Profil atypique : entre syndrome de l’imposteur et préjugés des recruteurs.

Profil atypique : entre syndrome de l’imposteur et préjugés des recruteurs.

Multipotentiel

Alors, comme ça on a un profil atypique ?

Un profil qui vous donne le sentiment d’être coincé entre votre syndrome de l’imposteur et les préjugés des recruteurs.

Ha c’est ça quand on n’a pas voulu suivre une voie toute tracée !

Comment ça, vous avez voulu vous positionner sur des jobs qui vous donnaient envie, plus que des jobs alimentaires ou en lien avec vos diplômes ?

Ha non, non, non ! En France, vous devez vous enfermer dans un job pour lequel vous vous êtes préparé durant vos études.

Le choix que vous ferez ou que vous avez fait après vos études doit vous enfermer pour les 10 prochaines années.

Et si vous avez pour habitude de changer de métier tous les 3 ans, vous vous en foncerez encore un peu plus dans votre profil atypique. Bête noire de tous les recruteurs.

Bien sûr que non, je ne suis pas sérieux !

Mais vous noterez quand même qu’il y a beaucoup de vrais dans ce que je suis en train de dire.

La réalité sur le profil atypique

Qui parmi vous, ne doute pas de la réussite de son prochain entretien ? Ou qui ne culpabilise pas, voire ne s’excuse pas d’avoir un parcours diversifié ?

Peut-être même, qu’avant de passer un entretien, vous vous dites :

” À quoi bon ? je n’‘ai pas le bon diplôme ! Je n’ai pas la bonne expérience ! je n’ai pas le bon profil !”

Avant même de faire quoi que ce soit, vous êtes déjà en train de vous décrédibiliser.

Je sais ce que vous vivez, car je l’ai vécu.

Pas facile d’avoir confiance en soi quand on a un profil atypique qui nous exclut de certaines opportunités, car on ne rentre pas dans les cases.

  • Est-ce vraiment une force d’avoir un profil comme le notre dans un monde de recruteurs qui ne pensent qu’à cocher les cases pour ne pas prendre de risque ?
  • Est-ce nécessaire de persister dans le salariat ? Ou l’entrepreneuriat nous permettrait de nous sentir plus à notre place ?

C’est ce qu’on va voir ensemble.

profil atypique, profil atypique travail, profil atypique recrutement, multipotentiel, slasheur, multipotentialité, multipotentiel test

Qu’est-ce qu’un profil atypique ?

Déjà, quand on parle de profil atypique, de quoi on parle ?

Je vais rester dans le cadre du travail, afin de rester pragmatique, que ce soit plus clair pour tout le monde. Je vais donc parler de profil atypique et non de surdoué.

On parle ainsi de profil atypique quand une personne sur le marché du travail offre à un employeur un parcours diversifié de plusieurs expériences variées dans des secteurs plus ou moins éloignés les uns des autres.

La mise en case d’un profil atypique par les recruteurs

Un recruteur va donc vous mettre dans la case des profils atypiques si :

  1. Vous êtes autodidacte et sans diplôme

Dans un pays très académique comme la France, ne pas avoir de diplôme, c’est :

  • La garantie de ne pas avoir le même salaire que ses collègues qui font exactement la même chose que soi,
  • d’évoluer moins vite et surtout
  • d’avoir des critiques jalouses de personnes diplômées qui ne supportent pas d’être managées par quelqu’un qui n’a pas de diplôme. Ça se saurait si le diplôme rendait compétent !)

2. Vous avez plusieurs diplômes dans des domaines qui n’ont rien à voir entre eux

Désolé pour ceux et celles qui aiment apprendre, vous effrayez vos interlocuteurs.

Déjà qu’avec mon bts de commerce, mon diplôme de relations publiques, ma licence Aes RH et mon master en management, j’avais des difficultés à attirer l’attention des recruteurs… Alors j’imagine, pour les parcours universitaires très atypiques…

3. Vous avez repris vos études

C’est tout le paradoxe du recruteur français… ou du recruteur… ou du français… ou de l’être humain… nan… du recruteur français !

On vous fera la remarque que vous n’avez pas de diplômes, mais on s’interrogera aussi sur le fait que vous repreniez des études ou que vous êtes multidiplômés.

Comprenez-vous allez faire flipper votre interlocuteur !

Hé oui, qu’est-ce qui lui garantit que vous ne vous ennuierez pas au bout de quelques mois et que vous ne serez pas trop qualifié pour le job ?

Heureusement, il y a des employeurs logiques et audacieux qui se disent :

“Ce n’est pas qu’au candidat de s’adapter au job. C’est aussi l’opportunité pour ce poste d’être adaptée au candidat…”

Quand on peut le faire et que l’on n’est pas coincé dans des process RH.

Vous passerez aussi pour un profil atypique si vous avez du mal à rester dans un job plus de 2 ans, si vous changez de secteur d’activité et de fonction régulièrement, si votre CV reflète une personnalité… à part.

Etc, etc., etc.

De toute manière tout dépend des secteurs d’activités et domaines où vous vous présenterez.

profil atypique, profil atypique travail, profil atypique recrutement, multipotentiel, slasheur, multipotentialité, multipotentiel test

Quel environnement de travail pour un profil atypique ?

C’est sûr que ce sera difficile de faire votre place dans le milieu du droit ou de l’ingénierie, ou tous ces métiers où vous devez faire preuve de technicité et connaître des normes, procédures, processus, etc…

En revanche, dans des métiers où on vous demande d’être plus polyvalent, comme l’événementiel, la fonction commerciale, l’immobilier,… ça sera peut-être apprécié. Et encore…

  • Les métiers où une certaine maîtrise de compétences techniques est requise, ce sera difficile.
  • Les métiers nécessitant des compétences personnelles, ce sera peut-être plus facile d’accès, je dis bien peut-être.

Cela dépend aussi du type d’entreprises où vous postulez. Les grandes entreprises qui respectent à la lettre les process RH bien définis et où le système hiérarchique est bien établi, là aussi c’est très difficile d’y mettre un pied, mais pas impossible ! Notamment si vous êtes face à un recruteur qui voit en vous une réelle richesse à apporter à son entreprise.

Vous serez peut-être mieux accueilli dans une entreprise plus petite, à taille plus humaine où la polyvalence est plus recherchée.

Le manque de prise de risque des recruteurs

Bref, pas évident de trouver un environnement de travail idéal quand on a un profil atypique.

C’est dommage, car on peut très bien s’épanouir professionnellement et se démarquer par ses résultats sans avoir suivi la voie royale.

Malheureusement, les managers et recruteurs préfèrent recruter des profils qu’ils connaissent déjà ou qui leur ressemblent.

Ils sont très craintifs de prendre des risques, et ça se comprend !

Un recrutement, ça coûte cher à l’entreprise, tout comme une fin de contrat.

Imaginez si le profil atypique recruté ne fait pas l’affaire, le pauvre recruteur ou manager sera la risée de ses collègues. « Ha, tu vois on te l’avait bien dit de ne pas faire de social ! »

Il aura pris le risque de donner sa chance à une personne qui a peut-être plus une expérience à apporter, que des diplômes. Et ainsi une valeur à apporter aux autres.

Tout est une question de feeling, de personnalité et de valeur ajoutée.

Mais bon, avant d’en arriver là, il faudrait déjà que les recruteurs lâchent leurs préjugés et arrêtent de regarder en priorité :

  • “Où est-ce que vous avez fait vos études ?”
  • “Où est-ce que vous habitez ?”
  • “D’où provient votre nom de famille ?”

Avoir un profil atypique : fardeau ou « super pouvoir » ?

Malheureusement, si vous cherchez un discours qui rassure en vous disant que vous avez un super pouvoir, vous vous êtes trompé d’endroit.

Une personne ayant un profil atypique ou parcours atypique, devra davantage prouver au recruteur qu’elle est fiable et compétence.

Ce sera à vous de démontrer à votre interlocuteur les liens entre vos différents choix professionnels et de décrypter votre expérience pour la faire coïncider avec le poster à pourvoir.

Quand on a un profil atypique, on a plutôt intérêt à mettre l’accent sur :

  • la cohérence du parcours
  • et les compétences transférables.

C’est la cohérence de ses choix professionnels antérieurs et le fil conducteur du parcours qui rassureront le recruteur.

Si on laisse transparaître un parcours chaotique, qu’on a subit ou qui est le résultat de non-choix ou de concours de circonstances… ce sera mort !

Mais c’est aussi important de démontrer que l’on peut vite s’approprier sa nouvelle posture et les codes de l’entreprise afin de s’intégrer facilement.

Aussi le frein qui est légitime des recruteurs, c’est la difficulté à miser sur un profil atypique qui vient d’un autre domaine, en prenant le risque de miser sur un potentiel plus que sur une expertise démontrée dans une expérience passée similaire.

profil atypique, profil atypique travail, profil atypique recrutement, multipotentiel, slasheur, multipotentialité, multipotentiel test

Le profil atypique reste quand même apprécié ?

De toute manière, on peut être sûr que les recruteurs n’auront plus tard pas le choix de recruter des profils atypiques.

Pourquoi, je dis ça ?

Depuis les années 2010, je fais la promotion sur mes blogs et ma chaîne YouTube du changement de vie et de la reconversion professionnelle.

Les reconversions professionnelles explosent depuis 2014/2015.

Il est fort probable que l’on soit amené à se reconvertir une, deux, trois, quatre fois, voire plus, dans sa vie.

Des secteurs devront s’adapter, comme c’est déjà le cas pour certains qui sont en pénuries de compétences et qui apprécient les profils atypiques.

Comme l’immobilier, l’artisanat, le numérique, etc.

Se mettre à son compte : solution pour un profil atypique ?

Créer son propre métier sur mesure n’est pas une fin en soi.

Mais, se mettre à son compte reste la solution la plus souvent envisagée par les profils atypiques.

C’est ce que j’ai décidé de faire afin de m’éviter de me replonger dans des procédures de recrutement interminables.

En lançant mon idée de projet professionnel, je savais que j’allais pouvoir apprendre ce que je voulais, explorer ce que je voulais, développer les compétences que je voulais… Et si mon business n’avait pas marché, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même.

Au moins, j’étais sûr de ne pas retrouver de copinages, que personne ne me mettrait dans des cases parce que je n’ai pas le bon diplôme, que je n’aurai de compte à rendre à personne d’autre que moi et sans me soucier des attentes d’un responsable, très souvent incompétent.

Parfois, lancer son propre projet ou créer son propre job peut-être un tremplin pour de nouvelles opportunités professionnelles. Je n’ai, par exemple, jamais eu autant d’opportunités de travail que depuis que je me suis mis à mon compte.

Être à votre compte, c’est l’opportunité de prouver que vous pouvez être autonome, déterminé, orienté solutions et engagé.

Tout dépend de votre rapport au travail et de votre besoin de liberté.

En résumé sur notre profil atypique

En résumé, vous l’aurez compris, notre profil atypique ne fait pas du tout l’unanimité. Si dans certains secteurs, il sera repoussant pour certains recruteurs dans d’autres domaines, il sera le bienvenu.

Si vous savez argumenter, vous présenter, faire des liens entre toutes vos expériences, faire preuve d’intelligence sociale, exprimer votre valeur ajoutée et rassurer votre interlocuteur que vous soyez plus intéressant qu’un des nombreux clones qu’ils ont l’habitude de recruter, vous ferez une différence.

Autrement, il vous restera la possibilité de vous mettre à votre compte.

Ne surtout pas se décourager, car il suffit de tomber une fois sur un employeur qui saura reconnaître la valeur que vous pourrez lui apporter et ainsi de trouver un environnement de travail dans lequel vous pourrez réellement vous exprimer.

Justement si vous avez le projet de vous mettre à votre compte, de créer votre propre job, car vous en avez assez du salariat et de devoir changer chaque année, alors lisez ce qui suit…


Pour aller plus loin :

Si vous voulez lancer votre side project en parallèle de votre job :

👉 Ne cherchez plus, pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour savoir par où commencer en vous inscrivant ci-dessous.

A lire aussi :

Lancer son side project : Mes 5 stratégies pour (enfin) le lancer

Slasheur : Il a osé… créer son entreprise de formation en étant salarié

Il a osé… devenir entrepreneur salarié : 1 idée clé à retenir

Entreprendre mais dans quoi ? Une piste simple pour avoir une idée

Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

Multipotentiel

GUIDE pour les personnes qui PENSENT TROP… Passez à l’action !

Ne pensez pas ! Faites-le !

Beaucoup de personnes ont des difficultés à viser le juste milieu entre la pensée et l’action.

Et cela représentera toujours un défi pour une majorité de personnes.

Lorsque vous passez trop de temps à réfléchir sur votre projet, en vous disant “faut qu’il soit parfait”, vous passez trop peu de temps à la réalisation, vous ne faites au final aucune avancée.

Permettez-moi de vous dire que c’est très facile de rester trop de temps dans la phase de réflexion et de planification.

Ils/elles pensent trop… au moment parfait !

Et plus il y a d’informations, plus vous chercherez à tout maîtriser.

Ce n’est pas l’information qui vous manque, c’est la volonté d’aller de l’avant.

Vous avez déjà vu le film « Le fondateur » sur l’histoire de Mac Do ?

Ray Kroc qui est le millionnaire du Hamburger à un jour dit :

«Les deux conditions les plus importantes pour un succès majeur sont: premièrement, être au bon endroit au bon moment, et deuxièmement, faire quelque chose».

personnes qui réfléchissent trop, je pense trop, trop réfléchir, trouver sa voie citation, trouver son chemin, trouver sa vocation citation, trouver sa mission de vie citation, la solution est en vous citation, la solution est en vous, comment trouver sa voie, comment savoir que l'on est sur le bon chemin, 15 signes qui prouvent que vous êtes sur le bon chemin
Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

J’ai plein d’idées, mais je ne passe pas à l’action

Des personnes qui sont enthousiastes parce qu’elles ont plein d’idées, il y en a un nombre incalculable.

Mais, qu’est-ce qu’il se passe la plupart du temps pour ces personnes qui pensent trop ?

Elles repoussent comme beaucoup la réalisation de leurs idées à plus tard.

Et vous savez où ces idées atterriront ?

Sur des listes de choses à faire qu’elles finiront par négliger en essayant de se convaincre que c’est irréalisable.

Lorsque vous adoptez la « mentalité réflexion » plutôt que la « mentalité du faire», vous vous retrouvez avec des applications de notes ou des blocs-notes qui débordent de centaines d’idées ou de plans qui ne se feront jamais.

Allez, si peut-être vous en achèverez 5-10%.

En fait vous habituez votre cerveau à l’inaction.

C’est ce qu’il se passe lorsque l’on veut quitter son job ou changer de métier.

On n’agit pas !

Les gens dignes d’accomplissement restent rarement assis.

Les autres laissent les choses leur arriver.

C’est ce que vous faites qui vous définit

Faites ce que vous devez faire. Ne parlez pas de ce que vous devriez faire.

Je vais vous partager une anecdote.

J’étais encore salarié. Et, il y avait ce collègue. À peu près le même âge que moi, la trentaine. Il parlait tout le temps, il passait son temps à raconter ses histoires.

Et il passait de bureau en bureau pour dire :

« Ouais l’année prochaine, je serais plus là, je serais au canada prof de MMA, je quitte ce job pourri »

Il venait de commencer de pratiquer un sport de combat et gueulait sur les toits qu’il se reconvertira comme prof.

Quelques mois plus tard, c’est moi qui quitte la boîte pour créer la mienne.

Lui était toujours là et il est resté encore longtemps avant de quitter la société.

Je le sais, car il venait souvent regarder mon profil linkedin pour voir où j’en étais.

Finalement, il a quitté sa boîte pour… continuer de faire ce qu’il faisait, mais ailleurs dans une autre boîte.

Optin article

Arrêtez de parler, passez à l’action

Parler de ce que vous voulez faire aux autres ne vous sert à rien ?

  • De toute façon à quoi ça vous sert ?
  • À avoir l’approbation des autres ?
  • À valider que c’est un beau projet ?

Mais vous n’avez pas besoin de leur approbation !

Ce qu’il se passe c’est que ça vous donne le sentiment d’avoir accompli quelque chose en en parlant. Et vous ne faites rien, car vous croyez avoir fait quelque chose.

Mais dans la réalité… Non !

Être dans l’action plutôt qu’être simplement dans la réflexion ou dans les dires requiert de la discipline et de l’engagement envers vous-même.

Bien sûr qu’agir comporte plus de risques que de ne rien faire, mais c’est le seul moyen de progresser.

Si vous faites partie de ces personnes qui pensent trop et que vous n’êtes pas assez audacieux et concentré, vous ne pourrez jamais dépasser le stade de la «réflexion».

Arrêtez de penser et de parler, agissez !

je pense trop, personnes qui réfléchissent trop, personnes qui pensent trop
Guide pour les personnes qui pensent trop… Passez à l’action !

Ils/elles pensent trop… aux excuses

Thomas Jefferson a dit un jour :

“Vous voulez savoir qui vous êtes ? Ne vous demandez pas. Agissez ! L’action vous délimitera et vous définira.”

Si vous voulez vraiment faire quelque chose, vous trouverez une bonne raison de la réaliser, sinon vous serez convaincu par vos excuses de ne pas le faire.

Avis aux personnes qui pensent trop :

  • Embrassez l’habitude d’agir !
  • Ne pas trop planifier et sous-agir !
  • L’inaction est chère !

Je ne dis pas qu’il ne faut pas réfléchir et foncer tête baissée comme un buffle.

Réfléchir et planifier à l’avance c’est important, c’est même essentiel pour votre réussite à court terme, mais agir l’est encore plus pour réussir à long terme.

Des petits actes accomplis sont mieux que de grands actes planifiés

Le simple fait de réfléchir à une chose ne vous fera aucun bien si vous ne le faites pas réellement.

Chaque fois que vous remettez quelque chose au lendemain, cette chose finit en file d’attente et presque tout dans cet ordre de choses à faire ne voit jamais le jour.

Et toutes les vidéos ou articles ne peuvent pas vous sauver si vous ne prenez jamais de décision d’agir dans l’immédiat.

Le seul échec est de ne pas essayer.

Il n’y a pas d’échec réel à tout donner, peu importe le résultat.

Trop réfléchir est plus fatiguant qu’agir

Vous ne trouvez pas que penser à faire les choses est plus épuisant que de les faire ?

C’est fatigant de garder trop de choses, c’est même anxiogène et stressant.

Vous avez constamment la pression d’un rappel permanent que vous avez quelque chose à commencer.

C’est le quotidien des personnes qui pensent trop, et ça, ça ne contribue pas à leur bien-être, voire à leur épanouissement professionnel.

  • Débarrassez-vous de votre liste de tâches, expédiez le tout !
  • Gardez l’habitude saine de faire quelque chose tous les jours.
  • Limitez votre temps de planification et agissez

Que pouvez-vous faire maintenant pour faire le plus petit pas possible vers la réalisation de votre objectif le plus important?

Pendant que vous réfléchissez à cette question, attendez-vous à ce que la réponse soit une chose simple, réalisable dans les 30 prochaines minutes ou moins.

Quelle que soit la réponse raisonnable proposée, acceptez-la et agissez immédiatement.

Dale Carnegie a dit un jour: «L’inaction engendre le doute et la peur. L’action engendre la confiance et le courage. Si vous voulez vaincre votre peur, ne restez pas assis à la maison à y penser. Sortez et mettez-vous au travail.”

L’action est le plus beau cadeau que vous êtes le seul à pouvoir vous offrir, alors lancez-vous.

Avant que vous partiez :

Si vous avez un projet de reconversion professionnelle, de changer de métier ou de trouver votre voie. Pensez au coaching. Contactez moi et demandez votre séance découverte en cliquant ici.

A lire aussi :

Mes 3 clefs pour trouver sa voie quand on est multipotentiel

SYNDROME DE L’IMPOSTEUR : la malédiction des multipotentiels au travail

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

Être multipotentiel et faire un choix : entre appréhension et damnation

Refus de choisir : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

Refus de choisir : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

Multipotentiel

Refus de choisir du multipotentiel : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

  • Est-ce que le refus de choisir fait partie de votre quotidien ?
  • Est-ce que faire un choix professionnel vous angoisse ?
  • Est-ce que le fait de choisir une carrière toute tracée est synonyme d’ennui et d’angoisse ?

Le refus de choisir peut faire partie de votre vie surtout si vous êtes mutlipotentiel.

Si on m’avait dit à l’époque, quand j’étais étudiant que ça n’était pas un syndrome de l’imposteur et que j’étais juste multipotentiel, ça m’aurait libéré d’un point énorme.

Les difficultés de s’orienter quand on est étudiant

Je me rappelle que quand j’étais étudiant, j’angoissais à l’idée de ne pas savoir quoi faire après mes études.

À chaque anniversaire c’était la panique.

J’étais obsédé par le tic tac de la montre et terrifié de ne pas trouver ma voie.

Enfin, j’étais surtout dans le refus de choisir, car j’avais peur de passer à côté de ma vie si je faisais un choix qui ne m’aurait pas convenu.

Puis quand j’ai trouvé ce que je voulais faire, je me suis dit :

“hey, mais en fait je ne suis pas supposé faire qu’une seule chose dans ma vie !”

Peut-être que comme moi vous avez angoissé ou vous angoissez à trouver ce qui pourrait vous convenir ?

Et si en plus vous vous dites que la vie est trop courte, ça se rajoute à votre angoisse vis-à-vis de l’avenir.

Et ça l’est encore plus pour quelqu’un qui souhaite vivre plusieurs vies dans une seule.

citation multipotentiel, citation multipotentialité, citation emilie wapnick, la solution est en vous, citation confiance en soi, citation trouver sa voie, citation trouver sa passion, multipotentialité définition

La curiosité : le moteur du multipotentiel

Personnellement, ça n’est pas le fait de vouloir vivre plusieurs vies qui me fait être un multipotentiel.

C’est principalement le fait de ne pas apprécier ce sentiment d’être débutant dans un domaine.

  • Est-ce que c’est la curiosité qui m’amène à m’intéresser à tout ?
  • Ou est-ce le fait de ne pas supporter de ne pas savoir faire quelque chose ?

Il se pourrait que ça soit d’abord la curiosité…

Car dès que je sais faire une chose, je passe à une autre.

Ca pourrait très bien être la recherche de nouveaux défis qui m’amènent à passer d’un sujet à l’autre ?

En tant que multipotentiel, ce refus de choisir provient de notre besoin de nouveauté alimenté par notre curiosité.

Mais s’il y a bien une chose qui n’est pas vraiment abordée dans la multipotentialité, c’est la distinction entre ceux et celles qui ont soif de connaissances et ceux et celles qui ont soif d’expériences.

Vous voyez la nuance ?

On n’apprend pas de la même façon et ainsi on ne choisit pas de la même manière.

Alors ?

Où est -ce que vous vous situez ?

Identifier ça dans un premier temps clarifiera beaucoup de choses en ce qui concerne votre câblage interne.

Venons en maintenant à la question de choisir un métier lorsque l’on est multipotentiel.

Entre refus de choisir et choisir un métier

Premièrement, je tiens à vous faire un rappel.

Beaucoup de personnes ont tendance à oublier cette idée, le choix que vous allez faire ne vous enfermera pas pour toute la vie.

Quand vous êtes face à un choix, votre cerveau reptilien prend le dessus et vous transforme en carapace.

Ainsi vous entretenez cette croyance que si vous faites un choix; “c’est pour la vie !”

Et vous êtes constamment dans la peur de vous tromper, de la peur de passer à côté de votre vie ou de la peur d’échouer.

D’où le refus de choisir.

Choisir un métier ne vous engagera pas pour toujours.

Si la question “quel métier choisir pour une reconversion” vous angoisse, relax ! Et repensez à votre besoin de nouveauté et de changement.

L’ennui, l’ennemi juré du Multipotentiel

Dans tous les cas, ce que vous voulez c’est un job où vous vous sentirez utile à vous-même, utile aux autres, où vous aurez une diversité des tâches et où vous apprendrez de nouvelles choses… sur le moment.

Mais quelques mois plus tard ou bien plus tard, vous vous ennuierez.

Et si vous êtes multipotentiel, vous avez zéro tolérance avec l’ennui.

L’ennui est néfaste à votre santé mentale.

Si quelqu’un vous dit que vous êtes trop difficile et que parfois il faut faire avec l’ennui, c’est qu’il n’est pas multipotentiel, il ne sait pas ce que c’est.

Pour un multipotentiel, l’ennui est comparable à un assèchement cérébral, comme un naufrage sur une île déserte où il n’y aurait ni humains ni végétation.

C’est-à-dire un endroit où il n’est pas possible d’explorer de nouvelles choses, de créer de nouvelles choses, d’apprendre de nouvelles choses.

Et ça, c’est essentiel pour un multipotentiel !

Sans ça, c’est la déprime assurée !

Et vous savez comme moi qu’il n’est pas toujours possible d’éviter l’ennui ou de se libérer d’une situation où vous ne faites rien.

refus de choisir, refus de choisir multipotentiel, trouver sa voie multipotentiel, multipotentiel citation, trouver sa voie citation, confiance en soi citation, pluridisciplinaire, choisir un métier reconversion, quel métier choisir pour une reconversion, se reconvertir
Refus de choisir : 3 conseils pour choisir un métier

Refus de choisir pour éviter l’ennui ?

La bonne nouvelle c’est qu’en tant que multipotentiel, vous comme moi, avons un immense panel de ressources qui nous permet de toujours trouver une manière de s’orienter ou de créer un job qui a du sens pour nous.

Du moins, temporairement !

Donc avant de choisir votre prochain job, vérifiez ces 3 points :

1. Vérifiez si vous aurez la possibilité de vous consacrer du temps hors travail pour faire des choses qui nourriront vos besoins et votre curiosité.

Voyez quels seraient la marge de manœuvre et le temps alloué aux initiatives si vous avez envie de vous impliquer dans un projet d’entreprise qui vous intéresse.

Quel serait votre niveau de vie sociale ?

On est des animaux sociaux et se sociabiliser fait partie de la pyramide de maslow, servez vous donc de ce job pour aussi répondre à ce besoin.

Donc avant de choisir un job, vérifiez s’il est compatible avec ces 3 points cités.

2. Ne pas chercher à savoir ce que j’aime

Si vous devez faire un choix de job, un choix de vie, quel que soit ce choix, ne portez pas votre attention sur ce que vous aimez ou vous voulez, car demain vous n’aimerez peut-être plus ou ne voudrez peut-être plus la même chose.

Non, vous devez absolument prendre en compte votre besoin de nouveauté, d’apprendre et d’explorer.

Et surtout, tout ce qui alimente votre curiosité.

3. Vous devez faire des choix en fonction des possibilités d’assouvir votre curiosité.

Je l’ai déjà dit en tant que multipotentiel, ce qui vous dope c’est l’apprentissage, la nouveauté, l’exploration.

Et ça tombe bien, car la curiosité stimule l’imagination, le travail créatif et l’innovation (Si vous vous demandez : “suis-je multipotentiel ?” je vous recommande l’article que j’ai écrit sur Kméo)

La revue scientifique Neuron, spécialisée dans le domaine des neurosciences, a publié les résultats d’une étude qui confirmait que la curiosité améliore l’apprentissage et la mémoire.

L’étude a révélé que la curiosité libère de la dopamine, cette molécule biochimique qui permet la communication au sein du système nerveux et qui est souvent associée au développement de la motivation.

citation faire des choix, citation direction de vie, citation mission de vie, Citation chance, citation destin, citation hasard, citation avoir de la chance, citation sur le hasard, citation osez briller, citation la solution est en vous, la solution est en vous, citation objectifs, citation atteindre ses objectifs, citation se fixer des objectifs, citation atteindre objectifs, citation réalisation objectifs, citation objectif de vie

La curiosité, le remède contre le refus de choisir

La curiosité a d’ailleurs motivé certaines des découvertes les plus marquantes de l’histoire.

Un exemple classique est la curiosité de Steve Jobs pour les polices de caractères qui l’a amené à assister à un cours, apparemment inutile, sur la typographie et à développer sa sensibilité au design.

Plus tard, cette sensibilité est devenue une partie essentielle des ordinateurs Apple.

Beaucoup de grandes inventions ont été trouvées grâce à la curiosité. La curiosité et l’envie d’en savoir plus sur les choses du monde qui nous entourent.

Le refus de choisir ? Non ! Le refus du statu quo !

Je fais une parenthèse, si il y a bien une chose qui nous caractérise en tant que multipotentiel, ça n’est pas que le refus de choisir, c’est surtout le refus du statu quo.

L’accepter c’est être en manque de curiosité, ce qui signifie d’une certaine manière, être défaitiste.

Et ça peut-être dangereux, car cela engendre complaisance et résistance au changement.

  • Pour en revenir aux inventions, c’est grâce à la curiosité de Newton qui avait besoin de trouver une réponse à la question « pourquoi la pomme tombe sur le sol plutôt que d’aller vers le haut ? » qu’on a trouvée la loi de la gravité.
  • Alexander Graham Bell avait un intérêt pour le langage et était curieux des signaux sonores. En 1876 le prototype du téléphone est né.
  • L’imprimerie a contribué à démocratiser les connaissances et a facilité la diffusion de l’information et la communication.

Bien que de nombreux aspects de nos vies se soient adaptés à l’ère du numérique, l’attachement que l’on a pour les livres, les publicités, les panneaux d’affichage et même votre blog favori n’existerait pas comme aujourd’hui sans l’invention révolutionnaire de Gutenberg.

Donc, ne tombez pas dans le refus de choisir parce que vous êtes intéressé par tout

Car, bien souvent, il s’agit de trouver comment continuer à explorer, créer, rester curieux, ouvert d’esprit et laisser le champ des possibles ouverts, tout en trouvant une trajectoire, une cohérence, une place qui vous permet de gagner en confiance et de capitaliser sur vos expériences.

Alors, choisissez toujours la curiosité !

En tant que multipotentiel, vous avez cet avantage sur ces millions de personnes qui ont cessé d’être curieuses de faire de nouvelles expériences qui refusent d’assumer leurs responsabilités en construisant des routines.

Et la routine est incompatible avec la multipotentialité.

Suivez votre curiosité

Vous n’êtes pas dans le refus de choisir, vous ne vous intéressez pas à tout, car tout est intéressant.

En refusant de choisir et en pensant s’intéresser à tout, vous préservez juste votre champ des possibles afin d’anticiper une possible voie sans issue qui vous déconnecterait de qui vous êtes.

C’est pour cette raison que vous n’avez pas d’expertise à proprement parler.

Et une autre chose très importante, domptez votre envie de conserver votre liberté de choisir.

Car en étant dans le refus de choisir vous préservez votre liberté de choisir, méditez là-dessus.

Suivez donc votre curiosité elle vous emmènera là où vous devez aller.

Où vous devez être pour exprimer vos potentiels.

Et c’est la curiosité qui nourrit votre besoin d’être passionné et laisse le champ des possibles ouvert.

Je suis passionnément curieux

Personnellement, c’est ma curiosité qui m’aide à me former continuellement pour développer mes activités et à m’ouvrir à de nouvelles opportunités.

Cela m’aide à explorer des sujets que j’apprécie ou dont j’ai besoin sur le moment pour augmenter les possibilités d’être moi-même.

“Je n’ai pas de talent particulier. Je suis juste passionnément curieux”, c’est ce qu’à un jour dit Albert Einstein.

Nourrir et développer votre curiosité vous aidera à sortir du refus de choisir et à découvrir une trajectoire pro ou perso incroyable.

Vous pouvez ne pas être passionné tout le temps par ce que vous faites.

Mais votre curiosité, vous pouvez l’activer n’importe quand.

Et vous pouvez construire sur ce que vous connaissez déjà.

Ne vous inquiétez donc pas de ne pas trouver votre vocation ou de ne pas trouver votre passion … pour l’instant.

Restez ouvert d’esprit et soyez prêt à apprendre, à désapprendre et à réapprendre en trouvant les réponses que vous cherchez.

Votre curiosité aboutira sur une découverte incroyable.

Quelque chose pour laquelle vous pourrez facilement vous identifier et poursuivre en tant que but.

Donc, choisissez de rester curieux et vous serez étonné jusqu’où ça vous amènera.


Pour aller plus loin :

Si trouver sa voie est important pour vous… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

Mes 3 clefs pour trouver sa voie quand on est multipotentiel

Perfectionnisme : 3 étapes clés pour se débarrasser de ce poison

Affirmation de soi au travail : comment oser s’affirmer et être soi même

Trouver son IKIGAI & sa raison d’être : les questions TESTS BONUS à se poser

Réussir sa vie : ce que l’on ne dit jamais

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire