort.

L’effort n’est pas suffisamment mis en valeur dans notre société, on a trop tendance à attendre un gros succès pour se féliciter.

Faire cela, alimentera votre élan positif et conservera votre volonté d’avancer !

Chaque fois que vous choisissez de regarder en profondeur et de découvrir ce qui se cache vraiment derrière votre peur, vous vous rapprochez de plus en plus avec votre pouvoir personnel.

À savoir votre capacité de faire des choix par vous-même et d’être orienté solutions plutôt que problème.

Vous devenez plus aligné avec qui vous êtes et ce que vous voulez dans la vie.

À vous de savoir, si vous êtes prêt à passer de la peur à la confiance en vos capacités ? 

Voilà, j’espère que ces 3 conseils vous aideront à trouver une idée de projet professionnel.


Pour aller plus loin :

Si vous voulez remettre en cause le statuquo et tester la faisabilité de vos idées de projet :

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour savoir par où commencer en vous inscrivant ci-dessous.

A lire aussi :

La peur de passer à côté de sa vie (FOMO)

Comment arrêter d’avoir peur du jugement des autres ?

La peur du regard des autres : 5 bonnes raisons de s’en moquer

Vaincre ses peurs : La peur du changement en coaching

3 choses apprises de mon burn-out à 30 ans avant de changer

Trouver sa place au travail quand on est multipotentiel ! Mission Impossible !?

Trouver sa place au travail quand on est multipotentiel ! Mission Impossible !?

reconversion professionnelle

Alors comme ça, on a du mal à trouver sa place au travail en tant que multipotentiel ?

Comment ça vous vous ennuyez vite dans votre job ?

Comment ça vous êtes au bord du burn-out dans votre travail parce qu’il n’a aucun sens ? Parce que votre manager ne sait pas manager, (comme la majorité des managers français) ou que vous vous sentez en décalage total avec les conversations palpitantes de poupons, de téléréalité et de ragots de vos collègues ?

Ha vraiment, je ne comprends pas pourquoi votre profil de multipotentiel ne trouve pas de place dans ce merveilleux monde du travail !

Vous devez exagérer ! Faites un effort, sinon vous allez être considéré comme un instable !

Ha ! C’est déjà le cas ?

Bienvenue dans le monde des personnes au profil multipotentiel.

Constat 1 : Difficile de trouver sa place au travail et du contenu de qualité

Non, non c’est bon je ne vais pas aborder le terme de multipotentiel en apportant une énième définition, en faisant le parallèle avec votre enfance, etc.

Pensez à ceux et celles qui ont déjà lu/vu 3 ou 4 de mes contenus, pour obtenir des informations sur leur fonctionnement (ou pour pomper certaines de mes idées pour en faire une vidéo médiocre sur leur chaine. Je ne citerai personne. Mais vous vous reconnaitrez.)

Plus sérieusement, vous voulez une définition exacte avec des ressources documentées où les auteurs font un véritable travail de fond ?

Allez faire un tour sur le site Kmeo.

Je vous en parle souvent… je sais ! Normal c’est mon deuxième projet.

Et si je vous en parle, c’est que Kmeo c’est une aventure humaine. Notre raison d’être est de mettre en valeur la diversité des profils qui peuvent exister et l’enrichissement mutuel à travers notre Kommunauté.

On y propose des ressources et des ateliers sur différentes thématiques.

Et dernièrement, j’ai organisé une session autour de la question de « trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel ».

Et j’ai fait un constat assez stupéfiant qui m’a permis de faire passer ma réflexion à un autre niveau, en ce qui concerne notre fonctionnement.

Constat 2 : tout est parti d’un questionnement

  • Qu’est-ce qui nous caractérise en tant que profil multipotentiel ?
  • Est-ce que c’est à nous de trouver notre place dans le monde du travail ?
  • Ou est-ce que ce sont aux RH de savoir quelle place nous faire au sein de leur environnement ?

Et quand je parle de trouver sa place au travail quand on est multipotentiel, je pose aussi la question de comment parvenir à déployer nos talents au sein d’une entreprise.

Ce sont les questions que j’ai posées aux membres de notre communauté, lors de l’atelier que j’animais.

Chacun, chacune avait ce point commun d’avoir eu des parcours professionnels en dent de scie, alternant les périodes d’activités avec les périodes de transition.

Trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel, trouver sa voie quand on est multipotentiel, citation multipotentiel, trouver sa place au au travail,
Trouver sa place au travail en apprenant sur soi…

Une autre difficulté pour trouver sa place au travail : un parcours atypique

Certains ont profité de ces transitions pour devenir slasheur, pour cumuler plusieurs jobs, pour créer leur activité ou tout simplement changer de métier.

Ha vous pensiez que vous étiez tout seul à ne pas pouvoir rester dans un job plus de 3/4 ans ?

Je vous rassure, on est nombreux.

Je vous rappelle que je suis resté 3/4 ans salarié avant de me sauver pour créer mon propre job sur mesure après être passé par la case Burn-out.

D’ailleurs, le constat alarmant que j’ai fait, c’est lorsque j’ai posé la question suivante : « qui a vécu un burn-out ici ?».

95% des participants ont levé la main !

Cela en dit beaucoup sur notre difficulté à trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel ou atypique.

Différents fonctionnements pour un même profil

Il y a plusieurs types de multipotentiels. Je ne rentrerai pas dans les débats sur la terminologie ou la différence entre haut potentiels, HPI, HPE, surdoué, multipotentiels, etc.

On laisse ces débats stériles pour les groupes Facebook de “zèbres”.

Je veux d’abord vous parler de deux types de fonctionnements avant d’aborder la question de trouver sa place au travail.

Je veux parler des séquentiels et des simultanés.

– Les multipotentiels séquentiels

Les séquentiels, ce sont les personnes qui comme moi vont passer d’un sujet à un autre très rapidement. Dès que je ne me sens plus débutant dans un domaine, je passe à autre chose.

J’ai l’impression d’avoir fait le tour de la question. Et je m’ennuie très rapidement.

Ce qui explique pourquoi on se sent dépérir dans son travail.

À l’époque où je venais enfin de trouver mon CDI. Aussi surprenant que cela puisse l’être, je me suis vite mis à regarder ailleurs au bout de 3 mois.

Je suis resté un peu plus longtemps, car comme j’étais consultant, j’étais en mode projet, je changeais de client régulièrement. Ça me permettait de répondre à mon besoin constant de nouveauté, de relever de nouveaux défis et de grandir.

Et l’autre fonctionnement, ce sont les simultanés.

– Les multipotentiels simultanés

Je le suis aussi, mais mon fonctionnement dominant reste tout de même séquentiel.

Les simultanés, et j’en connais quelques-uns, se passionnent conjointement sur plusieurs sujets totalement différents.

C’est en partie ce profil qui me contacte pour que je les accompagne dans leur projet de reconversion professionnelle et en général on découvre la majorité du temps qu’il existe bien un lien entre toutes leurs idées, passions ou activités.

Donc, si vous avez la sensation de ne pas avoir trouvé votre voie en tant que multipotentiel alors que vous avez plus de 30 ans, c’est normal !

D’ailleurs, j’ai abordé le sujet dans une précédente vidéo que vous trouverez ci-dessous.

Pourquoi on a autant de mal à trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel ?

Au-delà du fait que, si on n’a pas un manager ou un cadre de travail qui prend en compte nos fonctionnements (excusez-moi du terme) on se fait vite chier dans notre vie professionnelle.

Là où un manager va se dire : “Super ! Il est très vite efficace et performant dans son boulot, on va le laisser là où il est !”

Mais, ce qu’ils n’ont pas compris, c’est qu’on ne reste pas en place. Déjà que c’est difficile de rentrer dans une case. Alors, rester sur la même activité plus de 3 mois… au secours !

La société a tendance à vite étiqueter les êtres humains, alors imaginez dans le monde du travail où l’on recherche l’hyperspécialisation tout en étant polyvalent d’ailleurs (Une autre incohérence du monde du travail).

Pardon je m’écarte !

Comment trouver sa place au travail quand est multipotentiel ou atypique ?

Avant de répondre à cette question, répondez-moi en commentaire, combien d’entre vous ont pour valeur : la justice ?

C’est-à-dire :

  • Est-ce que la justice est importante pour vous ?
  • Est-ce que le sentiment d’injustice vous démobilise ?

Je suis curieux de savoir combien de personnes partagent cette même valeur. Inscrivez-la en commentaire.

Aussi, si vous attendez de la reconnaissance au travail de la part de votre manager, vous allez vitre être déçu… comme je l’ai été.

N’y comptez pas, si vous avez un manager toxique.

On vous pointera du doigt quand vous ferez mal une tâche. Mais toutes les fois où vous la ferez bien, on prendra ça pour acquis. Vous pouvez toujours attendre la petite tape dans le dos qui ne viendra jamais. Sauf pour vous coller une étiquette.

Trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel, trouver sa voie quand on est multipotentiel, citation multipotentiel, trouver sa place au au travail,
Trouver sa place au travail

Trop instable pour trouver sa place au travail

Désolé, vous êtes trop instable pour notre entreprise !

Vous avez changé 3 fois de postes en 3 ans ?

Vous avez peut-être une plus grande valeur ajoutée à apporter que d’autres… mais moi en tant que recruteur, j’ai besoin d’être rassuré que vous allez rester jusqu’à ce que NOUS on vous quitte !

Pardon, je m’écarte encore !

Bref, parlons-en de votre parcours hachuré.

Je dis souvent que les recruteurs français gagneraient à élargir leurs visions et à s’adapter un petit peu plus au monde extérieur qui évolue plus vite que leurs croyances limitantes.

Hé oui, combien d’entre eux ne vous appelleront pas parceque’ils regardent d’abord :

  • où est-ce que vous habitez,
  • où est-ce que vous avez fait vos études,
  • où est-ce que vous avez travaillé…

plutôt que de s’intéresser un peu plus à :

  • ce que vous savez faire
  • et vos appétences.

Mais bon, ils préfèrent échanger entre eux sur Linkedin à faire semblant d’être avant-gardiste et originaux dans leurs techniques de recrutement.

Trouver sa place au travail quand on est atypique, profil multipotentiel, trouver sa voie multipotentiel
Haaaa, les stratégies de marque employeur

Ça va leur faire bizarre quand ils ne retrouveront sur le marché de l’emploi que des profils s’étant reconvertis plus de 5 fois.

Et le mouvement a déjà commencé !

La rigidité du marché du travail en cause ?

Vous savez que je suis parti vivre au Canada (D’ailleurs je salue mes amis et cousins Québécois).

Tous les entretiens que j’ai passés, on évaluait mes capacités, mes aptitudes, mon savoir-être, mon savoir-faire plutôt que mes diplômes, mon passé professionnel, etc.

C’est peut-être pour ça que beaucoup de salariés français ne sont pas dans le savoir-faire, mais dans le faire-savoir auprès de leur manager pour être sûr d’avoir la plus grosse augmentation… Tristan si tu me lis…

Dans certains secteurs et certains pays, passer d’un secteur d’activité à un autre, d’une fonction à une autre est plus simple et mieux accepté professionnellement… voire plus valorisé.

Pas étonnant que vous vous posiez la question de comment trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel ou atypique.

Trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel, trouver sa voie quand on est multipotentiel, citation multipotentiel, trouver sa place au au travail,

Et donc ?

Ça ne sera pas facile, mais vous l’aurez compris, pour se sentir à sa place, il vous faudra donc trouver un environnement de travail en cohérence avec vos valeurs.

Ce n’est pas évident, c’est pour cela que certains comme moi, ont compris qu’ils auront plus de difficultés à trouver un environnement de travail bienveillant et adapté à leur fonctionnement que de créer leur propre activité et en vivre.

Créer son activité quand on a un profil multipotentiel n’est pas une fin en soi, mais admettez qu’on ne peut pas tester tous les cadres de travail pour savoir si on se sentira à sa place ou non.

  • L’idée que vous seriez plus épanouie dans un grand groupe en occupant des fonctions transverses… c’est une bêtise !
  • Les grands groupes où chacun doit rester à sa place prisonnier des procédures et processus ? Pourquoi pas !?
  • Testez voir, il y a bien une grande entreprise qui sera détachée de ses procédures et processus…. good luck !

Si j’étais face à un RH, il me dirait :

Oui, mais il y a la gestion des talents, les mobilités internes…”

Ça, ça reste bien souvent dans les cours que j’enseigne aux masters RH.

Quoi faire pour trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel ?

Comme je vous l’ai dit, trouvez un endroit où vous pourrez :

  • Vous sentir libre d’exercer une tâche ou une activité par choix et non par obligation.
  • Une activité en accord avec vos valeurs et où vous pourrez vous exprimer librement.
  • Exprimez votre créativité, exprimez vos talents, exprimez vos idées.

Reconnaissez vos atouts.

Faites ce travail de réflexion pour identifier vos forces, car en tant que multipotentiel vous avez plus de qualités que vous ne le croyez.

Seulement, comment connaître votre valeur ajoutée, si vous vivez constamment dans le syndrome de l’imposteur, si vous vous sentez constamment décalé, dispersé, anormal, instable, irresponsable, inconstant et parfois même feignant, car vous avez du mal à être régulier.

Il vous faut vous affranchir du diktat sociétal.

C’est pour ça qu’autant de multipotentiels font le choix de créer leur propre activité pour être autonome, continuer d’apprendre en permanence, acquérir de nouvelles compétences et surtout les valoriser au sein d’une activité qui aura du sens, celle qui sera à l’image de vos multiples passions et intérêts.

Vous l’aurez compris trouver sa place au travail quand on a un profil multipotentiel n’est pas si évident que ça.

Mais est-ce qu’apprendre juste pour le plaisir ce ne serait pas cela la clé de votre épanouissement ?

Pour aller plus loin :

Si trouver sa place au travail est important pour vous, mais que vous ne savez pas par où commencer. Que vous voulez enfin vous épanouir professionnellement, mais que vous ne savez pas quel métier choisir pour une reconversion…

👉N’espérez plus. Pensez au coaching. Je vous accompagne pour faire naître votre idée de projet de reconversion. Pour cela rien de plus simple, contactez-moi en cliquant ici.

Ou

👉Si vous ne vous sentez pas encore prêt, je vous invite à télécharger gratuitement mon guide pour trouver le job idéal à coup sûr.

A lire aussi :

Se motiver au travail : Vaincre ces 4 tueurs de motivation

Se motiver au travail : Vaincre ces 4 tueurs de motivation

Comment se motiver

Ces questions font actuellement partie du quotidien de milliers de personnes.

Vous allez constater que je me les suis posé cette année.

Trouver soi-même la motivation d’avancer

Pendant toute ma vie, j’ai toujours eu un cadre.

J’ai toujours grandi et évolué grâce aux autres qui m’ont guidé.

Vous pourriez vous dire que je suis une personne qui s’est toujours sentie en sécurité, car elle suit les instructions et les directives qu’on lui donne pour avancer dans sa vie.

Le seul problème c’est que je ne suis pas toujours arrivé à la destination que je m’étais imaginé. Et surtout pendant mes études.

En réalité, je n’arrivais pas là où je voulais être en suivant les conseils des autres.

J’ai donc décidé de changer tout cela.

Se motiver au travail, se reconvertir, comment faire un métier que l'on n'aime pas, comment se motiver à travailler, comment se motiver, citation motivation
Se motiver au travail

Comment se motiver pour travailler à la maison ?

Depuis le lancement de mon entreprise, j’ai ressenti à la fois le pouvoir de la liberté, du contrôle et de l’expression, mais aussi la peur de la liberté, du contrôle et de l’expression !

Je n’ai pas quelqu’un au-dessus de moi pour me dire à quoi devrait ressembler mon agenda. Personne ne contrôle ce que je fais en me surveillant pour voir si je suis toujours proactif ou pas.

Après avoir été un bon petit soldat salarié acceptant tout ce qu’on lui dit pendant des années, j’ai finalement obtenu l’indépendance que je voulais.

Et pourtant je pars de loin, je vous jure qu’il y a des fois, j’aurai préféré avoir un patron qui me dit quoi faire en me faisant marcher au bâton pour avancer.

Dans mon éducation, à l’école, à la salle de sport, au travail, j’ai toujours un cadre qui m’a construit. Et maintenant, je lutte quotidiennement pour trouver la motivation de l’intérieur et savoir comment rester motivé.

Pourquoi je vous dis tout ça, car peut-être comme ces milliers/millions de français à travailler à distance à la maison ou dans de mauvaises conditions, se motiver au travail devient de plus en plus compliqué.

J’ai travaillé dur pour vous identifier 4 tueurs de motivation qui empêchent de se motiver au travail et je vous les partage tout de suite.

Vaincre ces 4 tueurs de motivation pour se motiver au travail

1. Peur de l’échec

Avis à tous les perfectionnistes qui sont l’otage de la procrastination, il y a un truc assez simple qui vous oppresse, c’est le poids écrasant des attentes que vous avez vis-à-vis de vous-même.

Et cela, empêchent quiconque de se motiver au travail !

Combien de fois avez-vous été vaincu avant même d’accepter une tâche ou une mission, car l’inconnu, l’incertain et la peur d’être déçu du résultat vous écrasaient de peur ?

Je peux remettre au lendemain des tâches ou des missions en me disant que je n’ai ni le temps ni les moyens pour les mener à bien.

Cette façon de penser me paralysait.

J’ai réalisé qu’il était préférable (le plus souvent) de sauter le pas pour se motiver au travail, quelques soit les circonstances, qu’elles soient à mon avantage ou pas. 

Plutôt que d’être dans le rejet systématique d’un résultat décevant ou non.

Peu importe si d’autres personnes apprécient ou comprennent mes actions.

Je ne suis pas en train de vous dire que vous ne devriez pas faire de votre mieux.

Je dis qu’à un moment donné, il vous faut prendre conscience que vous devrez arrêter de tourner en rond et commencer à avancer.

Même si échouer n’est pas agréable, la plupart de mes anciens clients qui ont changé leur vie ont tous accepté de passer par des moments difficiles pour finalement atteindre leur cible.

Se motiver au travail, se reconvertir, comment faire un métier que l'on n'aime pas, comment se motiver à travailler, comment se motiver, citation motivation
Le bon état d’esprit pour se motiver au travail

2. L’Absence d’objectifs clairs

Échouer ça fait peur, en ce moment le sentiment d’échec est présent chez beaucoup d’entre nous. On n’est pas tous égaux face à cette crise et cela peut être plus difficile de se motiver au travail.

Cela dit, ça n’a jamais été une option pour moi de me laisser écraser par la peur de l’échec.

Vous pouvez atténuer la peur écrasante de l’échec en vous concentrant sur des objectifs gratifiants, agréables et réalisables.

Se réinventer dans sa vie et rebondir après un échec nous oblige à faire des choix pour nous adapter.

On ne peut pas tout avoir, tout de suite. Mais parfois on est tellement occupé à se comparer avec les autres que l’on sabote toute chance de pouvoir faire un choix qu’on doit vraiment faire pour arriver à surmonter un obstacle et arriver là où on doit vraiment être.

Comment se motiver au travail quand on ne sait pas où on doit aller ou ce que l’on doit faire ?

C’est quand la dernière fois que vous vous êtes fixé des objectifs ?

Les objectifs sont importants pour comprendre où vous voulez aller et pour vaincre l’inertie.

Toutes les fois où je n’avais pas une liste d’objectifs à court, moyen et long terme, je me reposais sur mes lauriers.

Prioriser votre liste de choses à faire. Mettez de côté toutes ces actions qui ne contribuent pas à votre évolution.

Des outils pour vous organiser, il y en a un paquet. Trello, Coggle, le mindmapping. En procédant ainsi, vous visualiserez comment vous rendre d’un point A au point B.

Vous remarquerez que c’est beaucoup plus amusant, efficace et gratifiant de créer et de mettre en œuvre des stratégies quotidiennes pour se motiver au travail et obtenir ce que vous voulez. Plutôt que de subir la peur et la morosité ambiante.

Sans des réalisations plus tangibles de vos rêves, aspirations et objectifs, vous aurez du mal à savoir par où commencer pour se motiver au travail.

3.  Ignorer votre santé

Vos pires ennemis en ce moment sont la dépression, le pessimisme et la négligence qui vous priveront de plaisir pour toute activité.

Mais aussi tout ce qui bouffe votre sommeil, comme Netflix et les plateformes de VOD.

Si je me mets à consommer une série trop tard dans la journée, je vais avoir envie de voir la suite.

Ou si je décide de réfléchir à mon activité à minuit, il y a de fortes chances que je me retourne dans mon lit jusqu’à 2 heures du matin, ce qui me laisse peu de temps pour me reposer mentalement.

Les deux prochains jours, je serai fatigué et stressé, alors je choisirais de consommer encore plus de caféine pour rester énergique pour mes coachings, ateliers et formations, créant ainsi un cercle vicieux et tout en me demandant pourquoi c’est si dur de se motiver au travail !

Vous connaissez ça vous aussi ?

Avoir le nez dans le guidon dans votre job et ne pas prendre de temps pour ne rien faire, pour se reposer est la meilleure manière de vous épuiser.

Un temps trop important devant les écrans, ajouté à cela une mauvaise position, hydratation, alimentation, le manque d’exercice et de liens sociaux vous enverront sur les montagnes russes de la démotivation, diminuant ainsi vos réservoirs de volonté.

Ce qui peut conduire à de la dépression créant un tout nouveau cercle vicieux de pensées négatives et de niveaux d’énergie très bas.

Vous devez stopper le cycle à un moment donné. Reconnaissez-le et remontez la pente

Se motiver au travail, se reconvertir, comment faire un métier que l'on n'aime pas, comment se motiver à travailler, comment se motiver, citation motivation
Remettre en cause le statuquo

4. Perte d’identité de base

Je vous pose une dernière question :

  • Selon vous, comment est-ce possible de gérer efficacement l’un de ces trois défis que je viens de vous partager, si vous ne savez pas comment est-ce que vous fonctionnez ?
  • Si vous ne comprenez pas votre câblage interne ?
  • Si au fond de vous, vous ne savez pas ce que vous voulez ? 
  • Ou plus important encore que vous ne savez pas la vie que vous voulez avoir ?

Je n’oublierai jamais ma première séance de coaching privée en tant qu’«adulte» et à quel point il a été déstabilisant pour moi de ne pas savoir répondre aux questions précédentes. 

À la fin de notre première séance, je me suis dit avec tristesse : « Je ne sais même pas ce que je veux.»

Il m’a fallu beaucoup de travail de réflexion sur moi-même pour le découvrir et rester fidèle aux réponses à ces questions.

S’il y a bien une bonne pratique que je conseillerais à n’importe qui pour se motiver au travail, c’est la planification.

Il n’y a pas un moment après avoir été vraiment honnête et juste avec moi-même où je n’ai pas été en mesure de me motiver au travail après avoir planifié des actions qui me feraient évoluer, qui me permettraient de passer ma vie de bloqué à géniale.

Planifier des actions en lien avec mes principes. Des principes humbles et honorables pour rester aligner avec la personne que je suis et que j’ai envie d’être.

Restez toujours en mouvement, c’est une des clés pour se motiver au travail.

Ce qui a empêché mon monde de s’effondrer lorsque les choses n’allaient pas dans mon sens.

C’est un sentiment tellement stimulant et satisfaisant.

On se donne l’opportunité de rester maître de son destin.

Et ça rend la prise de risque tellement plus excitante et la planification des objectifs plus alignée à soi-même.

Ces quatre tueurs de motivation semblent travailler ensemble dans le but de tuer mon élan. 

Parfois, ils gagnent. Parfois non. Mais depuis la crise, je me rends compte que je les contrôle de plus en plus, malgré la situation. Cela a été la bataille de ma vie, et peut-être que c’est aussi la vôtre. Mais ça vaut la peine de se battre pour nos vies.

Pour aller plus loin :

Si vous avez pour projet de vous reconvertir, mais que vous ne savez pas par où commencer. Que vous voulez enfin vous épanouir professionnellement, mais que vous ne savez pas quel métier choisir pour une reconversion.

👉N’espérez plus. Pensez au coaching. Je vous accompagne pour trouver le job idéal. Pour cela rien de plus simple, contactez-moi en cliquant ici.

Ou

👉Si vous ne vous sentez pas encore prêt, je vous invite à télécharger gratuitement mon guide pour trouver le job idéal à coup sûr.

A lire aussi :

Changer de job ou se remotiver au travail

entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

Bore-out : L’ennui au travail. Que faire ? 10 clés

Je n’ai plus envie de travailler ! Quand le confinement impacte le travail…

Quel métier choisir pour une reconversion professionnelle : 5 clés

Quel métier choisir pour une reconversion professionnelle : 5 clés

reconversion professionnelle
  • Vous en avez marre de la routine professionnelle ?
  • Marre de revivre le même train-train quotidien professionnel tous les jours ?
  • Et cette période actuelle a accentué votre envie de vous reconvertir professionnellement ?

Mais se reconvertir pour faire quoi ? Quel métier choisir pour une reconversion professionnelle ? Comment faire un choix sans se tromper quand on voit toutes les possibilités professionnelles qui se présentent à nous ?

Si vous voulez être sûr de réussir votre reconversion, la première étape sera d’obtenir une idée de nouveau métier.

Je vous partage 5 pistes pour savoir quel métier choisir pour une reconversion et vous à aider à faire le bon choix.

Comment savoir quel métier choisir pour une reconversion professionnelle ?

Quel métier choisir pour une reconversion ? Quel métier me correspond ? Changer de métier, comment choisir un métier, quel métier pour reconversion, se reconvertir, se reconvertir mais dans quoi, comment choisir un métier quand on ne sait pas quoi faire
Quel métier choisir pour une reconversion ?

1. Lâchez les bilans de compétences !

Vous avez sûrement dû voir qu’il vous faut faire un bilan de compétences lorsque l’on veut se reconvertir.

Un bilan de compétences pour savoir quel métier vous correspond ?

Laissez-moi vous confirmer ce que vous pensez déjà des bilans de compétences : vous finirez déçu comme la plupart des gens qui ont suivi un bilan de compétences.

Vous en reviendrez à dire ce que beaucoup de personnes disent :

« ça ne m’a pas aidé », « J’ai reculé à chaque fois que j’en faisais un », « je suis toujours aussi incertain », « je n’ai rien appris de ce que je savais déjà ».

Vouloir faire un bilan de compétences pour savoir quel métier choisir pour une reconversion professionnelle n’est pas une solution.

Sauf si vous êtes nostalgique de l’école, du conseiller d’orientation des années 90/2000 et que vous aimez avoir un cadre scolaire.

Dans ce cas, ça sera pour vous le parfait outil.

Un outil qui ne remplit pas son rôle, car trop tourné vers le passé, trop scolaire, trop peu pertinent, trop bâclé…

Vous avez dû remarquer que le bilan de compétences est à la mode en ce moment, il y en a partout.

Sous toutes les formes, ça pullule de partout.

C’est comme les formations de manager, il y en a des milliers qui sont dispensées chaque année pour améliorer le management des entreprises françaises.

Et pourtant, toujours autant de burnout et de salariés qui continuent de souffrir de la médiocrité de certaines managers (et parfois d’un manager toxique).

Les bilans sont présentés comme la solution pour savoir quel métier choisir pour une reconversion… Haaa le marketing !

Le bilan de compétences vous maintiendra dans votre zone de confort, dans ce que vous connaissez déjà.

Tous ceux et celles qui vous proposent des bilans de compétences ne sortent pas de leurs schémas de pensée. Et leurs méthodologies ou de synthèses se résument à du copier-­coller.

Si vous cherchez du sur-mesure, vous vous êtes trompé d’endroits !

À vous de voir ce que vous préférez pour savoir quel métier choisir pour une reconversion professionnelle : un outil scolaire qui vous coûtera entre 1500 et 3000€ fait par quelqu’un qui n’est jamais passé par votre questionnement et qui ne sait pas ce que vous vivez, car il ne l’a jamais vécu.

Ou vous préférez un accompagnement personnalisé. C’est vous qui voyez !

Quel métier choisir pour une reconversion ? Quel métier me correspond ? Changer de métier, comment choisir un métier, quel métier pour reconversion, se reconvertir, se reconvertir mais dans quoi, comment choisir un métier quand on ne sait pas quoi faire
Quel métier choisir pour une reconversion ?

2.Listez les métiers émergents et qui vous correspondent

Avec la crise, le monde a été plongé dans la digitalisation du travail et des relations.

Pour savoir quel métier choisir pour une reconversion, il va vous falloir faire un gros travail de recherche et d’analyse des tendances du marché.

Dis comme ça, ça peut paraître colossal.

Mais vous ne savez pas ce que vous ne savez pas.

Il vous donc faut avoir une représentation objective des métiers dont le secteur d’activité n’a pas ou peu été impacté par la crise ou des secteurs émergents ou prometteurs.

Il vous faudra partir de vous afin de savoir si vous vous voulez

  • Préserver votre confort financier ou non ?
  • Améliorer ou préserver votre équilibre de vie pro/perso ?
  • Être passionné dans ce que vous faites ?

Voici quelques secteurs ouverts aux reconversions professionnelles même après la crise, on retrouve :

  • L’environnement

J’ai de plus en plus de demandes de personnes qui veulent évoluer dans l’environnement. Et ça tombe bien, car beaucoup d’entreprises intègrent de plus en plus d’objectifs de développement durable dans leurs stratégies et politique RSE.  

Sinon, si vous avez pour projet de vous lancer dans la permaculture ou le maraîchage bio, etc., il vous faudra bien réfléchir à un modèle économique avant de vous lancer.

  • Le numérique

On parle beaucoup de numériques. Si vous avez une appétence pour les nouvelles technologies, la technique et l’analyse de donnée, c’est pour vous. Des métiers comme le webdesigner, community manager, data analyste voire la conception de sites sont en plein boom.

Pour info, les clients avec qui j’ai travaillé cette année qui se demandaient quel métier choisir pour une reconversion et qui avaient pour projet de travailler dans le numérique ont très vite trouvé un job avec de bonnes conditions de rémunération.

  • L’immobilier

Un ancien collègue qui s’est reconverti dans l’immobilier m’a dit que son activité avait quadruplé depuis le déconfinement.

Si vous recherchez un secteur qui recrute avec des opportunités d’évolution de carrière. Que vous aimez vendre, promouvoir et le relationnel. Formez-vous à ce métier, mais faites attention, toutes les formations ne se valent pas, choisissez bien.

Quel métier choisir pour une reconversion ? Quel métier me correspond ? Changer de métier, comment choisir un métier, quel métier pour reconversion, se reconvertir, se reconvertir mais dans quoi, comment choisir un métier quand on ne sait pas quoi faire
Quel métier choisir pour une reconversion ?

3. Acceptez l’idée qu’un CDI ne vous met plus à l’abri !

Avant la crise, on disait, l’emploi à vie, c’est fini !

Ce qui est surtout fini c’est la sécurité de l’emploi.

Avoir des diplômes, une expérience, un statut ou des responsabilités ne vous met plus à l’abri d’un licenciement ou chômage partiel.

J’ai même tendance à dire qu’être dépendant d’une seule source de revenus peut être dangereux en période de crise.

D’où la nécessité, quand c’est possible, de profiter du chômage partiel pour se reconvertir et élaborer un plan B au cas où.

En 2015, je faisais une vidéo sur les raisons de quitter son job et je disais la chose suivante :

“Être salarié, c’est remettre entre les mains d’un patron ou d’un manager son avenir professionnel. En un claquement de doigts, il peut vous rendre riche ou pauvre. Il peut vous casser professionnellement. Et vous perdrez le contrôle de votre destinée.”

C’est pour cette raison que beaucoup de personnes décident de se mettre à leur compte ou de slasher en cumulant plusieurs jobs.

Le système d’aujourd’hui se transforme. Les mentalités aussi changent.

À vous de savoir comment vous adapter et trouver la configuration de travail idéale dans laquelle vous pourrez continuer de vous épanouir professionnellement et vivre la vie qui vous ressemble.

Pour information, 70% des salariés envisageaient de changer de vie avant le confinement. Après le confinement, ce chiffre a dû bondir.

Car je suis sûr que vous faites partie de ces personnes qui ont de plus en plus envie de quitter leur ville pour s’installer ailleurs, n’est-ce pas ?

Qui sait ? Ce changement de vie vous amènera peut-être à faire partie des 60% d’actifs qui ont déjà connu une transition professionnelle avant le confinement.

Je disais en 2016, que l’on sera amené à se reconvertir plusieurs fois à l’avenir. La crise m’a confirmé cette idée.

4. Il n’est jamais trop tard pour savoir quel métier choisir pour une reconversion

Que vous ayez 30, 40, 50, 60 ans, il n’est jamais trop tard pour apprendre de nouvelles connaissances, développer de nouvelles compétences et se positionner sur une nouvelle expertise.

Ce qui vous fait croire que ça n’est pas possible, c’est le conditionnement social et votre style de vie.

Vous vous dites peut-être:

“Ha si j’étais célibataire, sans prêt immobilier à rembourser, sans enfants, je pourrais changer de métier, lancer mon projet passion, entreprendre, etc.

Mais, vous ne l’avez pas fait à l’époque !

Si vous y pensez aujourd’hui, faites-le, mais faites-le intelligemment !

Quand j’entends quelqu’un me dire, il est trop tard, je réponds :

Les personnes qui disent qu’il est trop tard sont les mêmes qui disent qu’il est trop tôt !

Peu importe votre âge, que vous ayez moins de 40 ans ou plus de 40 ans si vous êtes là c’est que vous vous demandez quel métier choisir pour une reconversion professionnelle.

Vous avez besoin de changement. Et cela passe par l’apprentissage.

Alors, certes la formation en France ce n’est pas encore ça, mais c’est en train de changer. C’est sur la voie de l’amélioration.

Donc je le répète faites attention aux organismes de formation où vous vous inscrirez pour votre changement de carrière. Trouvez celle qui vous conviendra.

Quel métier choisir pour une reconversion ? Quel métier me correspond ? Changer de métier, comment choisir un métier, quel métier pour reconversion, se reconvertir, se reconvertir mais dans quoi, comment choisir un métier quand on ne sait pas quoi faire
Quel métier choisir pour une reconversion ?

5. L’introspection pour savoir quel métier choisir pour une reconversion

Je constate qu’il y a deux types de candidats à la reconversion professionnelle.

  • Il y a les gens de cœur.

Ceux qui vont trouver leur passion et leur mission pour s’en servir comme point de départ pour savoir quel métier choisir pour une reconversion.

Ils n’envisagent pas d’exercer d’autres métiers sans être passionnés par ce qu’ils font. Peu importe le prix.

Ils sauront quel métier choisir pour une reconversion en fonction de leurs besoins et de leurs envies.

  • Et puis, il y les gens de raison.

Ceux pour qui l’épanouissement et l’équilibre de vie sont importants, mais qui prennent surtout en compte les contraintes financières et matérielles.

Ils seront dans l’analyse et étudieront le marché pour identifier les tendances actuelles et les opportunités de reconversion professionnelle.

Peu importe la catégorie à laquelle vous vous situez, dans tous les cas vous aurez à vous poser ces 3 questions :

1. Quel serait mon environnement de travail idéal ?

Si vous vous demandez quel métier choisir pour une reconversion, c’est que votre environnement de travail ne vous convient plus ? Pas vrai ?

Comme je vous comprends !

Faites alors ce que j’ai fait, vous devrez vous poser des questions indispensables pour savoir quel serait le cadre de travail idéal pour vous.

À savoir :

  • Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?
  • Souhaitez-vous être autonome dans vos prises de décisions ou avoir une ligne directrice ?
  • Quelles seraient les relations avec vos collègues ?
  • Serez-vous au même endroit chaque jour ?
  • Etc.

Pour cela, commencez par filtrer ce qui vous satisfait actuellement et ce qui ne vous convient plus du tout.

2. Quelles connaissances et compétences j’aimerais développer ?

Il vous faudra identifier les connaissances et compétences acquises et celles que vous voudriez acquérir. Cela vous permettra de renouveler et de mettre à jour votre zone d’excellence.

Si vous avez développé des connaissances dans votre vie personnelle en cuisine, en économie ou ailleurs, comment celles-ci pourraient vous être utiles ?

Et idem pour vos compétences ?

Cela vous permettra d’identifier les compétences transférables à d’autres métiers.

  • Quelle est la vie que j’ai envie d’avoir ?

Avec le confinement, vous êtes nombreux à vouloir changer de vie.

Pour ceux et celles qui ne peuvent pas changer maintenant, vous devrez faire avec cette frustration de ne pas assouvir ce besoin de changer de métier.

Cependant, profitez que vous êtes toujours en poste pour anticiper votre reconversion et faire ce travail d’introspection.

Repensez à la vie que vous vous imaginiez avoir quand vous étiez enfant.

Tous ces rêves que vous avez mis de côté parce qu’un prof ou un parent s’est opposé à ce que vous vouliez faire, parce que vous n’aviez pas l’expérience et la maturité d’aujourd’hui ou que le marché de l’emploi de l’époque ne vous le permettait pas…

La reconversion professionnelle est une opportunité qui vous permet de devenir la personne que vous avez toujours voulu être. Alors, saisissez-la.

Si vous avez pour projet de vous reconvertir, mais que vous ne savez pas par où commencer. Que vous voulez enfin vous épanouir professionnellement, mais que vous ne savez pas quel métier choisir pour une reconversion.

👉N’espérez plus. Pensez au coaching. Je vous accompagne pour trouver le job idéal. Pour cela rien de plus simple, contactez-moi en cliquant ici.

Ou

👉Si vous ne vous sentez pas encore prêt, je vous invite à télécharger gratuitement mon guide pour trouver le job idéal à coup sûr.

A lire aussi :

Mes 5 conseils pour se réinventer dans sa vie et être aligné

Mes 3 clefs pour trouver sa voie quand on est multipotentiel

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

Trouver sa vocation : 13 conseils à suivre pour se secouer

Bore-out : L’ennui au travail. Que faire ? 10 clés

Bore-out : L’ennui au travail. Que faire ? 10 clés

reconversion professionnelle

Je m’ennuie au travail !

L’ennui au travail est fréquent ! Vous n’êtes pas la seule personne.

Que diriez-vous si je vous disais que vous êtes nombreux à vous ennuyer dans votre job actuel ?

Que cela soit lié à la monotonie du travail, à une baisse d’activité ou des tâches qui n’ont aucun sens pour vous, la réalité est là, vous vous ennuyez dans ce que vous faites.

Le bore out, l’ennui au travail est devenu un point d’attention des médias.

Si certains pensent que ceux et celles qui sont touchés par ce fléau sont des flemmards, la réalité est tout autre.

Et bien souvent c’est plus un problème de surqualification que de la paresse.

L’ennui au travail ou le boreout est-il toujours un problème d’actualité dans notre monde postmodernité dans lequel on est tombé à cause de la crise sanitaire ?

Et bien vous allez apprendre qu’à l’heure où les managers vous demandent d’être disponible à toute heure et de partout, ou que le burn-out se répand de plus en plus à cause des demandes excessives, que c’est ce qui alimente votre frustration au travail et qui vous donne l’envie de changer de vie.

L’ennui au travail : la culture du vide

Si comme moi, à l’époque où j’étais consultant, vous êtes en attente de projet, de missions et d’activité qui vous stimulent intellectuellement, vous subissez le syndrome du bureau vide. Car :

  1. Vous enchaînez des activités ennuyeuses
  2. Vous n’avez rien à faire en permanence
  3. Vous exercez des activités qui vous plongent dans la déficience intellectuelle
  4. Vous faites un boulot de stagiaire

1. Les activités ennuyeuses.

L’ennui au travail se nourrit de la monotonie. Vous faites la même chose, jour après jour, et ça dure depuis des mois, voire des années. Vous rentrez alors dans une sorte de routine qui peut vous rassurer et vous donner le sentiment d’être en sécurité. Mais concernant votre employabilité, c’est néfaste et vous vous enfermez sur vous-même.

2. Vous n’avez rien à faire

Vous êtes peut-être en chômage partiel ou l’activité a baissé, car peu de clients, il n’y a tout simplement pas de travail. Ce temps peut-être réutilisé pour se réinventer dans sa vie ou dans son job.

3.Le manque de stimulation intellectuelle

C’est une des principales raisons qui amènent mes clients à vouloir se reconvertir ou à créer leur propre activité.

Ils voudraient faire beaucoup plus que ce qu’ils sont actuellement autorisés à faire. Ils ont l’impression d’être limités, d’être sous-exploités et n’apprécient pas leur job même si la paye est bonne.

4. Manque de sens

En plus de l’absence de stimulation intellectuelle, vous ne trouvez aucun sens dans votre travail (brown-out) et vous trainez les pieds à aller travailler le lundi matin.

je m'ennuie au travail, ennui au travail que faire, s'ennuyer au travail, boreout, que faire quand on s'ennuie au travail
Pourquoi l’ennui au travail

Pourquoi je m’ennuie au travail ?

Il y a plusieurs raisons à cela et vous allez comprendre un peu plus tard que cela peut-être une intention managériale dans le but de vous faire craquer sans passer par la case rupture conventionnelle refusée.

A.La transformation des métiers

Aujourd’hui, l’ennui au travail se retrouve dans les bureaux de tous types d’entreprises.

La digitalisation et l’automatisation du travail des salariés ont entraîné des changements importants dans leurs conditions de travail.

Vous avez sûrement dû entendre votre manager vous dire qu’il va falloir vous mettre à la vente, même si ce n’était pas prévu dans votre contrat de base. Ou sinon vous avez dû vivre une restructuration avec des modifications de postes dont l’activité commerciale s’est intégrée à ce que vous faisiez déjà.

Aujourd’hui, on vous demande d’être rentable de manière à ce que l’on se retrouve qu’avec des métiers qui rapportent plus qu’ils ne coûtent.

La rentabilité à tous les étages !

B.Le patron se cache ou le fait lui-même

Dans lequel de ces 3 cas de figure, vous vous reconnaissez ?

Vous avez un manager qui préfère tout faire lui-même ?

« Je préfère le faire moi-même, je sais que ça sera bien fait ! »

Garder les projets pour soi plutôt que déléguer est un classique chez les patrons perfectionnistes et contrôlants.

Votre manager est tellement à la ramasse qu’il n’arrive à rien

On ne sait pas ce qu’il fait.

Le travail s’accumule, mais il garde tout dans son ordi pour cacher son incompétence, son manque d’organisation ou pour faire semblant de garder le contrôle. Et vous attendez que le travail se débloque.

Pénurie de travail

S’il y a une pénurie de travail dans toute l’entreprise, comme en ce moment, alors il y a trop peu de tâches à répartir entre trop de salariés. Vous prenez ainsi les restes.

C. Problème de saisonnalité

Je me rappelle qu’il y avait deux moments dans l’année où on s’ennuyait au travail : l’été et Noël.

C’était assez déroutant cette différence d’activité entre ces périodes. On pouvait être en période de rush pendant des semaines sans souffler puis tomber dans un trou profond d’ennui à attendre la reprise des projets ou que les gens reviennent de vacances.

Du jour au lendemain on passait du stress causé par un surplus de travail, à l’ennui au travail total. 

C’était les montagnes russes du travail.

Cela peut paraître acceptable la première année, mais cela devient vite une routine d’ennui prévisible.

D. Surqualification

Je ne vous connais pas tous, mais je sais que beaucoup d’entre vous ont déjà été déçus du poste qu’ils ont obtenu. Lors de l’entretien, on vous a promis des tâches passionnantes qui en réalité n’ont jamais existées.

Car la majorité des recruteurs ont pris cette habitude complètement stupide, qu’un diplôme est une condition préalable.

Dans la majorité des offres, on vous demande bac+5 pour faire des tâches de bac+2 au mieux bac+3. Ce qui amène à de la surqualification.

Et les conséquences de cette surqualification, fruit d’un recrutement malhonnête, sont l’inadéquation entre vos réelles capacités et les tâches confiées.

E. Aucune liberté et prise d’initiative

Alors, ça ! C’est que vivent tous les jeunes diplômés et une grande partie des salariés confirmés.

«Je ne peux rien faire !», c’est que j’entends la plupart du temps.

Vous n’avez aucune liberté, vous êtes un simple exécutant. Pas de participation à la prise de décision et pas de liberté d’action.

Alors que chaque employeur veut des salariés qui pensent et agissent de manière autonome. Du moins, c’est ce qu’ils disent sur le papier.

Au final, vous êtes piégés dans un cahier des charges, des instructions de travail, des processus minutieusement définis et rigides, le tout cimenté par les protocoles informatiques.

Comprenez, c’est pour le bien du service, comme ça, vous ne faites pas d’erreur… mais vous ne proposez pas non plus d’idées, un peu comme un robot.

F. This is the end

Ha oui, il y a aussi cela. L’idée qu’après 40 ans, on ne répond plus aux nouvelles exigences du monde du travail. Les seniors sont mis de côté, pour ne pas dire au placard.

On ne peut pas les virer, ils coûtent trop cher !

Donc, soit ils partent d’eux-mêmes, mais ils ne le feront pas donc on va les rétrograder vers un job à la con avec un bureau tout au bout du couloir.

Là où ils ne perturberont pas l’esprit d’équipe !

L’ennui au travail: les conséquences les plus courantes

L’ennui au travail met souvent en avant des aspects qui font qu’il est difficile pour les personnes touchées par le bore out de changer de métier, de se reconvertir, bref de changer de situation.

Dissimuler la réalité

Pour ceux et celles qui expérimentent douloureusement l’ennui au travail, vous avez surement dû activer une stratégie de survie.

Celle qui vous amène à faire semblant d’être occupé.

Car vous avez peur de perdre votre job. Surtout si on se rendait compte que vous n’avez rien à faire. On se débarrasserait vite de vous.

Ce qui vous amène à rentrer dans une routine qui vous stresse et tue votre employabilité. À moins que vous comptiez postuler chez Facebook.

Perdition

Pourquoi est-ce que je parle d’employabilité ?

Car si vous n’êtes pas dans des tâches qui vous permettent de penser et d’agir ou d’être challengé, vous rouillerez.

Si vous êtes challengé, vous apprendrez de nouvelles choses pour relever ce défi. Vous développerez de nouvelles connaissances ou compétences.

Mais si vous restez immobile pendant des années, vous aurez l’impression de régresser.

Les non-dits

Comment sortir de l’ennui au travail ? Se victimiser ? Le dire à son patron ? Qu’est-ce qu’il va penser ? Devez-vous juste vous contenter d’être heureux d’avoir un job ? Est-ce que ça ne serait pas un problème de riche ?

Des questions comme celles-là vous pouvez en avoir un gros paquet.

Si vous les avez, c’est que vous vivez de l’insatisfaction au travail et vous cherchez des réponses à ce manque d’épanouissement professionnel.

Baisse de confiance en soi

Moins vous êtes challengé, moins vous apprenez sur vous. Et plus vous vous ennuyez au travail, plus la confiance en soi disparaît.

Vous perdrez confiance en vos capacités.

Je vois ce problème aussi bien chez les seniors que les jeunes diplômés.

L’insatisfaction au travail n’a pas de grade !

Passivité et attitude de victime

Cette expérience peut vous changer, alors n’attendez pas espérer un salut en pensant que la situation changera, ça sera pire au fil des mois.

Alors, sortez de cette sclérose professionnelle.

je m'ennuie au travail, ennui au travail que faire, s'ennuyer au travail, boreout, que faire quand on s'ennuie au travail
Ennui au travail : que faire ?

Comment sortir de l’ennui au travail ?

Alors, qu’est-ce que je peux faire pour sortir de l’ennui au travail et ne plus m’ennuyer au travail ?

J’ai rassemblé quelques retours de bonnes pratiques qui se sont avérés utiles lors de mes séances avec mes clients. Vous y trouverez peut-être une pratique utile pour vous.

1. Restez objectif

Parfois, votre propre perception diffère de la réalité. Soyez conscient de ce que vous avez fait et pas fait ce jour-là.

Analysez la provenance des tâches et comment vous les avez réalisées.

  • Qu’est-ce qui m’a donné de l’énergie ce jour-là et qu’est-ce qui me l’a volée ?
  • Qu’ai-je réellement fait pour trouver une activité intéressante ?

2. S’ennuyer au travail ou changer ?

  • Demandez-vous qu’est-ce que j’ai à y gagner à changer quelque chose dans ma situation ?
  • Qu’est-ce que j’attends pour changer de métier ou pour quitter mon job pour créer son entreprise ?
  • Suis-je prêt à mettre fin à cette zone de confort ennuyeuse et qu’est-ce que j’ai à gagner en échange de l’ennui au travail ?

3. Qu’est-ce qu’il y a de bon dans l’ennui au travail ?

L’ennui peut-être constructif dans certaines situations.

C’est de l’ennui que peut provenir la créativité, les nouvelles idées et les déclics. Il est donc temps d’élargir votre horizon et de développer de nouvelles idées.

4. Repartez en exploration de vos aspirations

C’est sans doute l’étape la plus compliquée. Mais c’est l’étape la plus importante. Sortez de cette impression d’être bloqué dans votre vie professionnelle.

Arrêtez tout de suite les :

  • « je ne peux rien faire ! »
  • « je ne vaux rien ! »

Reconnectez-vous à vos aspirations qui ont été étouffées pendant toutes ces années par cet ennui au travail.

5. Prenez la décision de sortir de l’ennui

À la différence du burn-out (l’épuisement professionnel), votre corps vous rend moins conscient de la pression et de l’urgence d’agir lorsque vous vous ennuyez.

Cela peut prendre un peu plus de temps avant que l’ennui ne vous rende visiblement malades au travail. Prenez vos responsabilités et prenez la décision de sortir de l’ennui dans votre job.

Cela ne veut pas dire tout plaquer pour vivre de sa passion du jour au lendemain. Mais d’entretenir votre volonté et votre motivation à prendre en main activement votre changement.

6. Sortez de votre caverne et renouez des liens avec vos collègues

S’ennuyer au travail, amène à réduire le contact avec ses collègues.

Vous avez trop longtemps évité les autres pour ne pas qu’ils se rendent compte que vous vous ennuyez.

Plus vous évitez les autres, plus vous vous repliez sur vous-même, plus vous entrez dans une posture passive et moins vous avez de chance d’être intégré dans les projets intéressants.

Alors, sortez de votre caverne et proposez votre soutien.

7. Recherche de nouveaux challenges

On me dit souvent :

« Oui, mais Jordane, il n’y a tout simplement plus de travail dans mon service ou ma boîte ? ».

Quand on analyse le contexte, on trouve souvent de nouvelles opportunités.

Alors, profitez-en pour voir s’il est possible d’élargir vos compétences sur de nouveaux projets.

Proposez-vous et demandez qu’est-ce qu’il manque dans l’entreprise ?

Sachez que vous avez plus de liberté que vous ne le pensez, alors redécouvrez votre travail.

8. Communiquez avec votre patron

  • Est-ce que votre patron est au courant que vous êtes victime de l’ennui au travail ?
  • Que vous subissez cet ennui au travail ?

Si vous avez un patron qui est un minimum dans la compréhension, profitez-en pour clarifier les choses avec lui.

Surtout si vous avez décidé d’améliorer votre vie activement, cela commence par clarifier vos relations avec votre hiérarchie.

9. Prenez votre envol

Les clients avec qui je travaille en coaching profitent de cet ennui au travail pour quitter leur job et explorer quelque chose de nouveau.

Ils en profitent pour trouver une idée de projet professionnel et l’expérimenter.

Car bien souvent, la frustration emmagasinée et les mauvais ressentis associés à ce travail sont tellement importants qu’ils décident de se reconvertir dans autre chose.

Une fois la décision prise, il s’agit de passer aux étapes de reconversion professionnelle suivantes à savoir :

  • Quel est le bon moment pour demander une rupture conventionnelle ?
  • Qu’est-ce qui est important de retrouver dans mon prochain job ?
  • Dans quelle forme d’emploi je pourrai mieux évoluer en fonction de mes propres objectifs et valeurs ?
  • Comment vendre de manière convaincante ma motivation à changer sans parler en mal de mon ancien employeur ? Etc.

10. Temps de pause

Parfois, c’est d’une pause dont vous avez besoin.

Demander un congé sabbatique pour prendre du recul et remettre en question sa vie pro pour prendre une nouvelle direction peut-être bénéfique.

Comme tout projet, il peut-être utile de recharger vos batteries avant de passer à l’étape professionnelle suivante et de vous remettre sur pieds pour partir justement du bon pied.

Dans tous les cas, reprenez le contrôle de votre carrière et de votre équilibre de vie.

Pour aller plus loin :

Si l’ennui au travail vous donne envie de vous reconvertir… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

Je n’ai plus envie de travailler ! Quand le confinement impacte le travail…

Changer de carrière : 5 signes qui prouvent que vous devez partir

7 conseils pour réussir sa transition professionnelle

Booster sa confiance en soi : [5 clés] de faits scientifiques

Booster sa confiance en soi : [5 clés] de faits scientifiques

reconversion professionnelle

BOOSTER SA CONFIANCE EN SOI : [5 clés] de faits scientifiques

Qui aurait plutôt intérêt à booster sa confiance en soi ?

Ryan gosling ? Jean du jardin ? Stromae ? Neymar ? Vous ? Moi ?

En réalité tout le monde.

Vous serez d’accord avec moi, il y a des jours vous vous sentez en totale confiance, alors que d’autres pas du tout.

Il n’y a pas un matin où vous vous réveillez en vous disant :

« Pas besoin de booster sa confiance en soi… j’ai atteint mon objectif… c’est fini, j’ai terminé ! »

  • Qu’est-ce qui fait que certains réussissent à obtenir ce qu’ils veulent ?
  • Qu’est-ce qui fait que certains osent ?

Osent briller, osent se reconvertir, osent lancer leur projet, osent tout plaquer pour vivre de sa passion, faire un tour du monde, partir au Japon juste avant le Covid, comme certains…

Confiance en soi ? La réelle signification !

Selon Wikipédia :

Dans l’étymologie latine, on retrouve dans le mot confiance le verbe confier (du latin confidere : cum, « avec » et fidere « fier ») signifie qu’on remet quelque chose de précieux à quelqu’un, en se fiant à lui et en s’abandonnant ainsi à sa bienveillance et à sa bonne foi. Cette origine souligne les liens étroits qui existent entre la confiance, l’espoir, la foi, la fidélité, la confidence et la croyance.

Donc est-ce que booster sa confiance en soi est possible ? Est-ce un hasard ? Est-ce que l’on est né comme ça et que l’on ne peut pas changer ? Bien sûr que si on peut changer !

Et je vais vous partager 5 clés tirés de faits scientifiques pour booster sa confiance en soi !

Booster sa confiance en soi : 5 clés tirées de faits scientifiques, changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,
Booster sa confiance en soi : 5 clés tirées de faits scientifiques

Booster sa confiance en soi : 5 clés tirées de faits scientifiques

Mais alors, comment faire pour booster sa confiance en soi ?

Clé n°1: Changez votre posture

Anthony Robbins en parle très bien dans son livre les 11 lois de la réussite.

  • Si vous avez envie de vous sentir grand, optez pour une posture déployée, comme si vous aviez une cape.
  • Si vous avez envie de vous sentir misérable, rentrez votre tête dans les épaules, faites-vous tout petit et baissez les yeux.

Vous en doutez !? OK.

Voyons voir comment est-ce que cela se passe chez les chimpanzés.

Allons dans une communauté de Chimpanzés. Prenons deux mâles dominants. Les deux se bâtent pour devenir le chef de la communauté.

Vous remarquerez qu’il se passe un changement physiologique immédiat chez le mâle perdant dominé.

À votre avis ? Quelle posture va-t-il prendre ?

Celle du mâle, qui vient de se prendre une raclée, avec les épaules rentrées et il n’y a pas que les épaules qui sont rentrées.

Bref, le mâle dominé se soumet. Il adopte une posture de soumission et de victime.

Vous me diriez :

“Oui, mais nous, nous ne sommes pas des chimpanzés, quel rapport pour booster sa confiance en soi ?”

Oui, mais vous adoptez cette posture lorsque vous avez peur.

  • Mais, est-ce que c’est la posture qui influence vos émotions ?
  • Ou est-ce que ce sont vos émotions qui influencent votre posture ?

Selon plusieurs sources, il existe une région du cerveau qui reflète la confiance. Une fois que cette région est activée, la façon dont elle le devient n’a pas vraiment d’importance.

Ça n’est pas évident de distinguer une confiance réelle et une confiance liée au fait de se tenir droit. Cependant ces facteurs sont interreliés.

Booster sa confiance en soi : 5 clés tirées de faits scientifiques, Citation entreprendre, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation estime de soi, citation reconversion, citation trouver sa voie
Booster sa confiance en soi : 5 clés tirées de faits scientifiques

Clé n°2: Changez et améliorez votre respiration

Savez-vous pourquoi certains se sentent bien après avoir fumé une petite clope ?

Ça n’est pas parce que la cigarette leur permet de se détendre.

C’est parce qu’ils inspirent fort pour tirer sur la cigarette et ils expirent pour se débarrasser de la fumée.

Ils font des exercices de respirations à chaque taf.

La plupart du temps, on ne sait pas respirer correctement.

Si booster sa confiance en soi est important pour vous et que vous voulez vous sentir tonique physiquement et vif mentalement, vous avez besoin d’oxygène. Et non pas d’une cigarette !

Si vous manquez d’oxygène, cela influencera grandement vos capacités.

C’est une des raisons du manque de confiance en soi.

Le spécialiste de la médecine alternative, le Docteur Andrew Weil, de Harvard dit que si vous respirez correctement, vous calmerez votre esprit.

Clé n°3: Trouvez et utilisez un pourquoi suffisamment grand

Voyons les deux principales régions du cerveau qui influencent votre confiance en soi.

Une partie de votre cerveau est la partie limbique liée aux émotions et le cerveau cognitif.

Selon Delphine Van Hoorebeke chercheuse et conférencière.

Elle explique que le cerveau cognitif fait l’inventaire des conséquences de chaque choix probable.

Il envoie chaque scénario au cerveau limbique qui intervient comme le bureau de douanes.

Ce dernier sélectionne les meilleurs scénarios, ou les messages les plus pertinents.

Pour chaque message reçu, il envoie un message directement à la partie du cerveau qui déclenche les mouvements corporels, à partir du ressenti de l’individu sur tel ou tel scénario »

Enfin, il stocke les meilleurs scénarios, soit, ceux qui correspondent le mieux aux valeurs, intérêts et vécus de l’individu. Le processus se poursuit, ainsi, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un choix, le meilleur, selon la perception de l’individu.

Autant vous dire que notre cerveau fait tout pour nous faire éviter la douleur et pour nous permettre d’aller vers le plaisir.

Donc, pour prendre une décision, on choisit souvent le ratio plaisir souffrance le plus grand.

Or, dans le cadre d’une décision ou d’un choix futur qui vous fait peur, ce n’est pas la situation elle-même qui fait que vous n’osez pas, mais la manière dont vous la percevez.

Vous percevez moins d’inconvénients à ne pas vous bouger qu’à bouger.

Si vous êtes dans un immeuble en flamme, vous changerez votre ratio plaisir souffrance. À l’inverse, oser devient facile.

Rappelez-vous, le plus souvent ce qui vous fait peur c’est votre perception erronée de la réalité.

Clé n°4: Remémorez-vous des moments joyeux et puissants de votre vie

Nos représentations mentales agissent énormément sur nos émotions.

Prenons l’exemple du covid, si je vous montre des images de personnes qui perdent leur job, qui sont en burn-out ou en détresse psychologique à cause du confinement, cela change instantanément votre état émotionnel.

Si je vous montre des images de personnes qui profitent de cette période pour se reconvertir professionnellement, qui réussissent leur reconversion, qui créent leur propre activité, qui changent de métier, qui changent de vie, cela change instantanément votre état émotionnel.

Lorsque je travaille avec un salarié qui veut quitter son job, je fais tout pour tout pour l’entraîner à modifier ses images mentales.

Clé n°5: Comptez 5, 4, 3, 2, 1, GO ! Et passez immédiatement à l’action

Bien souvent, on veut oser faire quelque chose, mais on ne le fait pas.

Car on démarre avec un dialogue intérieur avec soi-même qui nous limite et que l’on écoute de plus en plus.

Vous savez cette petite voix qui vous raconte tous les pires scénarios catastrophes.

Voici une autre découverte sur le cerveau : Il nous faut 3 à 6 secondes pour commencer à rationaliser une situation.

Et pour nous trouver une excuse de ne pas le faire.

C’est comme dans mes cours d’improvisation.

À chaque nouvelle scène, le prof demande deux joueurs. Il nous incite à y aller tout de suite.

Pourquoi ?

Car autrement on reste sur le banc en spectateur à regarder les autres jouer.

Voulez-vous donc rester spectateur ou voulez jouer le rôle de votre propre histoire ?

Mel Robbins a popularisé la règle des cinq secondes qui consiste à compter à l’envers « 5, 4, 3, 2, 1, Go ».

Décompter dans votre tête permet de parasiter votre mental qui cherchera à rationaliser votre décision, pendant que vous, vous ferez le décompte pour y aller.

De plus, vous savez comme moi qu’on a été conditionné par notre éducation.

Pour booster sa confiance en soi, l’aide d’un compte à rebours terminé par un « GO » permet de déclencher un réflexe que l’on a l’habitude d’actionner.

Donc, maintenant vous savez ce qui vous reste à faire !

3.2.1 GO !

Pour aller plus loin :

Si booster sa confiance pour se reconvertir est important pour vous… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

La clé pour oser renforcer sa confiance en soi

Prendre confiance en soi par le sentiment de compétence

Comment avoir confiance en soi : 3 clés d’avengers à savoir

5 clés pour développer l’ESTIME DE SOI et faire de meilleurs CHOIX

Estime de soi : comment développer son estime de soi avant d’entreprendre

Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir

Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir

reconversion professionnelle

Profiter du chômage partiel pour se reconvertir : 5 raisons qu’il est temps de changer

Contraint ou forcé, vous êtes au chômage partiel, comme beaucoup de salariés.

Laissez-moi deviner, vous avez été mis en chômage partiel assez rapidement sans explications claires de ce que l’on attendait de vous ?

Et si on profitait du chômage partiel pour se reconvertir ?

Vous trouverez ici 5 raisons qu’il est temps de changer et comment vous pouvez profiter du chômage partiel pour se reconvertir.

Le but est de vous aider à enclencher votre changement de carrière durant cette période qui dure un peu trop longtemps.

Avant de commencer si cette période post-covid a accentué votre besoin de vous reconvertir et que vous voulez profiter du chômage partiel pour changer de métier.

Pensez à vous abonner à la seule news-letter sur la reconversion professionnelle qu’il vous faut suivre et rejoignez une communauté de 8 000 audacieux.

Chômage partiel VS activité partielle

Je sais que certains employeurs préfèrent le terme activité partielle, je vais donc rester sur le terme de chômage partiel.

Beaucoup de salariés ne sont pas familiers avec la notion de chômage partiel.

Sachez qu’il existe deux cas de figure où il peut-être appliqué :

  1. Lorsque votre entreprise ferme.
  2. Dans le cadre d’une baisse du temps de travail hebdomadaire.

S’offre à vous le télétravail comme la moitié des emplois compatibles.

Ou si le télétravail est impossible, vous avez dû vous retrouver dans une configuration de travail un peu particulière.

Quel que soit le cas, vos employeurs vous ont dit qu’ils n’avaient pas le choix et que si vous ne vouliez pas que l’entreprise ferme ses portes, vous deviez accepter la situation et vous serrez les coudes entre vous.

Et c’est là que vous vous êtes rendu compte que cette situation a amplifié ce qui n’allait déjà pas au sein de votre entreprise ? N’est-ce pas !

Salarié en souffrance

Selon un sondage OpinionWay réalisé pendant le confinement. 44 % des employés confinés se trouvaient en situation de détresse psychologique.

Et vous avez aussi pris conscience qu’il fallait profiter de ce chômage partiel pour se reconvertir dans autre chose ? N’est-ce pas ?

Peut-être que, vos responsables vous ont demandé de ne plus compter vos heures. À la limite du travail dissimulé pour certains.

Et c’est dans votre droit de refuser !

Sachez que si vous refusez de travailler plus, alors que vous avez été placé en chômage partiel, vous ne pourrez pas faire l’objet d’une mesure disciplinaire.

Vous ne commettez aucun manquement en refusant de vous conformer à la demande illégale de votre employeur”.

Par contre si vous êtes le seul à refuser, car les autres de votre équipe flippent de perdre leur job, la pression sociale aura raison de vous.

Chômage partiel et surmenage

Peut-être aussi que vous ne vous êtes jamais senti aussi surmené de votre vie et, en même temps, vous vous sentez mal quand vous ne travaillez pas, pas vrai ?

Ce que je partage là n’est pas un cas isolé, j’ai certains clients qui m’interpellent sur leur sentiment d’être exploité et de culpabilité depuis le confinement.

Cette situation met en perspective votre rapport au travail, et de profiter du chômage partiel pour se reconvertir.

Commencez donc par ces conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir.

Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir
Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir

Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir

Vous êtes prêt pour un nouvel envol

Toutes les périodes de transition professionnelle sont bénéfiques pour chacun de nous. C’est une invitation à se réinventer dans sa vie professionnelle.

C’est le moment de réfléchir à ce qui est en adéquation avec votre carrière.

Dans chaque crise il y a une opportunité.

Pendant le confinement, vous avez été nombreux à faire une pause que vous n’aviez pas faite depuis des années.

Une pause pour se mettre en question professionnellement et qui a été un moment pour l’introspection.

En regardant honnêtement au fond de vous toutes ces choses que vous faites jour après jour et qui, finalement, n’ont aucune importance.

Trouver une idée de projet professionnel pour changer de voie ou changer de métier est un projet stimulant.

Ça vous rend curieux et vous vous fixez de nouveaux objectifs.

Reprenez votre parcours et identifiez toutes les sources de plaisir que vous avez vécu.

C’est de là que vient le dicton “fais ce que tu aimes et le succès viendra”.

Tous ces moments vous ont-ils apporté de nouvelles compétences ?

Si oui, recherchez des opportunités qui correspondent à ces souvenirs d’expériences joyeuses qui ont permis à vos compétences de briller sans effort. Une fois que vous avez clarifié cela, écrivez.

Cela vous permettra de savoir dans quelle direction aller pendant votre recherche d’emploi et vos entretiens de recrutement.

Se former pendant le covid grâce aux cours en ligne vous donne une chance de développer des compétences transversales

Les formations en ligne ont explosées ces derniers mois.

Pour réussir ma reconversion professionnelle, je m’étais inscrit à un cours en ligne gratuit assuré par l’école de Montréal et l’université de Yale.

Et je sais que cette introspection vous a amené à vous inscrire à plusieurs formations durant le confinement.

C’est une très bonne chose, cela vous amène à envisager de nouvelles directions dans lesquelles vous pourriez vous orienter.

C’est le parfait moment pour utiliser cette période de chômage partiel pour se reconvertir et utiliser ce temps d’arrêt pour vous former, apprendre de nouvelles compétences et perfectionner celles que vous avez déjà.

De plus en plus d’employeurs recherchent des compétences transversales qui seront utilisées dans le nouveau métier que vous aurez identifié.

Alors, remettez à jour vos compétences

Les gens veulent se connecter et réseauter avec vous

Ce qui vous fait peur le plus peur à changer de voie, ce n’est pas la peur de l’inconnu, c’est la peur de vous retrouver sur la paille, de vous retrouver sans rien, de ne pas trouver un nouveau poste derrière.

Vous savez que la plupart des chercheurs d’emploi ne trouvent pas de nouveaux postes simplement en téléchargeant leur CV sur Indeed ou d’autres jobboards, tout comme le font des milliers d’autres candidats.

Non ils trouvent des opportunités en se connectant avec d’autres personnes dans leur domaine.

Vous savez comme moi qu’un recruteur va d’abord chercher à faire de la cooptation en trouvant quelqu’un dans l’entourage des salariés. Parce qu’ils considèrent leur réseau comme des liens fiables.

Après plusieurs mois d’isolement en quarantaine ou en confinement, je peux vous dire que des personnes désireuses de recréer du lien avec les autres, il y en a beaucoup.

C’est le moment idéal pour contacter les gens, réactiver votre réseau, réactiver votre compte Linkedin que vous n’avez pas utilisé depuis votre dernière période de chômage.

Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,
Mes 5 conseils pour profiter du chômage partiel pour se reconvertir

Fin du contrat social

Vous avez surement dû vous rendre compte avec le déconfinement que vous deviez mettre un terme à votre situation.

Et revoir du monde vous a permis d’ouvrir les yeux sur ce que vous viviez.

  • Peut-être que comme certains de mes clients vous vous êtes enfermé dans une spirale infernale, dans laquelle vous ne pouvez plus prendre de recul.
  • Peut-être que vous avez pris conscience que votre engagement envers votre entreprise a des limites.
  • Peut-être que vous avez pris la décision de ne plus sacrifier votre santé et votre énergie pour une entreprise qui ne vous protège pas.

Le contrat social ça vous parle ?

Mais si ! Vous savez, c’était après la guerre, la relation entre salariés et employeurs était basée sur un contrat tacite extrêmement clair :

la sécurité de l’emploi était assurée aux uns en échange de leur loyauté envers les autres.

Mais, aujourd’hui c’est différent, l’entreprise ne tient pas ses promesses et refuse encore et toujours de ralentir la cadence de travail.

  • Encore combien de temps vous voulez vivre ce sentiment d’injustice qui a pris le dessus sur votre culpabilité ?
  • Encore combien de temps vous voulez avoir l’impression d’être à la merci d’autrui et d’être en désaccord avec vous-même ?

Rester intègre, fidèle à vos valeurs, faire ce qui vous semble juste et surtout faire attention à vous, voilà ce devrait aujourd’hui être important pour vous.

Vous ne pouvez rien sans vous. Profiter du chômage partiel pour se reconvertir dans quelque chose qui vous tient à coeur et prenez conscience de ce qui suit.

Il est temps de faire ce qui vous rend heureux

Cela fait depuis 2014 que j’aide les personnes déterminées à changer de carrière ou à créer leur propre job.

La plupart n’étaient pas sûrs d’être prêtes pour le changement.

Certaines aimaient encore un peu leur travail, mais elles savaient qu’il leur manquait quelque chose dans leur vie.

Et vous êtes nombreux à remettre en question les choix que vous avez pu faire dans votre vie.

Une cliente m’avait même dit :

“Si on m’avait aidé plus jeune à trouver une carrière qui ne paye pas uniquement que mes factures, mais qui ait du sens pour moi, ça aurait tout changé.”

Vous savez que vous n’êtes plus à votre place et que quelque chose de mieux existe, mais que si vous ne faites rien vous n’y accéderez peut-être pas.

Cela vaut la peine de prendre un risque pour un bonheur à long terme

Vous devez agir, car vous savez qu’au fond vous pourriez être plus épanoui professionnellement.

L’astuce est de faire de la découverte de soi et de la recherche. Plutôt que de regarder les mêmes termes dans votre rôle actuel, recherchez des domaines d’intérêt pour trouver des carrières qui pourraient être mieux adaptées.

Vous serez plus heureux dans votre rôle de parent, de partenaire, etc.

Et votre famille, vos amis et vos collègues seront plus heureux d’être avec vous.

Pour aller plus loin :

Si profiter du chômage partiel pour se reconvertir est important pour vous… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

Demander un congé sabbatique ou démissionner ? Savoir ce qui convient

7 conseils pour réussir sa transition professionnelle

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

Est-il encore possible de concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute