Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

[ninja-inline id=6776]

Demander sa rupture conventionnelle : 5 signes que vous devez fuir

On me demande souvent :

“Jordane, quel est le meilleur moment pour demander sa rupture conventionnelle ?”.

Je réponds souvent :

Qu’il n’y a pas de bon moment, il y a surtout des signes à prendre en compte.

Et c’est ce dont on va parler aujourd’hui dans cet article : prendre en compte ces signes concrets qui vous prouvent qu’il est urgent de demander sa rupture conventionnelle maintenant.

Ce n’est pas le premier article que je fais sur le sujet et ça ne sera pas le dernier.

Tant que vous n’aurez pas sauté le pas de la demande de rupture conventionnelle ou que votre responsable ne vous l’accorde pas, je continuerai à vous apporter mon aide !

La peur de demander sa rupture conventionnelle

Je sais que demander sa rupture conventionnelle à son responsable fait peur.

C’est une décision importante pour beaucoup d’entre vous.

Ça l’a été pour moi, à l’époque où j’étais consultant et ça m’a pris un an.

Ça l’a été pour ce client qui m’a envoyé ce mail ce matin.

Vous savez que, comme lui, ça vous fera un bien fou !

Imaginez vous retrouver dans la même situation de mon client après avoir pris la décision de quitter son job.

Vous vous sentiriez léger, libéré d’un poids et nettement plus serein.

Comme je l’ai été quand je l’ai obtenu alors que ça n’était pas l’habitude de la maison.

C’est une vraie stratégie et j’en parlerai peut-être dans un contenu spécial que je ne rendrai pas public, car imaginez si vos RH et managers connaissent les techniques pour demander sa rupture conventionnelle et l’obtenir.

Ça ne marcherait plus !

Donc, profitez-en pour vous inscrire à ma newsletter via le lien ci-dessous et pour être averti du jour où ça sortira. Vous recevrez le guide idéal pour trouver le job idéal à coup sûr.

L’après demande de rupture conventionnelle

Je peux vous dire que lorsque vous obtenez votre demande de rupture conventionnelle, c’est le début du commencement de quelque chose dont vous avez besoin de vivre.

Quelque chose qui vous apportera beaucoup plus de satisfaction que de rester là où vous êtes.

Le problème c’est que quitter son job c’est comme arrêter de fumer.

Vous avez toutes les raisons de vous sauver de votre travail ou d’arrêter de fumer.

Mais vous continuez d’être là où vous êtes, et de fumer.

Comme pour la cigarette vous avez peut-être du mal à identifier les raisons de cesser cette activité.

Au-delà du fait que vous savez pourquoi vous restez, car il y a les factures, la famille, le crédit, etc.

Parfois vous avez du mal à expliquer précisément pourquoi vous devriez partir… ou rester.

Le prétexte pour demander sa rupture conventionnelle

Au cours de ces dernières années dans l’accompagnement au changement, j’ai constaté que dans toutes les entreprises où il a été question de réorganisation, ça a été chaotique.

Après chaque changement de direction, de fusion ou acquisition par une autre entreprise, j’ai remarqué plusieurs signes indiquant un avenir maussade pour le lieu de travail où vous évoluez ou avez arrêté d’évoluer.

Mais c’est tout bénéfique pour vous, car cela représente un excellent prétexte pour demander sa rupture conventionnelle.

Donc, comme pour la cigarette, je vais vous partager des raisons de demander sa rupture conventionnelle, en vous partageant 5 signaux d’alerte rapide qui vous indiquent que vous devez être le prochain à quitter son job.

demander sa rupture conventionnelle, quitter son job, rupture conventionnelle, changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,
demander sa rupture conventionnelle

Les 5 signaux d’alerte

1. Les personnes que vous admirez sont renvoyées

Quand je travaillais dans une société au Canada, j’ai, dans le couloir, salué un manager que je n’avais jamais eu.

Il me dit « j’ai appris la nouvelle ! C’est décidé, tu t’en vas ? ».

Je lui ai confirmé et il m’a dit un truc que j’ai toujours gardé en mémoire.

Il m’a dit :

« Pourquoi c’est toujours les meilleurs qui s’en vont en premier ? »

Ce n’est pas très sympa pour ceux qui étaient à côté et qui restaient.

Cependant il avait quand même raison. 🙂

Que cela soit une décision voulue ou subie, vous pourrez aussi le confirmer de votre côté.

Je me souviens que mon ancien directeur qui était l’un des meilleurs patrons que je n’ai jamais eu, avait été limogé.

J’ai été surpris tout autant que mes collègues de l’époque.

En réalité, c’est lui qui avait pris la décision.

Cependant, vous pouvez être sûr que dans le cadre d’une réorganisation, c’est le jeu des chaises musicales et je le répète, c’est aussi un moment adéquat pour demander sa rupture conventionnelle.

Et vous remarquerez aussi que les bons éléments ne restent jamais.

Quand vous le constaterez, vous aurez alors un signe fort qu’il est temps de demander sa rupture conventionnelle.

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

2. Une incompétence croissante

Vous l’avez remarqué les coupes de budgets amènent des problèmes organisationnels.

Lorsque les bons éléments s’en vont et que vous n’êtes pas encore parti, vous vous retrouvez dans ce que j’appelle une situation de pilier.

Explication !

Situation très classique, une personne s’en va, mais n’est pas remplacée.

Un remplacement, ça coûte cher, car il faut recruter une personne qui va mettre du temps avant d’être performante et efficace.

Il faut donc la former et vu le bordel dans lequel vous êtes, rien ne garantit qu’elle ne mettra pas les voiles dès le premier mois.

Donc, on se retrouve dans une situation classique où l’on se demande « qui va faire le boulot de Monique qui vient de partir ? ».

Bah, c’est vous !

Vous allez absorber la charge de travail de votre collègue même si vous avez déjà votre tonne de travail à expédier. Et sans augmentation correspondante au salaire de votre ancienne collègue.

C’est un classique dans le monde des investisseurs.

Dès qu’une entreprise a été acquise, commence les coupes budgétaires et les réductions d’effectifs alors que le volume de travail ne diminue pas proportionnellement. 

Ils sont dans l’idée que vous ferez du super travail à moindre coût et que ça vous rendra très productif.

Ces habitués des chiffres, ne prennent jamais en compte dans leur calcul, que ce sont les employés performants qui quittent l’entreprise, et là les problèmes de sous-performance s’accentuent. 

Et les bouleversements organisationnels ont tendance à révéler une incompétence organisationnelle.

Éviter de jouer le rôle de celui qui se récupère le travail des autres, car ce que vous obtiendrez comme résultat c’est un épuisement physique et émotionnel. En d’autres mots : un burn-out.

Pour éviter cela, vous faites reconnaître rapidement que cette configuration n’est pas tenable dans le temps,.

Mais on vous dira que si, que vous êtes un bon élément capable de tout et on vous fera comprendre que vous n’avez pas le choix.

Mais si ! Le choix vous l’avez, il s’appelle : changer d’entreprise et demander sa rupture conventionnelle.

Prévoyez donc toujours une période de transition, surtout si le nombre de départs et d’incompétences augmentent au bout de six mois, il sera peut-être utile d’actualiser votre CV.

3- Les gens ne sont plus valorisés

Vous sentez que l’ambiance s’est détériorée ?

Que les discussions le midi ne tournent plus autour des enfants, des voyages ou des émissions de TV ?

Mais plutôt autour du prochain licenciement ou rupture conventionnelle, du manque de reconnaissance des managers ou de leurs décisions incohérentes ?

Vous aussi vous avez été choqué qu’un jour, votre collègue ne soit plus là, alors que la veille il était dans son bureau ?

Viré sans aucune explication.

Les réductions du personnel font partie de la vie d’une entreprise et la dignité ou le respect doivent faire partie du processus.

Si vous n’êtes plus valorisé, respecté ou reconnu, envisagez de chercher ailleurs.

Prenez les devants et n’attendez pas de savoir si on vous remerciera ou non.

demander sa rupture conventionnelle

4. Il n’y a plus d’opportunités d’évolution et les salaires sont gelés

C’est un classique d’une réalité inévitable lorsqu’il y a eu une restructuration ou que votre entreprise s’est faite acquérir.

Vous pouvez être certain que les opportunités d’évolution ou les enveloppes d’augmentation seront réservées en priorités au personnel de la maison mère.

Aussi, si un nouveau poste inutile est créé au sein de votre service ou qu’un des postes vacants devient occupé.

Soyez aussi certain que ce poste sera artificiellement occupé par une personne du siège.

En général, c’est un signe révélateur de mauvais présages. Et c’est le moment de faire une demande de rupture conventionnelle.

Car il y a une histoire de flicage ou de cannibalisation des rôles ou de mise au placard.

À vous de juger personnellement si ça ne serait pas le bon moment pour changer de carrière.

Vous savez déjà que vos options d’évolution au sein de l’organisation seront limitées si vous restez.

Alors, mettez les voiles et ciao !

5. Votre manager semble être à l’ouest

Vous me direz, un manger à l’ouest n’est pas forcément un signe concret.

Des managers à l’ouest, il y en a un paquet, mais vous savez comme moi que dans un contexte économique de l’entreprise compliqué, tout s’accentue.

Donc s’il est déjà déconnecté, ou elle d’ailleurs, il ou elle le sera encore plus.

Comment voulez-vous qu’il ou elle gère les enjeux liés aux nouveaux changements de l’entreprise, les besoins de vos clients ou votre nouveau rôle respectif, si à la base, il ou elle vous donne l’impression qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion.

Le point positif est que vous pouvez généralement identifier ce signe assez rapidement, ce qui peut vous aider à décider de votre décision ultime de rester ou de demander sa rupture conventionnelle.

C’est l’heure de négocier sa rupture conventionnelle

Sachez que les cinq signes que je vous ai partagé ne sont ni exhaustifs ni spécifiques au domaine du changement organisationnel, comme les fusions ou acquisitions. 

Vous avez surement dû remarquer que ça arrive à tout moment, dans n’importe quelle organisation. 

Vous avez pu remarquer un ou deux signes dans votre quotidien qui vous donnent ce sentiment que c’est le bon moment pour demander sa rupture conventionnelle, mais si vous avez constaté la majorité d’entre eux, voire la totalité d’entre eux, en place depuis plusieurs mois, une reconversion professionnelle est probablement nécessaire.

Bref, peu importe la gravité de la situation que vous vivez sur votre lieu de travail, il est préférable de ne pas le quitter avant d’avoir trouvé une meilleure situation et d’avoir élaboré une stratégie pour réduire la probabilité de chance de voir sa demande de rupture conventionnelle refusée.

Pour aller plus loin :

Donc, si vous voulez préparer votre transition de manière à mettre toutes les chances de votre côté. Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte en cliquant ici.

A lire aussi :

Reprendre le travail après un burnout : 5 conseils pour éviter la rechute

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

BROWN OUT : entre DÉMOTIVATION au travail et perte de SENS

10 excellentes raisons de quitter son travail

La motivation au travail : comment se remotiver un bon coup ?

Changer de job ou se remotiver au travail ?

The following two tabs change content below.

Jordane Z.

Expert de la reconversion professionnelle chez Osez Briller SAS
Coach de nouvelle génération, je suis aussi formateur. J’accompagne les personnes qui souhaitent donner du sens à leur vie professionnelle, vivre la vie qu’elles méritent et briller en société. Si vous souhaitez faire briller un peu plus votre quotidien, abonnez-vous à l'un de mes réseaux.
reconversion professionnelle