Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

reconversion professionnelle

Si vous voulez reprendre le travail après un burnout, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous ou à lire la retranscription écrite.

Laissez-moi deviner vous vous efforcez de tout mettre en œuvre dans votre vie et dans votre job pour vous épanouir ?

Vous vous mettez la pression pour bien faire les choses, pour rechercher de la satisfaction dans votre vie ?

Et là, sans même vous en rendre compte, vous finissez sur les rotules, les batteries à plat, en PLS, incapable de vous relever.

Vous vous êtes épuisé professionnellement. Vous avez fait un burn-out.

J’ai fait un burnout et je ne pensais pas le vivre un jour

Si vous avez déjà fait un burn-out, vous savez déjà de quoi je parle.

En revanche, si vous n’avez pas encore connu le burn-out, que votre situation professionnelle est vivable, alors vous êtes sur le point de passer à côté de cet article , car cela ne vous concerne pas…

… enfin, peut-être pas encore !

Vous en aurez besoin lorsque vous réaliserez que vous devez inverser cette tendance.

Surtout que dernièrement, j’ai fait un triste constat assez effrayant et catastrophique de la situation professionnelle d’une majorité de Français.

Le travail peut tuer !

Le travail ce n’est… pas la santé !

Les risques psychosociaux touchent beaucoup de personnes.

3,2 millions de personnes seraient potentiellement exposées au Burn-out.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail

Et combien d’entre elles vont le vivre dans les 6 prochains mois.

Qu’est-ce qui vous garantit que dans 6 mois vous ne finirez pas clouer au lit ?

Je ne souhaite à personne que la catastrophe passée dans une école se répète.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail

Pourtant beaucoup se sentent non-concernés ou pense avoir les épaules pour ne pas être impactés.

Je vais vous faire rire… ou pas, moi aussi je pensais ne jamais être concerné.

J’ai une énergie assez débordante de nature et c’est rare quand je suis KO.

Et pourtant…

Burnout ou comment travailler les batteries à plat

Si vous voulez reprendre le travail après un burnout sans rechuter, soyez attentif à l’exemple du smartphone.

Qu’est-ce qui se passe lorsque vous utilisez trop votre smartphone ? Il n’a plus de batterie et à un moment, il s’éteint !

Si, vous le rechargez en même temps que vous l’utilisez, il ne se recharge plus à 100% et, à terme, ça usera la batterie.

Votre batterie ne se rechargera totalement plus qu’à 20% puis à 10% puis à 5%… et vous savez qu’à 0, c’est fini.

  • Soit vous continuez ainsi.
  • Soit vous dites stop et vous trouvez une solution.

Reprendre le travail après un burnout, ok ! Mais en s’écartant des sources d’épuisement

Je vous ai déjà raconté l’histoire d’une cliente que j’ai dernièrement aidé à se reconstruire ?

Son travail l’avait cassé.

Sa manageuse était un tyran narcissique déconnecté de toute logique managériale.

Son partenaire ne l’a soutenait pas dans sa vie.

Quand je la recevais, elle avait la voix tremblante et triste.

S’effondrer au travail est d’une violence inouïe.

Lorsque ça vous arrive, vous êtes arrêté et vous vous isolez pour vous reconstruire.

  • Vous vous écartez de votre source d’épuisement mental.
  • Vous vous écartez de ces personnes toxiques qui vous pompent votre énergie.
  • Vous vous écartez de tout ça pour vous reconstruire.

Car même si votre smartphone n’a plus de batterie, prendre du recul peut-être une solution à court terme pour se réparer.

Et la réparation, c’est progressif.

Sauf qu’une fois que l’on tient sur ses deux jambes et que l’arrêt maladie est terminé, comment gérer son retour au bureau ?

Comment gérer son retour au travail ?

Quand vous êtes resté des semaines, des mois chez vous à vous reconstruire, reprendre le travail après un burnout peut-être encore plus difficile surtout quand vous repensez à cet environnement de travail.

Dans ce genre de situation, c’est difficile d’y aller avec la fleur au fusil avec le sourire en tentant de vous convaincre que ça ira mieux cette fois, car vous avez lu Matthieu Ricard, Arnaud Riou, regardé des vidéos d’un gamin qui fait du copié collé d’Anthony Robbins ou toute autre personne traitant du sujet et qui n’ont jamais vécu ce que vous avez vécu ou qui n’ont jamais travaillé dans un environnement professionnel oppressant.

C’est justement cet environnement de travail et la structure managériale ou organisationnelle qui vous a fait basculer dans l’effondrement professionnel.

Je sais ce que c’est, car je suis passé par là.

Donc pour savoir comment revenir au travail après un Burn-Out, voici quelques conseils.

Prévenir c’est guérir

Si c’est votre premier Burn-Out et que vous ne voulez plus revivre ça, il vous faut faire une chose très simple que peu de personnes font : anticiper.

Prévenir c’est guérir, pourtant ça n’empêche pas que beaucoup de personnes tombent malades chaque année.

Car certains ne sont pas assez dans l’anticipation, relativise ou sont dans le “j’m’en-foutisme”.

Ça me fait penser à l’été dernier où j’étais dans une maison de 6 adultes et 4 gosses dont un avait une gastro.

  • Le lendemain matin, 2 gamins l’avaient chopé.
  • Le midi, on recevait une douzaine de personnes pour une fête… Le guetapen !
  • Un tiers des invités sont repartis avec les symptômes.

Tout le monde relativisait le risque.

Résultat, le lendemain quand j’ai repris le train pour repartir chez moi , il n’y avait que le maître de maison, qui m’avait déposé à la gare, et moi-même qui étions encore en bonne santé.

Enfin… au final il n’y a eu que moi, car il a fini par la choper.

J’ai passé 72 heures à anticiper, à faire tout ce qu’il fallait faire pour passer en travers des mailles du filet de la maladie tout en profitant des moments entre nous.

Donc pour assurer une reprise sans rechute, voici ce que vous devez absolument faire.

5 conseils pour reprendre le travail après un burnout

1- Ne soyez pas victime de votre conscience professionnelle et de vos résultats.

En général, si vous avez fait un burn-out, vous sortez d’un arrêt maladie plus ou moins long.

Ce moment peut-être mis à profit

  • pour analyser votre situation,
  • pour identifier les causes de votre épuisement professionnel et
  • réfléchir aux choses à mettre en place pour éviter d’être à nouveau victime du burn-out.

Et si vous êtes victime d’un burn-out, c’est parce que vous êtes avant tout victime de votre conscience professionnelle et de vos performances.

La plupart des personnes en burn-out sont des éléments clés de l’entreprise.

Vous êtes engagé, impliqué et avait peut-être du mal à exprimer vos difficultés.

Vous finissez ensuite dans les non-dits pesants.

Je le dis souvent, mais l’entreprise dans laquelle vous travaillez n’est pas celle de vos parents alors, apprenez à dire non !

Donc, la première chose à faire lors d’un retour au travail après un burn-out est de vous préserver et de fixer les limites aux autres.

Et ça passe par le fait d’apprendre à dire non sans culpabiliser.

2- Préparer votre changement d’environnement de travail

Dans un peu moins dans la moitié des cas, c’est l’environnement de travail qui cause de la souffrance. Les problèmes organisationnels ou managériaux amènent des dysfonctionnements.

  • Si le système est défaillant, c’est-à-dire qu’il y a des conflits existants au sein des équipes,
  • une incohérence entre les moyens et les objectifs fixés
  • ou qu’on ne vous donne pas les outils nécessaires pour mener à bien une tâche, vous rechuterez.

Il est parfois préférable de reprendre dans un autre secteur, une autre entreprise, une autre équipe pour ne pas revivre le même cercle vicieux.

Et il paraît que le deuxième burn-out est pire que le premier.

  • Si vous n’avez pas retrouvé le sommeil,
  • que vous vous sentez déprimé et
  • que vous tombez facilement dans la tristesse,

Ce sont des signes avant-coureurs qu’il est temps d’envisager de changer de carrière ou de réduire drastiquement la cadence.

Faites-vous aider de la médecine du travail s’il le faut afin d’obtenir une pré-visite de reprise.

3- Préparer le terrain avec votre manager

Quand un nouveau salarié arrive dans une équipe, il doit être en théorie intégré.

En théorie !

D’ailleurs, certaines entreprises mettent en place des politiques RH d’intégration.

Alors ? Pourquoi ne pas en mettre une pour des salariés en retour d’un burn-out ?

Car, j’en suis convaincu qu’il y aura à l’avenir de plus en plus de personnes en situation de burn-out.

Les entreprises ont tout intérêt à s’adapter à ce fléau.

Votre manager doit faciliter votre retour qui peut être considéré comme une réintégration.

Le terrain doit ainsi être préparé avec votre manager.

  • Votre périmètre de tâches doit être à nouveau recadré et redéfini afin de ne plus être surexposé à la surcharge de travail.
  • Par principe, une équipe doit être solidaire pour permettre à chacun de ses membres d’atteindre l’objectif commun.

En principe !

L’équipe et le manager ont un rôle à jouer dans cette réintégration.

4-Trouver du soutien auprès de vos collègues

Certains de vos collègues, feront comme si de rien n’était, car ils ne sauront pas ce que vous avez vécu.

Alors tournez-vous vers un collègue proche qui pourra se montrer vigilant aux premiers signes de rechute.

Vous avez aussi le droit de leur en parler de manière à trouver du soutien de leur côté.

Parlez-leur de vos signes de rechute.

Ces signes de rechutes sont simples à identifier :

  • Le manque de plaisir au travail,
  • La fatigue au moment dès que vous arrivez le matin,
  • L’addiction à votre travail.

Trouvez une écoute sincère et un appui auprès des collègues à qui vous faites confiance.

Car si vous rechutez, ça sera à la fois un échec pour vous, mais aussi pour vos collègues, votre manager et les RH.

Parlons-en d’ailleurs des RH !

En général, quand vous voulez reprendre le travail après un burnout, vous ne prenez pas contact avec eux.

Ils sont censés préparer en amont votre retour pour favoriser la prévention.

C’est leur rôle !

Vous êtes septique ?

Voyons ce que dit le Code du travail à ce sujet/

Le Code du travail précise que « l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs »

Si votre RH est de mauvaise foi, faites-lui un joli cadeau, offrez-lui le Code du travail pour les nuls, ça pourrait sauver des vies.

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute, retour au travail burnout, burnout citation, sortir du burnout, travailleur en burnout, je suis en burnout, revenir au travail burnout, burnout travail
Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

5- Trouver du soutien auprès de votre conjoint.

Le burn-out est un moment violent de votre vie que vous avez traversé seul ou à deux.

Cela peut avoir des répercussions sur votre vie personnelle, et surtout votre vie de couple.

Le burn-out a d’ailleurs des conséquences sur votre vie de couple.

Ça a été mon cas, le cas de certains de mes clients, de plein d’autres personnes.

À l’époque où je présentais les signes du burn-out, je me suis séparé de la personne avec qui j’étais pendant 3 ans parce que j’étais devenu exécrable et que tout m’exaspérait.

Quand vous n’avez jamais eu d’antécédents psychiques et que vous n’avez jamais connu d’épuisement professionnel cela peut-être ravageur et autodestructeur.

Votre conjoint a également un rôle de soutien dans ce que vous vivez.

Vous avez besoin de vous sentir en sécurité chez vous.

Soutenu, entendu et compris de votre entourage.

Car le burn-out est une maladie qui se nourrit du manque de reconnaissance.

Alors échangez avec votre conjoint, pas que sur le problème, mais sur les solutions à mettre en place.

Comme la nouvelle organisation provisoire de votre quotidien, les tâches domestiques, aller chercher les gosses, faire les courses, etc.

La différence avec les autres maladies c’est que le burn-out ne se voit pas forcément de l’extérieur.

Mais, comme toutes les maladies, on ne fait pas travailler une personne malade !

Donc pour être sûr que cela soit pris en compte, mettez l’accent sur le but de cette démarche et le résultat à atteindre.

À savoir, faire en sorte que votre maison soit une source de ressourcement et de repos dans le but de répartir la charge mentale.

Préoccupez-vous-en !

Et si être épuisé était l’occasion de vous engager envers vous-même dans votre propre vie ?

J’espère que vous conviendrez que la pire chose à faire serait de reprendre le travail après un burnout et de tout refaire exactement comme avant. 

Parfois, être dans un travail non épanouissement professionnellement et évoluer dans un endroit minable peut être l’occasion idéale pour faire de nouveaux choix dans votre vie professionnelle.

Le burn-out peut représenter le coup de pouce dont vous aviez besoin pour vous lancer dans une carrière de freelance, dans ce projet dont vous rêvez depuis des années ou pour changer de métier.

Peut-être que tout simplement, le moment est venu pour vous de changer de rôle.

Peut-être que vous avez aujourd’hui

Et si ce que vous aviez vécu n’était que le début de quelque chose que vous aviez besoin de vivre pour débuter le reste de votre vie.

À quoi ressemblera votre vie dans 5 ans ?

Vous savez comme moi que plus tard vous vous remercierez d’avoir pris maintenant la décision de vous écouter sans avoir de regrets.

Pour aller plus loin :

Vous voulez reprendre le travail après un burnout et préparer votre retour ? Ou vous avez pris la décision de changer de métier suite à ce burnout ? Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte.

A lire aussi :

Se libérer du stress pour mieux suivre son instinct

Se sentir bloqué dans sa vie : faire passer sa vie de bloquée à géniale

7 trucs pour gérer et positiver son stress au travail

40 manières de lâcher prise et de se libérer de la douleur

Apprendre à lâcher prise et arrêter d’essayer d’être assez bon

BROWN OUT : entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

reconversion professionnelle

ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital !

Si vous êtes un utilisateur de Facebook ou de Youtube, vous avez dû remarquer toutes ces publicités de personnes voyageant à travers le monde et ayant une vie incroyablement riche.

Riche d’aventures, riche de rencontres et d’exploration, riche de liberté.

Riche tout court… Enfin, riche… Tout est relatif car toucher 1200€ dans un pays où le salaire moyen est de 500€, peut donner le sentiment à certains d’être riche ou de vivre comme un “riche”.

Toutes ces personnes ont un point commun, elles sont jeunes, souvent célibataires, parfois freelances nomade digital et rarement en reconversion professionnelle.

Ca vous fait rêver, vous donne envie d’avoir ce qu’ils ont et peut-être aussi de devenir influenceur voyage.

Car, c’est comme ça qu’ils se définissent, influenceur voyage !

Et qu’en un claquement de doigts vous pouvez, vous aussi, avoir le même style de vie et devenir nomade digital.

La vérité sur le fantasme de devenir influenceur voyage

Sachez que ces personnes sont :

Soit, des experts du marketing qui ont quelque chose à vous vendre.

Soit, des voyageurs de longue date qui expérimente ce style de vie depuis plusieurs années… et qui ont elles aussi des choses à vous vendre.

Dans les deux cas, ce style de vie vous demandera de sacrifier quelque chose au départ.

Car, bien que leur vie puisse paraître somptueuse et insouciante, ce n’est pourtant pas la réalité.

ELLE A OSÉ... devenir influenceur voyage et nomade digital, devenir blogueur voyage,
ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

Le cas d’une nomade digital : Emily

C’est ce que me partage Emily qui voyage 11 mois dans l’année.

J’ai connu Emily a l’époque où elle se lançait et je peux vous dire que tout n’a pas été si rose pour elle, à l’instar de ce que disent ces personnes que vous voyez dans les pubs du net.

Tout n’est pas si simple, même si elle voyage à travers le monde, elle est très souvent payée en avantage pour faire son travail de blogueuse voyage.

C’est à la suite de sa rencontre avec sa meilleure amie, qui elle-même se faisait rémunérer lors de ses voyages, qu’elle a pris la décision de devenir influenceur voyage à son tour.

Ses débuts n’ont pas été faciles pour Emily, car elle a commencé à vivre de son blog voyage trois années après la création de celui-ci.

Et finalement avec beaucoup de passion et de patience, devenir influenceur voyage peut tout à fait être un objectif réaliste que beaucoup peuvent atteindre. 

À condition d’y mettre l’énergie, la passion et l’intelligence nécessaire pour changer de vie le plus vite possible.

Écoutez, l’interview d’Emily qui aidera, j’en suis sûr, tous ceux et celles qui envisagent de se lancer dans le secteur du voyage ou de devenir influenceur voyage.

Pour aller plus loin : le site d’Emily

ELLE A OSÉ... devenir influenceur voyage et nomade digital
ELLE A OSÉ… devenir influenceur voyage et nomade digital

A lire aussi :

Elle a osé… lâcher son statut de cadre pour devenir coach scolaire

IL A OSÉ… quitter les pompiers pour OUVRIR UNE BOX de CROSSFIT

Il a osé… quitter Virgin radio pour devenir Kinésiologue

Il a osé… de conseiller Pôle Emploi à RIGOLOGUE

Elle a osé… quitter son job et son confort pour créer sa boîte

Changer de carrière : 5 signes qui prouvent que vous devez partir

Changer de carrière : 5 signes qui prouvent que vous devez partir

reconversion professionnelle

Changer de carrière, ça se fait de plus en plus.

Vous avez peut-être constaté le nombre d’articles de presse sur le net de personnes, (pour la plupart jeunes, issues de situations déjà confortables ou d’écoles de commerce) qui changent de job, qui se reconvertissent ou qui deviennent entrepreneur.

Et ces gens vous disent qu’il ne faut pas avoir peur de changer de carrière…

Seulement pour la plupart des personnes, trouver une carrière enrichissante et changer de vie, car oui pour la plupart changer de carrière, c’est changer de vie.

Hé bien changer de carrière, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Ce qui vous amène à changer de carrière

Peut-être que vous regrettez les choix que vous avez faits au moment où vous étiez étudiant.

À l’époque vous avez fait des choix par dépit, par défaut ou par facilité.

Et vous voyez maintenant les conséquences de ces choix ou non-choix.

En ce moment, j’anime des ateliers pour les étudiants en recherche de contrat d’alternance.

Et tout à l’heure une étudiante m’a dit quelque chose d’hallucinant.

Je leur demande avant de commencer, quel est le poste qu’ils visent.

L’étudiante en question me répond, « je prends ce qu’il y a. J’n’ai pas le choix ! »

Je lui réponds si tu ne fais pas de choix maintenant, quelqu’un se chargera d’en faire pour toi.

Et dans 5 ans ou 10 ans, vous en revenez à vouloir changer de carrière, car vous n’avez pas pris au sérieux vos choix d’orientation et votre capacité à prendre des décisions, et vous avez abandonné ce pouvoir de décision à quelqu’un d’autre.

Et aujourd’hui vous le regrettez.

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

Arrêtez les excuses et osez changer !

Alors peut-être que vous vous dites :

« Changer de carrière est trop compliqué, ou ça n’est pas possible, j’en suis toujours au même point, je me sens bloqué dans ma vie, je ne sais pas quoi faire exactement. »

Et vous tâtonnez.

Chaque jour vous vous dites :

Il est vraiment temps pour moi de changer de carrière.

Mais vous ne faites rien pour x raisons et vous restez coincé dans un travail que vous détestez.

Donc vous vous trouverez tout un tas d’excuses ou de raisons qui vous confortent dans cette idée que vous n’avez pas le choix.

  • Vous vous rassurez en vous disant que la paie est plutôt bonne.
  • Que vous ne retrouverez pas un job bien payé ou aussi proche de chez vous.

C’est normal de penser ainsi.

Vous essayez de vous rassurer comme vous pouvez.

Jusqu’à ce que la raison vous rattrape en vous disant, que c’est un “job à la con”, que vous n’avez jamais de reconnaissance et “à quoi bon rester ?”.

Changer de carrière avant d’être totalement désengagé et désimpliqué

Pour ceux et celles qui se sentent désengagés et désimpliqués dans leur job, laissez-moi deviner :

  • Vous vous êtes réfugié sur le net pendant les heures de travail en y surfant toute la journée en regardant leboncoin, vinted, facebook et instagram ?
  • Tout en regardant l’heure et vous faisant un très lent compte à rebours de votre fin de journée ?

Vous ne trouvez pas que c’est du gâchis ?

Enclencher sa reconversion professionnelle

Vous ne trouvez pas qu’il serait peut-être temps de changer de carrière ?

Avant demandez-vous :

  • Est-ce votre environnement de travail qui ne vous convient pas ? Ne seriez-vous pas plus heureux ailleurs ?
  • Ou bien est-ce vraiment les tâches de votre travail qui vous empêchent de révéler votre potentiel ?

Tant que vous ne changez pas de carrière, vous serez toujours autant déprimé et non reconnu pour votre réel talent.

Dans tous les cas, il est temps de changer de carrière !

Restez toujours aligné avec vos objectifs de vie.

Encore faut-il que vous les sachiez…

Les étudiants avec qui je travaille en ce moment repartent tous en fin de journée avec un projet identifié à court moyen et long terme.

Alors, pourquoi il en serait différent pour vous ?

Voici quelques signes à surveiller pour savoir si le moment est venu de changer de carrière actuelle pour se reconvertir vers autre chose. 

1. Votre seule raison de rester est l’argent, mais l’argent ne suffit plus à vous motiver

Bien sûr que ça ne suffit pas à vous maintenir motivé !

Vous êtes motivé, jusqu’à quand ?

Jusqu’à la prochaine augmentation ?

Et s’il n’y en a pas ? Il n’y aura plus personne !

  • Est-ce que l’argent mérite que vous sacrifiiez votre épanouissement professionnel ?
  • À quoi vous servira votre argent, si vous passez 320 jours sur 365 à vous sentir vide et à vous ennuyer ?

Et encore plus si vous attendez toute l’année vos vacances pour remplir votre quota de plaisir annuel !

Quel ennui !

Vous ne croyez pas que vu comme ça, il serait préférable de changer de carrière ?

Bien sûr, tout le monde doit gagner de l’argent pour survivre. 

La stabilité financière reste un impératif. 

Mais vous savez comme moi que l’argent ne fait pas tout.

N’ayez pas peur de quitter un job insupportable, juste parce que le salaire est correct.

Il y a fort à parier que vous aurez tout autant d’argent le jour où vous serez personnellement et professionnellement satisfait de faire ce que vous aimez plutôt que de rester juste pour le salaire.

2. Votre corps s’exprime et vous dit que quelque chose ne va pas

Si votre santé décline, que vous avez des blocages du dos, des problèmes curieux et difficiles à diagnostiquer, il est probable que ce mal soit le premier indicateur que votre corps vous envoie en vous confirmant que vous n’êtes pas à votre place actuellement.

  • Est-ce que vous êtes constamment épuisé et avez vous de plus en plus de difficulté à vous lever le matin ?
  • Est-ce que la migraine est devenue votre nouveau compagnon ?
  • Vous n’arrivez plus à vous concentrer ?

Les maladies chroniques, l’anxiété et d’autres maladies telles que les maladies cardiaques sont souvent directement liées au stress. 

Vous passez une majeure partie de votre temps au travail.

Si vous êtes stressé par le travail, votre corps vous le fera comprendre d’une manière ou d’une autre.

Et, ça va vous faire mal !

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

3. Vous êtes stressé et malheureux 80% de votre temps

Vous avez entendu l’histoire du bon et du mauvais stress. Oubliez ça !

Il n’y a que le stress ponctuel et permanent.

Le stress ponctuel peut vous amener à tirer le meilleur de vous-même.

Mais le stress permanent est synonyme de pertes de capacités personnelles.

Si vous avez l’impression d’être devenu pessimiste ou que la plupart du temps vous ne vous sentez pas heureux à cause du travail, que vous êtes devenu une personne amère et que vous ne vous reconnaissez plus, il est temps de changer de carrière et de vous positionner sur une autre qui vous rendra fier de vous.

4. Êtes-vous fier de parler de votre boulot aux gens ? Ou plutôt gêné ?

  • Comment est-ce que vous parlez de votre job actuel quand vous êtes à une fête, un mariage, au sport, à une soirée entre amis ?
  • Vous sentez une gêne à dire du bien de votre job ?

Il est certain que vous savez déjà que votre potentiel n’est pas exploité comme vous vous l’imaginiez à l’époque où vous étiez étudiant.

Et votre embarras est un bon signe que le moment est venu de changer de carrière et de vous lancer dans une autre que vous serez fier de revendiquer.

5. Vous rêvez d’une carrière différente

Est-ce que, comme moi, à l’époque où j’étais consultant, vous vous surprenez en train de rêver au travail en pensant à ce que pourrait être votre quotidien, en tant que joueur de poker, rockstar, écrivain de best-seller ou voire même mère/père au foyer ?  

Il n’y a pas de mal à rêver sa vie, mais à vous de trouver des solutions alternatives pour changer de carrière tout de suite et en vous imaginant un avenir meilleur.

6. Vous êtes apathique et ennuyé.

Une dernière pour la route.

Tout le monde a des jours sans et des jours avec.

Il arrive que l’ennui prenne une place importante de votre journée.

Mais heureusement, ces jours-là sont rares et la plupart du temps, vous vivez plutôt des moments d’excitation ou au moins de gratitude pour ce que vous faites. 

Si vous vous sentez constamment à l’écart, que vous souhaitez être ailleurs ou que vous ne vous vous investissez plus, il est temps d’y aller et de changer de carrière. 

Trouvez un endroit qui vous enthousiasme pendant au moins la majeure partie de votre temps.

Je sais que beaucoup de personnes ne se sentent pas à leur place dans leur job.

Si on vous avait aidé à l’époque où vous étiez étudiant à faire de meilleurs choix ou à vous positionner sur le job idéal, les choses auraient été différentes pour vous.

Si aujourd’hui vous n’êtes pas content de votre travail actuel, profitez d’un nouveau départ et apportez des changements. 

Cherchez de l’aide pour changer de carrière et commencez à économiser des années en changeant de travail ou en vous mettant à votre compte. 

Pour aller plus loin :

Si vous avez le projet de vous reconvertir et de changer de carrière, pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte en cliquant ici.

Ou recevez le guide ultime pour trouver le job idéal à coup sûr en cliquant ci-dessous.

A lire aussi :

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

Réussir sa reconversion professionnelle : Changer de métier sans se tromper !

Trouver sa voie et sa raison d’être : les questions à se poser

Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Entreprendre et réussir

Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Si vous êtes en recherche d’emploi ou de nouveaux clients, il est probable que votre recherche ne donne rien ? Vrai ?

Si vous me suivez, vous êtes probablement comme moi, vous êtes un persévérant.

Ce que vous appréciez dans mes articles et vidéos… C’est que je ne vous vends pas du rêve, je ne vous prends pas par les émotions, ou vous fait espérer plus d’argent dans votre vie, plus de ci ou de ça…

Mais plutôt je vous parle d’ambition, de passion et de possibilités.


Le besoin de reconnaissance dans son travail

  • Peut-être que vous aussi, vous aimez améliorer votre quotidien.
  • Vous êtes dévoué dans le bon sens du terme.
  • Vous êtes inspiré par les gens simples qui font de grandes choses.
  • Vous êtes attiré par les opinions de valeur.
  • Vous persévérez pour que votre travail soit reconnu.

Et peut-être que vous aimeriez, à votre tour, être reconnu pour la valeur de vos opinions ou pour la qualité de votre travail.

Être reconnu comme un expert ou qu’on reconnaisse la valeur de votre profil.

Le problème, c’est que vous ne voyez pas vraiment comment faire pour que le recruteur ou que votre futur client reconnaisse votre valeur du premier coup d’œil.


Pourquoi se différencier ?

Peut-être que vous recherchez un job, un contrat d’alternance, à changer de métier ou de nouveaux clients.

Et vous ne voyez pas comment vous pourriez faire pour rendre votre profil et votre CV professionel attractif ou votre offre de service plus unique et attirante.

Alors, peut-être que vous avez voulu changer plusieurs fois de CV ou d’offres de service pour vous adapter au peu d’opportunités qui se présentaient à vous ?

Vous avez peut-être rejoint l’armée des clones du marché de l’emploi où l’on trouve les mêmes CV, l’armée des clones du marché des services où l’on retrouve les mêmes offres.

Et vous avez commencé à mettre sur votre CV ou votre offre la même chose que proposent les autres. Vrai ?

Et ceci est peut-être une grosse erreur.


Et si la solution pour se différencier des autres…

Et si la solution n’était pas de vous adapter à vos concurrents en recopiant ce qu’ils font.

Mais d’ajouter un peu plus de vous et de votre valeur dans votre présentation.

Avant de vous en dire plus, autant être transparent avec vous, cet article a été réalisé Votre invitation pour le salon SME.

La raison est que j’animerai le lundi 30 septembre au Palais des Congrès une conférence sur la thématique de “se différencier” et qui s’intitulera « Comment définir un positionnement unique et compétitif ? »


Pour se différencier tout est une question…

Donc voilà en quoi je crois.

Je crois que tout le monde a une très grande valeur unique à proposer au monde.

Je ne crois pas que ma valeur soit plus grande que celle d’un collectionneur de pokemons

Parce que je crois sincèrement qu’un collectionneur de pokemons, s’il présente bien sa passion et qu’il explique bien son pourquoi, peut autant avoir de valeur qu’un freelance ou un manager.

Ça vous parait absurde ?

Bien, pas pour moi !

Je crois aussi que n’importe quel autre profil, un livreur, un chauffeur, un freelance, un étudiant, un gamin de 3e peut avoir sa propre valeur.

Le seul truc…

C’est qu’il faut positionner sa valeur au bon endroit.


… de valeur ajoutée

Si vous ne croyez pas vous-même, en votre valeur, comme voulez-vous que les recruteurs ou vos futurs clients la perçoivent ?

La magie opère quand vous avez identifié votre valeur ajoutée et que vous avez défini avec précision où est-ce que vous voulez vous positionner comme si c’était la chose la plus importante au monde.

Comme si votre valeur ajoutée et votre positionnement décelaient des secrets qui ont le pouvoir d’obtenir un job ou un contrat.

Si vous identifiez votre valeur ajoutée et votre positionnement, et que vous y croyez, les recruteurs ou vos futurs clients vont commencer à y croire et à la reconnaître aussi.

Mais au fait c’est quoi la valeur ajoutée et c’est quoi le positionnement ?

Comment se différencier des autres et de la concurrence ? se différencier, définir son positionnement, trouver sa voie, trouver sa valeur ajoutée, réussir un entretien
Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Définition de la valeur ajoutée

Donc la valeur ajoutée kézako ?

On parle surtout de valeur ajoutée de vos produits ou services quand vous recherchez des clients ou de votre profil quand vous êtes en recherche de job.

C’est un terme qui revient fréquemment quand vous avez une idée de projet professionnel ou quand on est en entretien : la valeur ajoutée.

Mais qu’entend-on nous par là ?

Il s’agit de ce que vous apportez à votre offre, et qu’on ne trouvera pas chez vos concurrents ou chez les autres candidats.

C’est la réponse à la question, que vont immanquablement se poser vos futurs clients ou employeurs :

  • Pourquoi acheter chez telle entreprise plutôt que chez telle autre ?
  • Pourquoi vous et pas quelqu’un d’autre ?

En d’autres termes, la valeur ajoutée c’est savoir se différencier et faire la différence, ça ne se limite pas à avoir un produit ou un service hyper innovant, ou même à avoir une présentation hyper originale.

Votre valeur ajoutée peut aussi être liée aux prix que vous pratiquez, à la qualité de votre prestation, à la relation que vous créez avec les clients ou recruteurs, au service après-vente que vous leur offrez, et même à votre personnalité et vos compétences particulières !

Ça, c’était pour la valeur ajoutée.

Voyons maintenant pour le positionnement.


Définition du positionnement

Si vous êtes en recherche de job, vous vous demandez peut-être pourquoi avez-vous besoin de vous positionner ?

Eh oui, vous êtes en recherche de job, vous n’êtes pas une entreprise !

Commençons par bien clarifier la définition du positionnement.

Le positionnement fait référence à la place qu’occupe une marque, un produit, une offre ou un profil dans l’esprit d’une personne visée. 

Donc, le concept de positionnement est le moyen de semer votre message dans l’esprit du prospect il consiste à occuper une place distincte dans l’esprit des personnes que vous ciblez par rapport à la concurrence.

Travailler votre positionnement vous aide à créer votre identité dans l’esprit du recruteur ou de l’acheteur. 

Un certain nombre de variables qui rentrent en compte comme:

  • les motivations de votre cible et
  • leurs exigences ainsi que
  • les actions de la concurrence.

Tout cela va influencer votre stratégie de positionnement.

Car, oui c’est une stratégie !

Citation positionnement, citation steve jobs, citation concurrence, citation se différencier des autres, comment se différencier des autres et de la concurrence ? se différencier, définir son positionnement, trouver sa voie, trouver sa valeur ajoutée, réussir un entretien
Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Définir une stratégie de positionnement pour se différencier ?

Votre positionnement concerne à la fois la manière dont vous avez de communiquer, mais aussi la perception de vos messages ainsi que la manière dont ils sont reçus, perçus et stockés. 

Prenons un exemple !

On va prendre l’exemple d’un produit phare.

Si je vous dis

  • un emballage épuré,
  • des matériaux soigneusement sélectionnés,
  • un soin tout particulier à la finition du produit,
  • et un prix résolument plus élevé que la moyenne du marché.

Vous pensez à l’iPhone…

Hé bien non!

Je parlais d’un sac à main d’une marque de luxe.

Il est possible que vous ayez été dans la confusion, et c’est normal !

Car Apple a adopté les mêmes codes de la mode, à l’image des grandes marques du luxe.


Le cas du positionnement d’Apple

Comme les grandes marques de luxe;

  • Apple a apporté le plus grand soin à ses magasins.
  • Ils ont apporté un soin particulier au mobilier où sont mis en valeur les produits.
  • Le personnel est nombreux, souriant et disponible.

Apple a compris qu’il fallait miser sur le premier contact avec le client et que ça passe par la vente en direct plutôt qu’Internet.

De ce que j’ai pu lire dans ses biographies, Steve Jobs était soucieux de maîtriser le contact avec la clientèle et n’a rien laissé au hasard en imaginant les Apple Store.

Même l’emplacement des produits a été pensé.

Il a même changé les codes de l’emballage pour les produits électroniques.


Apple : positionné marque de luxe

Vous avez déjà remarqué que les produits iPhone sont dans des boîtes qui font penser aux produits de l’horlogerie ou la bijouterie ?

Les produits y sont présentés dans un écrin.

Tout a été emprunté à d’autres secteurs.

Ainsi pour rester dans le coup, Apple a imposé une saisonnalité à ses produits comme pour des vêtements ou des accessoires.

À l’heure où je vous parle, on en est à l’iPhone 11.

Il sera remplacé douze mois plus tard par l’iPhone 12.

Amenant les utilisateurs d’iPhone à vouloir rester «dans le coup».

Et pour rester dans le coup, il faut changer de smartphone, comme on change de sac à main.

Comme pour les marques de luxe, ils ont fait le choix d’un positionnement de luxe.

Leur objectif n’est pas d’inonder les marchés de ses produits, mais de se différencier en vendant à un prix élevé.

Est-ce que vous aviez déjà fait le comparatif entre l’iPhone et un sac à main de luxe ?


Tout est une question de perception

Votre positionnement est une perception mentale de votre profil ou de votre offre dans la tête de votre cible.

Vous savez qu’on est dans un pays qui aime bien mettre les gens dans les cases.

Et que tout être humain se fait à la base des idées sur tout, y compris les produits, les entreprises et les individus.

Il n’est donc pas judicieux pour vous de laisser votre cible se faire une perception hasardeuse de vous, de votre CV ou de votre offre.

Se positionner pour se différencier ne date pas d’aujourd’hui

Le concept de positionnement remonte aux débuts des années 70 dans le monde de la publicité et c’est Jack Trout qui a proposé ce concept. 

Depuis les années 70, le monde a profondément changé, on est plus que jamais dans un monde d’image, de communication et de paraître.

Il est donc plus important que jamais de comprendre le positionnement et de le construire.

Vous comme moi êtes bombardés par les messages et images.

Notre cerveau est voire même encombré et submergé.

Alors, imaginez :

  • celui d’un client qui se fait démarcher par 10 commerciaux par jour,
  • celui d’un recruteur qui voit plus de 100 CV par jour,
  • celui d’un utilisateur YouTube qui tombe chaque jour devant 600 000 heures de vidéos mises en ligne.

Vous devez donc faire comprendre à votre interlocuteur qu’est-ce que vous proposez, quelle est votre valeur ajoutée, etc.


Tout est une question de message

Pour être sûr de se différencier, votre message doit être aussi pointu qu’un javelot pour vous enraciner puissamment dans son esprit.

Vous vous dites peut-être encore : “je suis un être humain et non une marque !”

La marque personnelle, ça vous parle ?


La marque personnelle : l’outil pour se différencier

Votre marque personnelle comme une marque réduit considérablement la complexité du processus de décision et empêche nos esprits débordés de décider à chaque fois que nous sommes confrontés à un choix.

C’est pour cela que nous faisons des choix inconscients.

Votre positionnement est basé sur ce constat que nos esprits sont tellement surchargés et résistants aux nouvelles informations qu’ils filtrent presque tout et utilisent les informations de votre marque personnelle comme d’un raccourci.

Un exemple.

Comment se différencier des autres et de la concurrence ? se différencier, définir son positionnement, trouver sa voie, trouver sa valeur ajoutée, réussir un entretien
Comment se différencier des autres et de la concurrence ?

Le cas d’un étudiant en recherche

En ce moment j’anime des ateliers pour des étudiants qui sont en recherche de contrat d’alternance.

Quand j’ai devant mes yeux leur CV et quand il n’est pas indiqué dessus le poste qu’il recherche (car ils ne sont pas sûrs pour certains, c’est toujours aussi difficile de trouver sa voie quand on est étudiant et encore plus quand on est multipotentiel), et bien je ne sais pas pour quoi ils postulent.

Même si j’interviens pour des licences RH et donc je sais la fonction qu’ils visent, je n’ai en revanche, pour certains, aucune idée du poste visé.

Je tente de trouver un lien avec leurs expériences, leurs compétences quand ils les ont mises, leurs qualités, etc. Je ne trouve pas de spécialité mise en avant et encore moins de valeur ajoutée.

Donc, dans mon esprit ce n’est pas clair.

Leur positionnement n’est pas clair.

Et ça le sera aussi pour un recruteur qui privilégiera un CV clair, où on sait où l’étudiant veut aller, sur quelles activités il veut se positionner.

J’ai donc fait un raccourci que cette personne ne savait pas ce qu’elle voulait.

En revanche lorsque je trouve sur un CV le poste visé, les compétences correspondantes, des activités d’expériences passées en lien avec le poste et que je vois clairement la valeur ajoutée, mon esprit se fait une idée précise de son positionnement.

Et il fait ainsi le raccourci que ce profil est potentiellement intéressant.


Le positionnement et les indépendants

C’est la même chose lorsque vous voulez vous mettre à votre compte ou que vous l’êtes déjà.

Quand j’accompagne des personnes qui veulent quitter leur job pour se mettre à leur compte et qui font appel à moi pour formaliser leur projet, elles ont une idée très floue de “quoi proposer ?” et “à qui ?”.

Idem quand je forme des consultants en portage salarial qui viennent de se mettre à leur compte et qui viennent me voir pour trouver des missions.

La première question que je leur pose, est la question de leur expertise.

En générale, j’ai une sorte de bouilli d’hésitement qui fait guise de réponse.

Quand je leur demande ensuite : “Qu’est-ce que tu proposes ? Et à qui ?”

C’est la décomposition.

Alors que définir son marché de niche permet de savoir à qui s’adresser et de mieux savoir comment promouvoir son activité.

Comment voulez-vous que votre interlocuteur sache la valeur ajoutée que vous pouvez lui apporter si votre positionnement n’est pas clair déjà pour vous.


Se différencier est une question de positionnement réussi

Je vous donne un exemple de positionnement réussi qui a permis à quelques marques de se différencier des autres.

Quand vous voyez l’image d’une marque familière ou quand vous entendez son jingle, cela vous fait émerger des souvenirs, des opinions, des expériences et des émotions qui sont stockées dans votre esprit et qui l’associent au nom de la marque.

Lindt, la laitière, Lu, Samsung, Sony, Leffe, Monsieur propre, Téfal, cristaline, Super nintendo ce sont des marques associées à une perception positive.

SNCF est une marque associée à une perception négative et surtout pour toutes les personnes qui vivent en banlieue parisienne.

Plus particulièrement quand vous entendez leur générique d’annonces de mauvaises nouvelles.

Eh bien pour vous, c’est pareil !

  • Votre offre doit être associée à une expertise, une spécialisation.
  • Votre CV doit être associé à un poste, une activité, un projet, des compétences, etc.

Travaillez votre valeur ajoutée, positionnez-vous dessus et votre interlocuteur se chargera de vous associer à celle-ci en vous distinguant des concurrents.

C’est aussi la raison pour laquelle il est si puissant de se positionner comme une personne de confiance.

Il sera ensuite très facile de vous recommander.


Qu’est-ce qui fait qu’un positionnement permet de se différencier ?

Il y a plusieurs variables à prendre en compte, mais les principales peuvent se résumer de manière simpliste :

  • aux mots,
  • aux images
  • et aux sons.

Dans le cas d’une recherche de job, les mots que vous choisissez sont très importants.

Vous devez parler le même langage que votre interlocuteur, les gens y sont très sensibles et ils ont le sentiment d’être compris.

C’est aussi le cas, quand vous êtes en recherche de clients.


Un nom de marque identitaire

Ainsi, le choix du nom de votre marque ou entreprise sera déterminant pour vous positionner et se différencier.

Pas plus tard qu’hier, j’en ai encore eu la confirmation.

Lors de l’atelier, une étudiante m’a fait un retour sur Osez Briller, elle m’a dit : « quand j’ai vu votre logo dans la signature du mail, j’ai tout de suite compris que c’était du coaching »

J’ai fait tout un travail de positionnement en fonction :

  • de mon expérience professionnelle,
  • de mon expérience de vie,
  • de mes valeurs,
  • ma valeur ajoutée
  • et là où j’avais envie d’aller.

Le nom Osez Briller était évocateur et je voulais un nom qui soit positivement perçu dans l’esprit de ma cible.

C’est aussi pour cette raison que le nom de ma boîte a beaucoup été copié.

Il y a eu beaucoup de contrefaçon, mais c’est plutôt positif pour moi, mais pas pour eux.


Le positionnement : la réponse pour se différencier

Donc votre travail de positionnement doit consister à trouver l’intersection entre ce qui intéresse le plus vos prospects ou ce qui répond au besoin du recruteur et l’avantage unique que seul vous, vous pouvez offrir, donc votre valeur ajoutée.

Vous construirez tout naturellement la distinction et votre singularité en devenant de facto le premier dans l’esprit de votre interlocuteur.


Comment sortir du lot et être entendu parmi toute cette concurrence.

Ca sera justement le sujet que l’on abordera lors de la conférence que j’animerai avec Morgane Février entrepreneure qui organise le sommet des femmes entrepreneurs et le podcast de l’entrepreneur qui est souvent 1er sur iTunes, ainsi que Ling-en Hsia, Frédéric Canevet et Selma Païva et votre humble serviteur, moi-même.

Bien entendu je ne vais pas vous laisser sur votre faim, car je sais que beaucoup d’entre vous ne sont pas de la région parisienne et ne pourront donc pas se rendre à cette conférence qui je le sais déjà sera blindée.


Comment définir un positionnement unique ?

Donc pour définir un positionnement unique, vous devez d’abord répondre aux questions stratégiques suivantes :

  • Qu’est-ce que votre client achète vraiment chez vous ? Ou si vous voulez changer de job : « qu’est-ce qui va amener le recruteur a vous sélectionner ? »
  • En quoi votre produit ou service ou votre profil est-il différent de ceux de vos concurrents? 
  • Qu’est-ce qui rend votre produit ou service ou votre profil unique? 

Une fois que vous avez répondu à ces questions stratégiques basées sur :

  • votre veille informationnelle,
  • votre recherche d’informations sur le marché,
  • votre cible,
  • et les entreprises ciblées,

vous pouvez alors commencer à développer une stratégie de positionnement. 

Travailler sur votre présentation dans laquelle on doit savoir qu’est-ce que vous proposez, quelle est votre valeur ajoutée et à qui vous la proposer.

N’oubliez pas que donner une bonne image est un puissant outil de marque personnel. 

Pour que cela fonctionne pour vous, procédez comme suit:

  • Créez une présentation de positionnement pour votre projet. En une ou deux phrases, décrivez ce qui vous distingue de vos concurrents ou des autres candidats.
  • Testez votre présentation. Affinez-la jusqu’à ce qu’elle corresponde directement aux besoins et aux désirs de votre interlocuteur.
  • Utilisez votre présentation de positionnement dans chaque communication écrite avec les clients ou recruteurs, vos réseaux sociaux, vos mails, vos lettres, partout !

Pour recevoir votre invitation pour le salon SME, cliquez ici.

Aller plus loin :

Si vous avez un projet de reconversion ou de création d’activité et que vous voulez tester la faisabilité de votre projet, pensez au coaching. Contactez Jordane en cliquant ici.

A lire aussi :

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

Le réseautage ne sert à rien ! Car les gens s’en fichent de vous

Refus de choisir : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

Faire quelque chose de sa vie qui nous importe profondément (Même si ça craint !)

Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

Votre invitation pour le salon SME

Votre invitation pour le salon SME

Entreprendre et réussir

RDV donc au Palais des congrès à Paris le 30 septembre à 17h30 au Salon SME

Comme chaque année, se tient à cette période de l’année (le 30 septembre et 1er Octobre) le salon SME (anciennement le salon des micro-entreprises).

J’interviendrai cette année pour une conférence qui répondre à la question :

« Comment définir un positionnement unique et compétitif pour votre activité ? »

Cette conférence est faite pour vous si vous avez le projet de créer une entreprise ou que vous êtes déjà à votre compte.

Vous savez que vous avez besoin de vous démarquer de la concurrence pour attirer l’attention de vos prospects et pour les transformer en clients.

Mais peut-être que vous ne savez pas comment faire…

…c’est pourquoi nous verrons ensemble, quelles étapes vous devez absolument franchir pour formuler le positionnement souhaité.

Quelle image voulez-vous que vos prospects aient de votre entreprise ?

Vous allez pouvoir découvrir des conseils pratiques, des méthodes simples d’experts du marketing pour définir les bases de votre business !

Retrouvez donc

C’est une bonne raison pour se rendre au salon.

Les autres raisons sont :

100 conférences en accès libre

Profitez de plus de 100 heures de formations gratuites, pour les dirigeants de petites entreprises, les créateurs et les indépendants.
Parmi les temps forts en 2019 :

 Voir le planning complet

Retirez votre invitation gratuit en cliquant sur ce  lien.

Alors on se retrouve là-bas ?

[ninja-inline id=6791]

3 astuces pour savoir comment bien négocier son salaire à l’embauche

3 astuces pour savoir comment bien négocier son salaire à l’embauche

Changer de métier

Savoir bien négocier son salaire à l’embauche est intimidant.

Une majorité de candidats ne prépare pas leur négociation salariale et accepte sans négocier le salaire qu’on leur propose. Et ça sera une des raisons de votre départ futur.

Aujourd’hui, je vous partage 3 principes qui vous serviront aussi pour savoir comment bien négocier son salaire lors d’un changement de poste ou lors d’un entretien annuel.

Faites-vous partie de ces personnes qui ne sont pas à l’aise pour négocier son salaire devant un recruteur ?

3 astuces pour savoir comment bien négocier son salaire à l’embauche

CONSEIL 1 : Partez des faits

Qu’est-ce qu’il se passe quand un recruteur vous propose une offre ?

Réponse : Vous acceptez le salaire qui vous est proposé sans négocier. Et vous êtes nombreux à le faire !

Selon une étude monster, 70% des Français grincent des dents quand il s’agit de parler d’argent et quand vient l’heure de bien négocier son salaire.

Pas étonnant, quand on voit que le français a un rapport particulier à l’argent.

A la question : “Vous sentez-vous à l’aise pour négocier votre salaire quand vous acceptez un nouvel emploi ?”, ils sont nombreux à répondre avec timidité.

Ils sont seulement :

  • 12% à se dire “très à l’aise” à l’idée de négocier leur rémunération, contre 19% au niveau mondial et uniquement,
  • 18% à se déclarer “assez à l’aise” contre 23% au niveau mondial. 

Savoir bien négocier son salaire peut-être un tournant à votre carrière.

Quelques personnes m’ont posé là question : “comment bien négocier son salaire ?”

Voici 3 principes pour pouvoir bien négocier son salaire en partant des faits.

Selon une étude récente Régions Job, Ce serait 2 femmes sur 3 qui ne seraient pas à l’aise pour savoir comment bien négocier leur salaire.

« Ainsi, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à finir « par accepter le salaire proposé », plus de 39%, quand les hommes préféreront « stopper le processus de recrutement » en cas de non satisfaction du salaire proposé. »

Et quand vous êtes sans activité, vous avez tendance à prendre ce qui vous est proposé et pas ce que vous méritez.

négocier son salaire, négocier son salaire augmentation, comment bien négocier, négociation salarial, négocier son salaire entretien annuel, négocier son salaire avec une autre proposition
Comment bien négocier son salaire

A – Connaître sa valeur

Première chose à savoir; connaissez votre valeur par rapport au marché.

Je vois trop de personnes se rendre à un entretien d’embauche sans bien se préparer.

Dites-vous bien que si vous ne préparez pas vos entretiens, vous arriverez à un moment ou un autre à court d’arguments. Et à court d’arguments face à quelqu’un qui a l’habitude de se retrouver face à des personnes qui savent comment bien négocier son salaire.

Alors préparez-vous !

Et pour ça, trouvez un moyen de connaître les fourchettes de salaire proposées sur le marché.

Seulement vous allez vous heurter au manque de transparence des salaires.

Rappelez-vous on est en France et on n’aime pas parler de salaire, on parle très peu de rémunérations.

Laissez-moi vous partager l’anecdote qu’un de mes amis m’a racontée lors d’un entretien d’embauche avec une startup à Paris.

L’entretien se déroulait normalement, le feeling avait l’air de bien passer. Arrivé vers la fin de l’entretien, le responsable de la startup est sur le point de conclure. Et là, il lui demande « est-ce que tu as des questions ?».

Mon ami répond : « bah oui ! Concernant le salaire ? Qu’est-ce que vous proposez ? »

Et là le type a une réaction hallucinante. Il prend un air suffisant et commence à lui faire le reproche de poser la question du salaire tout en le prenant de haut et en lui faisant la morale que ça n’est pas une question qu’on pose.

Plus j’en entends sur les startups moins j’ai envie de bosser avec.

Á la base, la plupart des employeurs ne divulguent pas beaucoup les salaires proposés, il y a une certaine opacité qui rend la négociation de salaire difficile.

Donc, si vous vous retrouvez face à ce problème.

Une solution, vous vous rendez sur glassdoor qui est une application intéressante pour comparer les salaires.

B. Faire jouer les bonus et les avantages

Si le salaire ne suit pas, faites jouer pour compenser les avantages qui ont une valeur monétaire comme la mutuelle, les tickets resto et d’autres avantages.

N’oubliez pas de les énumérer lorsque vous négociez le salaire de votre nouvel emploi.

C. Demandez à vos collègues, anciens collègues, amis et famille

Gardez bien à l’esprit, une chose vous devez croire en la valeur que vous proposez, car personne ne le fera à votre place.

Mais voici la partie la plus importante pour savoir comment bien négocier son salaire.

Le recruteur lui vous donnera une fourchette de salaire et vous aurez besoin d’avoir la vôtre.

CONSEIL 2 . Comment déterminer votre échelle de salaire

  • Commençons d’abord par définir le fourchette basse

Quelle fourchette basse vous permettrez de joindre les deux bouts s’il n’y avait pas de meilleure alternative ?

  • Ensuite définir votre fourchette intermédiaire.
  • Puis définir la fourchette idéale. 

C’est le salaire de vos rêves – ce serait le salaire qui vous donnerait l’impression d’avoir obtenu une augmentation de salaire avant même d’avoir commencé.

Oubliez votre fourchette basse. Vous ne voulez pas ça !

Votre fourchette de salaire doit se situer entre votre fourchette intermédiaire et votre fourchette idéale.

Utilisez cette échelle de salaire lorsque vous parlez à des employeurs potentiels.

Ces étapes sont cruciales pour apprendre à négocier un salaire de départ.

Comment bien négocier son salaire quand on est jeune diplômé ?

Si vous venez de rentrer sur le marché du travail, vous n’aurez peut-être pas grand-chose à argumenter. Dans ce cas, présentez :

  • Votre enthousiasme,
  • votre éthique de travail,
  • votre ambition,
  • votre savoir-être.

Au minimum, demandez environ dix pour cent de plus que ce qui vous est proposé.

négocier son salaire, négocier son salaire augmentation, comment bien négocier, négociation salarial, négocier son salaire entretien annuel, négocier son salaire avec une autre proposition
Comment bien négocier son salaire

CONSEIL 3 : Comment réussir à bien négocier son salaire lors d’un entretien

A-t-on besoin d’une méthode pour réussir à bien négocier son salaire ?

Il ne vous faut pas une méthode à ressortir lors de l’entretien d’embauche, mais une méthode de préparation.

Avoir une méthode de préparation pour bien négocier son salaire augmente selon moi de 80% la probabilité de chances d’obtenir ce que vous voulez ou de vous rapprocher de la rémunération visée.

Pour savoir comment bien négocier son salaire il vous faut avoir réponses à ces 4 points :

  • Vos réalisations probantes
  • Ce qui vous différencie des autres
  • Les raisons pour lesquelles vous changez de job et postulez à ce job aujourd’hui
  • La manière dont vous vous présentez et mettez en valeur votre parcours

Gardez toujours à l’esprit que c’est le recruteur qui donne la mesure de la négociation, laissez-le donc amener le sujet, car hormis de rares situations, le sujet viendra.

Mais ne faites pas comme ce que j’ai pu voir lorsque je faisais du recrutement en entreprise. Il m’arrivait de recevoir des candidats qui négligeaient leurs attentes en termes de salaire. Ce qui est une grave erreur !

Voici comment répondre à la question la plus difficile de l’entrevue:

Quelles sont vos exigences salariales?

Faut être honnête, dans ce genre de cas, on joue au poker. Le recruteur arrive avec une fourchette de salaire prédéterminée. Ils espèrent que vos prétentions seront au plus bas. Vous, ce que vous voulez, c’est le salaire le plus élevé.

Comment répondre à la question du salaire ?

Évitez de donner une réponse précise trop tôt pendant l’entretien. Renvoyez le recruteur à sa question en lui demandant sa fourchette de salaire

Illustrez toujours vos arguments par des exemples de réussites et des preuves. TOUJOURS !

  • Si il ou elle vous fait une proposition, donnez-vous le temps de revenir avec une contre-proposition.
  • Si vos prétentions salariales se chevauchent, ça sent bon vous avez une carte à jouer !

Le rôle du recruteur c’est quoi ? Dans ce cas, c’est de vous recruter, oui ! Mais de vous recruter dans les meilleures conditions. Les meilleures conditions, mais pas pour vous, mais pour eux. Et si vos prétentions ne sont pas encore abordées, on vous posera la question

Quel est votre salaire actuel ?

Pourquoi cette question ?

Le recruteur essaiera de déterminer à travers votre salaire, ce qui pourra vous proposer. C’est aussi simple que cela !

  • Vous allez devoir calculer : combien vous touchez actuellement en comptant les avantages cumulés.
  • Vous allez ainsi faire la liste de tous les avantages dont vous bénéficiez et ainsi faire augmenter votre salaire de base !
  • Ou sinon, vous pouvez toujours jouer la carte de la confidentialité et que vous ne pouvez pas partager cette info.

Oui, c’est gênant mais ça l’est aussi pour lui ou elle.

Jouez la gêne mais continuez à leur prouver que vous êtes le candidat idéal.

C’est crucial de ne jamais montrer que l’on a peur de bien négocier son salaire.

Gardez à l’esprit que le simple fait de demander ne constitue pas une raison suffisante de ne pas vous sélectionner. Si c’est le cas, c’est que vous ne vous y êtes pas bien pris quelque part ou tout simplement qu’ils n’en valaient pas le coup.

Alors sentez-vous libre d’aborder la question des prétentions salariales, encore plus s’il est indiqué sur l’annonce salaire : “ouvert à la négociation”.

Pour aller plus loin :

Si vous avez le projet de changer de métier et que vous voulez vous préparer à votre nouvel emploi, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

A lire aussi :

Trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées [3 conseils]

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

Comment faire un CV professionnel qui force les recruteurs à vous appeler

Changer de métier : 11 Clés pour oser quitter son job et ne plus se mentir

Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

10 excellentes raisons de quitter son travail

Trouver sa voie et sa raison d’être : les questions à se poser

Vivre en autonomie : 3 questions à se poser avant de changer de vie

Vivre en autonomie : 3 questions à se poser avant de changer de vie

trouver sa voie

De plus en plus de personnes cherchent à vivre en autonomie. Vivre en autonomie, c’est vivre autrement en totale indépendance hors d’un système.

En effet, à travers mes recherches, j’ai constaté qu’ils sont nombreux ceux et celles qui rêvent ou projettent d’opter pour ce mode vie alternatif.

Car même si ce style de vie fait rêver beaucoup de gens, il y a tout de même 3 questions à se poser avant de se lancer.

Vivre en autonomie et indépendance financière

Avant de commencer, le sujet sera vivre en autonomie et non pas l’indépendance financière.

Vivre en autonomie et l’indépendance financière ce sont deux objectifs qui peuvent être complémentaires, mais qui restent différents.

Vous pouvez vivre en autonomie sans être indépendant financièrement. Et inversement.

Les deux peuvent être complémentaires, car au final la conséquence est la même, vous vous créez un style de vie.

Vivre en autonomie et prise de conscience

Donc, vous l’avez peut-être remarqué il y a de plus en plus de personnes qui en parlent sur YouTube/blogs, etc, au-delà de devenir une tendance, c’est une réponse à l’anxiété écologique qui s’est développé depuis la canicule de 2018 et la démission de Nicolas Hulot.

Même dans mon activité, j’accompagne de plus en plus de personnes en reconversion qui ont aussi un projet de vivre en autonomie en même temps que leur changement professionnel.

Et le nombre de personnes ayant ce type de projet de vie semble croître. Ce n’est pas juste une envie de cadre blasé de la ville cherchant à passer d’un extrême à un autre en devenant éleveur de chèvres ou bien encore un truc de hippies.

Non ! C’est bien plus que ça ! C’est une réelle réponse à l’évolution de la société.

Citation vivre en autonomie, citation changer de vie, citation vivre autrement
Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie

Retour aux sources : salariat et mode de vie

Entre les reconversions professionnelles qui se font de plus en plus, les changements de vie professionnelle et personnelle, je constate que beaucoup reviennent à un mode de vie similaire à celui de nos arrière-arrière-grands-parents.

C’est-à-dire un mode de vie indépendant professionnellement avec l’idée de vivre autrement.

La majorité de nos ancêtres n’était pas salariée, le salariat c’est une invention de l’homme du 20e siècle qui s’est généralisée à cette époque.

Après, le salariat est devenu la catégorie juridique dominante du monde du travail.

Nos arrière-arrière-grands-parents étaient peut-être commerçants, paysans, artisans, etc.

Et le fait de vouloir vivre en autonomie est d’une certaine manière une forme de rapprochement vers leur style de vie.

Aujourd’hui, le mode de vie dominant est celui de la consommation qui convient à une majorité de personnes appréciant la tranquillité, le confort et la sécurité.

En effet, on a tous été conditionnés à penser que c’est le seul mode de vie existant. Alors que pas du tout !

Il en existe d’autres et c’est ce qu’on va voir ensemble.

Vivre autrement : Les préjugés et critiques

La plupart des gens qui font le choix de vivre autrement (comme vivre en autonomie) sont jugés sévèrement par d’autres et sont souvent considérés comme des marginaux.

On dira d’eux qu’ils vivent en marge de la société, à l’écart des autres, qu’ils ne sont pas normaux et que ce sont des hippies inactifs qui vivent dans leur monde de rêve. Et qu’un jour ou l’autre, ces utopistes reviendront forcément à la réalité.

Que de beaux préjugés comme beaucoup de nos concitoyens ont l’habitude de faire et qui permettent d’économiser du temps de cerveau disponible.

Et parmi ces styles de vie, il faut distinguer plusieurs manières de vivre en autonomie.

Il y au niveau de l’habitat, de l’alimentation, de l’énergie ou de la forme de travail.

Mais avant de vous embarquer dans cette aventure posez-vous ces 3 questions.

citation intothewild, citation vivre autrement, citation changer de vie, Vivre en autonomie, changer de vie, vivre autrement, vivre en van, tiny house, vivre en voiliers
Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie

3 questions à se poser avant de vouloir vivre en autonomie

  1. Quelle vie j’ai envie d’avoir ?

Vivre en autonomie, OK, mais sous quelle forme ?

Si vous vous intéressez au sujet, vous avez dû remarquer que depuis quelque temps, il y a beaucoup de personnes qui sont sur les différentes formes d’habitat. On trouve beaucoup de chaînes sur cette thématique comme le fait de vivre dans un van.

Au-delà d’être un mode de vie, c’est surtout une vie alternative.

Le film Into The Wild a donné des idées à pas mal de jeunes de l’époque. En effet, j’ai constaté à travers mes recherches que la majorité des personnes qui ont fait le choix de vivre autrement sont des adultes de moins de 40 ans avec ou sans enfants, qui sont plus dans une recherche d’aventure et d’expérimentation qu’un mode de vie sur le long terme.

C’est peut-être une manière d’expérimenter le fait de vivre en autonomie et d’améliorer sa vie.

Il y en a qui font ça par goût du voyage et de leur envie de liberté et d’autres par revendication écologique, pour réduire leur impact sur l’environnement.

  • Exemple :

C’est le cas d’une ancienne cliente qui a décidé de quitter son job à la suite d’une déprime.

C’était digne d’un film, elle m’a raconté avoir pété un câble en pleine réunion. Elle s’est levée et à claquer la porte de son job.

Après, un mois de déprime, elle me contacte pour pouvoir se remettre sur les rails. On formalise ensemble son projet et il en ressort en parallèle autre chose qu’un projet professionnel.

Elle a besoin de vivre de nouvelles expériences et de se sentir libre tout en explorant le monde.

Aujourd’hui, elle est à son compte et travaille de son van quelque part dans le monde.

Ce mode de vie est à la fois une façon d’embrasser une manière alternative de vivre qu’une autre conception de la vie.

Mais, ça demande un état d’esprit et une organisation particulière comme l’explique gregsway dans une de ses vidéos qui lui expérimente la vie en van.

  • Vivre en autonomie : habitat

Il y a aussi Alicia de la chaîne vivre en forêt qui lors d’une intervew pour la chaîne 18h30.Fr explique son choix de revenir vers un mode de vie plus naturel en vivant en forêt. Elle présente sur sa chaîne l’évolution de son projet, ce qui fonctionne, ses avancées, etc.

Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie
Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie

Il y a aussi le témoignage de Julien le Belge trouvé sur le site MrMondisalisation qui lui a décidé de construire son propre habitat.

Il dit que c’est revigorant d’être dans des situations en difficulté. Et que malgré le fait d’être seul face à un problème, dans la neige ou sous la pluie, il vit des moments de plénitude en connexion avec la nature.

Puis il ajoute : « Quand je pense que pendant ce temps-là des millions de gens perdent leur vie dans les embouteillages… »

Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie, vivre en autonomie, changer de vie, vivre autrement, vivre en van, tiny house, vivre en voiliers
Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie

C’est aussi le pari fou de Clarisse et Élie, deux Français qui ont tout plaqué pour s’installer au milieu d’une forêt en Estonie.

Ils ont découvert le pays et sur un coup de cœur ont décidé du jour au lendemain de tout plaquer pour aller vivre en autonomie en Estonie.

  • Vivre en autonomie : énergie

Il y a aussi des familles qui vivent en autonomie, ça a été le cas d’un couple avec enfants qui ont fait une installation avec panneau solaire, signalisation lumineuse et que l’on peut voir dans le reportage de tout compte fait.

Il y a aussi des plus âgés comme on peut le voir sur le site de France Culture.

  • Vivre en autonomie : alimentation

Brigitte et Patrick Baronnet qui ont posé leurs valises il y a 48 ans à Moisdon-la-Rivière, en Loire-Atlantique.

Ça fait un bail qu’ils savent vivre en autonomie au niveau de l’alimentation.

Ils disent revendiquer une “sobriété heureuse”, tout en ayant une télé, un téléphone portable ou un ordinateur. Le reportage est accessible ici.

Donc parmi tous ces modes de vie et projets de vie, clarifier bien le vôtre.

2. Ai-je les compétences pour ?

Il y a trois compétences qui vous permettront de mener à bien votre projet de vivre en autonomie.

  1. Votre capacité à trouver des solutions, en gros votre débrouillardise.
  2. Votre capacité à gérer efficacement.
  3. Votre capacité à anticiper.
  • La débrouillardise :

Comme je l’ai dit j’entends par débrouillardise ce qui vous permettra de trouver des solutions en cas de pépin.

Car vous savez que des pépins, vous allez en avoir. Tout ne sera pas si facile.

Vous aurez des idées qui demanderont de la réflexion pour les rendre faisables, comme l’explique Julien à travers son témoignage.

Les chaînes Youtube pour produire vos propres solutions énergétiques sont en hausses depuis comme celle de Barnabé Chaillot que j’ai trouvé sympa à regarder.

  • Bien gérer :

Gérer vos ressources, gérer votre temps, votre argent, vos provisions, vos émotions, etc.

Si vous n’apprenez pas à gérer vos ressources sur le court, moyen et long terme ou à dépenser moins que ce que vous gagnez, vous ne serez jamais tranquille.

  • Votre capacité à anticiper :

Tout à l’heure je faisais un parallèle avec le fait d’être indépendant financièrement.

Hé bien, il existe un autre point commun avec ces deux objectifs/style de vie.

C’est un projet à part entière et il vous faudra faire des prévisions financières pour vous-même. Un peu comme si vous faisiez un business plan (Même si vous n’aimez pas le mot business ! 😉 )

Et pour cela, laissez-moi vous partager une astuce.

L’astuce, la voilà, réalisez 3 scénarios :

  1. Un scénario qui expose ce qui se passera si tout va comme vous le voulez.
  2. Un scénario qui expose ce qui se passera si vos résultats sont moyens.
  3. Un scénario qui expose ce qui se passera si tout capote.

Et en général, le dernier est plus optimiste qu’on ne le croit.

Là, vous serez en capacité d’anticiper dans tous les cas.

Citation changer de vie, citation choix
Vivre en autonomie : les choses à faire avant de changer de vie

3. Et ensuite ?

Ça, c’est la question que doivent se poser tous les sceptiques à la vue de personnes qui optent pour ce mode de vie.

Mais c’est aussi la question que doivent se poser tous les porteurs de ce type de projet. Car en effet, vivre en autonomie, c’est un réel projet de vie.

Posez-vous la question de l’après.

Plutôt que de vous poser la question, “quelles sont les conséquences de ce style de vie ?” (Vous savez qu’écologiquement, ça sera positif).

  • Mais qu’est-ce qu’il en est professionnellement ? Socialement ? Économiquement ?
  • Comment vous vous voyez dans 20 ans ?

Quand on pose cette question à Julien, il répond :

« Toujours ici, dans la nature. J’aimerais juste avoir réussi à convaincre le plus de monde possible que la vie en totale autonomie, c’est possible ! ».

Mr Mondialisation

Si vous avez un projet comme celui-ci, allez-y.

Réfléchissez au tenant et aboutissant sans trop rester dans la réflexion, car à force de trop penser on n’agit plus.

  • Passer à l’action

Vivre en autonomie ou vivre autrement ne fera pas de vous des personnes irresponsables et encore moins si vous avez ou comptez avoir des enfants.

Un de mes anciens clients qui a deux enfants est actuellement en train de préparer ce projet pour lequel il a pris en compte tous les scénarios envisageables et leurs alternatives, des plans d’action sur la santé, l’éducation, les finances, l’alimentation, l’énergie, etc.

C’est au contraire un mode de vie qui permet aux parents de gérer plus facilement leur temps consacré à l’éducation des enfants.

Des parents qui démissionnent parce qu’ils rentrent crevés le soir après leur travail. Il y en a beaucoup !

Tout dépend de la vie que vous voulez avoir.

Des exemples d’autres personnes qui vivent autrement, il y a de plus en plus.

Regardez la chaîne de the vadrouilleurs for rêveur qui se sont lancés dans un projet de vivre en nomade.

La chaîne des petits voyageurs qui parcourent le monde en famille.

De toute façon, que vous vouliez vivre en autonomie, quitter votre job pour vous mettre à votre compte, partir à l’étranger, ou vous reconvertir, sachez qu’il y aura toujours des gens pour se montrer septique ou être critique vis-à-vis de votre intention de changement.

Avez-vous besoin de l’approbation des autres et de leur avis ?

Et je sais que non, alors si votre projet est de vivre autrement ou vivre en autonomie, alors foncez !

Vous vous remercierez surement dans 20 ans !

Pour aller plus loin :

Vous avez un projet de changement de vie et vous voulez trouver l’entrain pour vous lancer ? Pensez au coaching ! Contactez Jordane et demandez votre séance découverte ou téléchargez le guide ultime pour trouver son job idéal à coup sûr.

A lire aussi :

Trouver une idée de projet professionnel quand on n’a pas d’idées [3 conseils]

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Se créer de nouvelles habitudes durables et rester zen

Faire quelque chose de sa vie qui nous importe profondément (Même si ça craint !)

7 choix que vous allez regretter dans dix ans

Être envieux de la réussite des autres : Témoignage incroyable

Être envieux de la réussite des autres : Témoignage incroyable

Comment se motiver

Être envieux de la réussite des autres : Témoignage incroyable

Vous avez dû avoir remarqué mon intervention sur Europe 1 sur le fait d’être envieux de la réussite des autres…

Pour vous faire une confidence, j’étais un peu frustré, car je n’ai pas pu dire tout ce que j’avais à dire.

Vous avez peut-être fait le même constat que moi, il y a un grand nombre de personnes qui n’osent pas dans leur vie.

  • Qui n’osent pas agir.
  • Qui n’osent pas faire le premier pas.
  • Qui n’osent pas la première action.
  • Qui n’osent pas apprendre de nouvelles choses.
  • Qui n’osent pas briller.

Ca été mon cas !

Comme beaucoup de personnes, passé la trentaine, je me suis rendu compte que la vie que je vivais n’avait rien à voir avec l’idée que je me faisais de la vie que j’allais avoir à 30 ans, quand j’étais plus jeune.

Comme beaucoup j’ai fait des choix par facilité, par accessibilité, par défaut, etc.

Avant de faire des choix cohérents avec moi-même, vous le savez j’étais consultant dans les RH à la Défense.

Mon train de vie c’était métro, boulot, dodo.

Jusqu’au jour où je me suis dit, “mais qu’est-ce que je fais là ?”

Après mon burn-out, j’ai pris la décision de quitter mon job pour entreprendre, ça vous le savez.

Mais ce que vous ne savez pas, c’est que j’étais loin de me douter que pendant les mois qui suivaient la fin de mon CDI, j’allais me heurter à des comportements de gens qui allaient être envieux de la réussite des autres.

C’est ce que je partageais au présentateur d’Europe 1 et lui-même n’en revenait pas.

Mais ce que je voulais surtout partager à l’antenne, ça n’était pas mon récit, mais celui de deux anciennes clientes.

Que faire après un échec commercial, Peur d'échouer, échec citation, peur de réussir, peur de ne pas réussir citation, réussite citation, citation pour se motiver, citation pour rebondir après un échec, peur d'échouer citation
Être envieux de la réussite des autres

Être envieux de la réussite des autres ou personnes toxiques ?

Une cliente qui a vécu un Burn-out et que j’ai ramassée à la petite cuillère lorsqu’elle m’a contacté. Elle était brisée.

Chaque fois que je l’avais au téléphone, elle avait la voix tremblante et était très fragile émotionnellement.

Elle a vécu la même histoire que moi.

Job bien payé, épuisement mental et démission, sans rien derrière.

Et malheureusement elle a vécu ce que vivent beaucoup de personnes dans les périodes de remise en question et de changement.

Elle a vécu le manque de soutien et le scepticisme de son partenaire.

Quand on partage sa vie avec quelqu’un, on s’attend à être encouragé, à avoir du soutien, etc.

Mais non, lui il n’avait rien trouvé de mieux que lui faire remarquer que c’était une erreur et il la faisait culpabiliser.

Il ne la soutenait pas, pour diverses raisons, par peur de l’abandon, par peur de voir s’éloigner sa partenaire dans un projet de vie différent, etc.

Elle communiquait avec lui, elle le rassurait, mais rien n’y faisait, il ne la soutenait pas.

Il n’y a rien de pire que d’être envieux de la réussite des autres

Et c’est la pire des choses d’être avec une personne qui ne vous soutient pas.

Mais en réalité au-delà de la peur, c’était de la jalousie pure et dure.

Car elle, elle a toujours eu des projets, des objectifs, elle a toujours été très active et ne se laissait jamais abattre.

Elle a eu une jeunesse très difficile et c’est ça qui fait sa force.

Elle a développé une très capacité de résilience de capacité à rebondir après un événement difficile.

Alors que lui, ça n’était pas son cas.

La capacité de résistance face aux jaloux de la réussite

Peu importe ce que vous avez vécu, ce qui est important de comprendre c’est qu’on peut toujours rebondir et se reprendre en main.

C’est le cas aussi d’une autre cliente que j’ai accompagnée et qui m’a raconté une histoire dingue, absolument incroyable digne d’une série TV.

Accrochez-vous bien, je la cite :

“J’ai ouvert un studio de danse en région parisienne qui a eu beaucoup de succès et très rapidement.

J’ai du même embaucher plus de 10 personnes à l’époque

Ce que j’avais créé faisait envie

Et une bande d’élèves, associée à quelques personnes que j’avais embauchées se sont alors mises à me harceler

Sur les réseaux,

Au téléphone,

Au studio,

Je recevais des menaces de mort.

Mon studio a été vandalisé à plusieurs reprises.

Du matériel a été volé et cassé.

Tous les jours… tous les jours, je recevais des mails d’insultes ou de menaces.

Quelques-unes de ces personnes sont même venues pour s’en prendre à moi physiquement au studio, par contre je n’ai aucun souvenir de ce qu’il s’est passé : trou noir total.

J’ai fait plusieurs tentatives de suicide.

Et sur la page Facebook que ce groupe avait créée on pouvait lire : “elle est mal cette conne veut mourir c’est le moment on ne lâche rien les filles on continue de la harceler”.

J’ai fermé ma boite, fermé mes studios.

Car je n’en pouvais plus.

Et quelques mois à peine après, j’ai reçu une convocation au tribunal.

Toujours cette même bande de filles qui m’attaquaient en justice

Les élèves de ce groupe avaient payé leur cours de danse en chèque, et comme je faisais des facilités de paiement, elles ont pris leur cours et au moment d’encaisser les chèques ils étaient tous frauduleusement déclarés volés.

J’ai porté plainte à maintes reprises pour le harcèlement le vol et les fraudes, mais certaines de ces personnes faisaient partie de la mairie de ma ville et même avaient leur mari à la police.

Aucune de mes plaintes n’a été écoutée.

Par contre moi je me suis retrouvé devant les tribunaux et n’ayant plus un rond pour prendre un avocat correct, je me suis retrouvée avec un avocat commis d’office qui se fichait de mon dossier.

J’ai été condamnée personnellement à verser de l’argent à mes harceleuses sous prétexte que je n’avais pas le droit de fermer mes studios.”

Depuis, on a travaillé ensemble, elle a retrouvé l’énergie d’entreprendre et a quitté la France pour monter une nouvelle affaire dans un autre pays.

Ça peut vous paraître extrême et pourtant je suis convaincu que ce ne sont pas des cas isolés. Des histoires avec des personnes toxiques il y en a un paquet.

Vous ne le savez pas, car je n’en parle jamais, mais j’ai aussi vécu du harcèlement au tout début de mon activité avec Osez Briller.

Mais je préfère vous épargner ce moment de ma vie, car c’était vraiment bizarre comme l’a dit mon ancienne cliente.

burn-out citation, burn-out comment s'en sortir, sortir du burn-out, signes burn-out, symptomes burn-out, épuisement mental, épuisement professionnel, sortir du burn-out
Être envieux de la réussite des autres : Témoignage incroyable

Ne plus subir la jalousie

Les solutions ont les a en nous.

Soit on les utilise pour se relever, progresser malgré le manque de soutien des proches, faire des choix cohérents, soit on est fataliste, critique et on devient aigri… Et c’est à ce moment que l’on se met à jalouser les autres.

Lors de mon burn-out, j’ai pris conscience qu’il fallait que je me bouge.

Pendant la semaine où mon médecin m’avait arrêté, j’ai repris une idée de projet professionnel que j’avais eu en tête lorsque j’avais regardé “the social network”.

Pour tester cette idée, j’ai lancé un blog qui peu à peu c’est transformé en journal de progression.

J’y inscrivais mes progressions pour atteindre un objectif que je m’étais fixé “changer de vie en 365 jours”.

J’ai essuyé plusieurs remarques de septiques, de personnes jalouses de ceux et celles qui ont le courage de se lancer, voire même d’avoir du succès.

Dans ce genre de cas, la jalousie renvoie la personne jalouse à ce qu’elle n’a jamais osé faire.

Être envieux de la réussite des autres renvoie à leurs propres manques.

C’est ce que l’on appelle l’effet miroir.

L’effet miroir

C’est très contradictoire entre le jugement social que l’on va poser et l’envie de la personne.

Comme je le disais dans l’interview :

Le Français est comme tout le monde, il a envie de réussir, il a envie de faire de l’argent, il a envie de changer sa vie pour une autre vie plus cohérente.

Mais par culpabilité, par peur du regard des autres, par flemme parfois, il ne va pas le faire, car certains vont croire que ça n’est pas à leur portée.

En revanche, ce qui est à leur portée c’est le reproche.

Le reproche à l’encontre de ceux qui se lancent et encore plus vis-à-vis de ceux et celles qui réussissent.

Être envieux de la réussite des autres les renvoie face à leur propre condition, à leurs propres manquements vis-à-vis d’eux-mêmes.

Ces personnes vont projeter sur vous quelque chose qui est refoulé en elles-mêmes.

Donc, entourez-vous de personnes qui vous tirent vers le haut.

Réduisez le temps passé avec ceux et celles qui vous jalousent et devenez hermétique à cette jalousie.

Pour aller plus loin :

Si vous avez besoin d’être soutenu dans votre projet de reconversion professionnel et que vous voulez identifier vos talents, pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

A lire aussi :

Se sentir bloqué dans sa vie : faire passer sa vie de bloquée à géniale

Se créer de nouvelles habitudes durables et rester zen

Réussir sa vie : ce que l’on ne dit jamais

Comment SORTIR de sa ZONE DE CONFORT pour grandir ? EXEMPLE

La décision qui va changer votre vie