Demander un congé sabbatique ou démissionner ? Savoir ce qui convient

Demander un congé sabbatique ou démissionner ? Savoir ce qui convient

reconversion professionnelle

Demander un congé sabbatique ou démissionner ? Comment savoir ce qui vous convient ?

Je suis convaincu qu’avec l’épisode du confinement, toutes vos envies de projets de reconversion, de changement de vie et d’entreprendre ont été accélérées ? Vrai ?

Et si vous êtes là, c’est que vous êtes sur le point de faire une pause dans votre vie professionnelle. Vrai ?

On va voir ensemble qu’est-ce qui pourrait vous convenir entre le congé sabbatique et la démission pour entreprendre un projet personnel.

Vous allez vous rendre compte que ces deux cas peuvent avoir un impact positif sur la suite de votre carrière.

Demander un congé sabbatique

L’”interruption de carrière” et le “congé sabbatique” sont très souvent confondus. Les deux amènent à quitter son job momentanément pour se consacrer à un projet. Alors, quelle est la différence ?

Si vous voulez demander un congé sabbatique à votre employeur, vous avez d’abord besoin de comprendre quelques petites subtilités du congé sabbatique.

Congé sabbatique :

Un congé sabbatique est une absence de 6 à 11 mois où vous ne touchez aucune rémunération.

L’avantage de ce congé par rapport au congé création d’entreprise, c’est que vous conservez une certaine confidentialité sur votre projet personnel.

Alors qu’avec le congé création d’entreprise, vous annoncez clairement la couleur à votre employeur.

Salut, je pars tester mon idée, si ça marche je ne reviens pas, si ça ne marche pas, je reviendrai en moon walk au travail.”

Citation_liberté_confiance_en_soi2, citation trouver sa voie, citation partir, citation liberté, citation quitter son job
Demander un congé sabbatique et mettre les voiles !

Comment bénéficier du congé sabbatique ?

Il faut que vous sachiez que tous les salariés n’y ont pas droit.

  • Vous y avez droit, seulement si vous avez plus de 36 mois d’ancienneté dans l’entreprise, consécutifs ou pas.
  • Et 6 ans d’expérience professionnelle au compteur.
  • Si vous avez déjà bénéficié dans les 6 dernières années, d’un congé sabbatique, d’un congé création d’entreprise ou d’une formation lors d’un congé individuel de formation d’au moins 6 mois, désolé de vous l’apprendre, mais ça ne sera pas possible.

Pour demander un congé sabbatique, il vous faut envoyer un recommandé en accusé de réception ou remettre votre lettre à votre employeur. Il vous fera ensuite signer une décharge.

Prévoyez de le faire 3 mois à l’avance de la date de votre départ. Précisez la durée en application avec les articles du Code du travail.

Le deuxième effet kisscool du congé sabbatique

Lors de mes années de consulting, deux collègues consultants avaient demander un congé sabbatique de 10 mois pour faire un tour du monde.

Cela faisait plus de 5 ans qu’ils travaillaient tous les deux dans mon ancienne boîte.

Pendant leur voyage, ils ont traversé le désert de sel en Bolivie et ont voyagé du sud au nord de l’Amérique avant de terminer leur voyage au Canada.

À leur retour, ils ont repris leur fonction au sein de la société.

Seulement, le risque lorsque l’on fait un tour du monde, c’est qu’il est très difficile de revenir à sa vie d’avant.

Un des deux a fini par partir.

Demander un congé sabbatique, une tendance de fond ?

Demander un congé sabbatique se fait de plus en plus, car les mentalités changent et les styles de vie aussi.

Beaucoup d’employeurs se rendent compte que, pour garder les bons éléments, ils doivent leur permettre d’avoir une certaine liberté dans la réalisation de leurs projets personnels.

En ce qui concerne la collègue qui est restée, son service a pu bénéficier de ses nouvelles idées, des nouvelles compétences qu’elle avait développées en blogging lors de son séjour, mais aussi du perfectionnement de son niveau d’anglais et d’espagnol. Elle a apporté une certaine fraîcheur au service de par sa nouvelle attitude.

Dans ce genre de cas, le congé sabbatique est selon moi, un accélérateur de bien-être ou de mal-être. C’est-à-dire que votre retour de congé amplifie la perception que vous avez de votre travail. Si c’était positif, ça le sera encore plus, si c’est négatif, vous ne resterez pas longtemps.

Que dois-je faire avant de demander un congé sabbatique ?

Étape 1 : Première chose à faire, renseignez-vous auprès de votre entreprise pour connaître la politique de la boîte et les modalités.

  • Est-ce que des formulaires sont à remplir ?
  • Qui devez-vous informer en premier ?
  • Le manager ou le RH ?
  • Faites aussi le calcul de la perte de revenu ou d’avantages en fonction de la durée ?

Étape 2 : Soyez mentalement prêt.

Avant de demander un congé sabbatique à son responsable, mieux vaut relever toutes les potentielles objections de la part de ce dernier.

Armez-vous de toutes les informations concernant votre congé sabbatique, la durée de votre absence, les répercussions de votre absence et comment vous les avez anticipées. Votre responsable veut savoir comment la charge de travail va être absorbée pendant votre absence.

Ce qu’il craint c’est de se retrouver bloquer, alors rassurez-le et mâchez-lui le travail.

Étape 3 : Planifier un rendez-vous avec votre responsable pour aborder la question du congé sabbatique.

Comme vous avez déjà réfléchi aux éventuelles questions et objections que votre employeur pourrait vous sortir, vous allez assurer cette partie, sinon notez-les et préparez-vous à répondre.

La seule partie où vous serez sûrement amené à négocier, c’est la durée de votre congé.

Tout cela dépend :

  • de la nature de votre fonction,
  • de votre rôle ou
  • du secteur d’activité dans laquelle vous travaillez.

Il y a peut-être un moment dans l’année qui sera plus calme où vous pourrez en profiter pour demander un congé sabbatique.

Et comme je vous l’ai dit, rassurez votre responsable. Faites-lui comprendre que ce congé sabbatique aura un impact positif pour son entreprise.

Repensez à l’histoire de ma collègue qui a apporté de la fraîcheur au service.

Étape 4 : Une fois l’accord obtenu, assurez-vous que les dates ont bien été confirmées.

Et qu’il soit indiqué les informations concernant la suspension de la rémunération ou des avantages.

Après, sachez que l’employeur n’est pas obligé de vous rémunérer lors de votre congé sabbatique, sauf si c’est prévu dans la convention collective, dans le contrat initial ou autre usages.

En revanche, vous bénéficiez du maintien des droits aux prestations de l’assurance maladie pendant la durée du congé sabbatique.

Étape 5 : Organisez votre pot de départ

Commencez à mettre les voiles!

Pour information, si l’envie de démissionner pendant votre congé sabbatique vous prend, vous le pouvez ! Pendant le congé sabbatique, le contrat de travail n’est que suspendu, et non rompu.

Vous pouvez donc le rompre, en posant votre démission, à condition de respecter les modalités liées à ce mode de rupture du contrat de travail.

SI vous pouvez le faire, dites-vous que votre employeur le peut aussi. Je sais ça fait réfléchir, c’est pour ça que je vous propose de réfléchir à la seconde option : Faire une interruption de carrière en démissionnant.

Citation_liberté_confiance_en_soi2, citation trouver sa voie, citation partir, citation liberté, citation quitter son job

Une interruption de carrière, c’est quoi ?

Dans le cas où vous voulez faire une pause professionnelle et que demander un congé sabbatique n’est pas possible, il vous faudra sûrement démissionner ou demander sa rupture conventionnelle.

L’avantage en démissionnant, c’est que vous pouvez faire une pause aussi longtemps que vous le voulez, car vous n’êtes plus lié à votre boîte.

En général, c’est là où vous me contactez pour identifier une idée de projet professionnel. C’est en réalité le parfait moment pour vous de vous repositionner et de vous en servir comme une opportunité de changer de carrière sans avoir le sentiment de devoir rendre des comptes en reprenant votre ancien job.

Cette stratégie a parfaitement fonctionné pour Gilles, 47 ans, qui a demandé l’interruption de son contrat de travail en demandant son licenciement. Son entreprise ne devait pas proposer de rupture conventionnelle.

Il savait que son job était pesant et ne voulait pas vivre avec l’idée de revenir au travail. Il n’a ainsi pas opté pour un congé sabbatique. Il a donc fait une pause professionnelle pour se consacrer à sa reconversion professionnelle. Il doit en ce moment suivre sa formation.

Dans quel cas démissionner plutôt que de demander un congé sabbatique ?

Bien souvent, quand on a une idée de projet, on quitte son job pour créer sa propre entreprise, devenir indépendant ou se reconvertir dans un autre domaine.

Si ce n’est pas votre cas et que vous souhaitez retrouver la sécurité d’un emploi stable après votre interruption de carrière (peut-être dans un secteur différent), vous vous demandez peut-être :

Que pensent les recruteurs des personnes qui ont interrompu leur carrière ?

Je n’aime pas faire ce type de réponse et pourtant cela dépend.

  • Cela dépend du type de secteur d’activité dans lequel vous travaillez.
  • Cela dépend de votre fonction et votre rôle.
  • Cela dépend de votre projet personnel et de la manière dont vous vous positionnez à la suite de cette pause professionnelle.

Si votre projet personnel peut s’ajouter à votre CV en termes de valeur ajoutée ou de compétences développées utiles pour la suite de votre carrière… OK !

Jacques, un consultant français que j’avais rencontré lors de mon voyage au Brésil à la suite de mon burn-out, a fait un tour du monde et n’a eu aucun souci pour retrouver un job.

Tout va se jouer sur la manière dont vous allez tourner votre histoire et la façon dont vous allez raconter votre décision d’interrompre votre carrière.

Et puis, si le recruteur n’est pas suffisamment ouvert d’esprit pour le comprendre, voudriez-vous vraiment travailler avec ce type de personnes ?

Donc si vous prévoyez de faire une pause professionnelle, profitez-en pour apprendre de nouvelles connaissances ou développer de nouvelles compétences.

Que faire après ?

Une fois que votre pause sera finie, il faudra vous préparer à identifier les bénéfices de cette pause pour la suite de votre carrière.

Mettez à jour votre CV en le valorisant de la meilleure façon qu’il soit, et je vous renvoie à l’article que j’ai réalisé intitulé “faire un CV reconversion“.

Décidez de la meilleure façon de vendre les avantages de votre interruption de carrière à un employeur potentiel.

Et vous savez comme moi que pour retrouver un travail, tout est une question de présentation et de réseau, alors faites la liste des personnes que vous avez rencontrées au cours de votre interruption de carrière, et identifiez toutes les possibilités qui peuvent s’offrir à vous.

En résumé

Si vous voulez réaliser un rêve, un projet personnel, faire un tour du monde, vous consacrer à votre famille ou à autre chose.

Sachez qu’en France, vous avez la possibilité de le faire. Demander un congé sabbatique, démissionner ou demander sa rupture conventionnelle est possible.

  • Dans le premier cas, vous retrouverez votre job précédent à la fin de votre congé.
  • Dans le second vous en profiterez pour changer de métier.

Quoi qu’il arrive, faites-vous confiance, écoutez-vous et faites ce que votre petite voix vous conseille de faire.

Prendre du recul est nécessaire pour se repositionner.

Car quelle que soit votre décision, si vous le faites, c’est que vous en avez besoin.

Pour aller plus loin :

Vous avez une idée de projet professionnel que vous souhaitez explorer ? Pensez au coaching. Contactez Jordane et demandez votre séance découverte.

A lire aussi :

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

5 autres raisons de quitter son job

Se reconvertir professionnellement pour les mauvaises raisons

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Changer de carrière : 5 signes qui prouvent que vous devez partir

Changer de carrière : 5 signes qui prouvent que vous devez partir

reconversion professionnelle

Changer de carrière, ça se fait de plus en plus.

Vous avez peut-être constaté le nombre d’articles de presse sur le net de personnes, (pour la plupart jeunes, issues de situations déjà confortables ou d’écoles de commerce) qui changent de job, qui se reconvertissent ou qui deviennent entrepreneur.

Et ces gens vous disent qu’il ne faut pas avoir peur de changer de carrière…

Seulement pour la plupart des personnes, trouver une carrière enrichissante et changer de vie, car oui pour la plupart changer de carrière, c’est changer de vie.

Hé bien changer de carrière, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Ce qui vous amène à changer de carrière

Peut-être que vous regrettez les choix que vous avez faits au moment où vous étiez étudiant.

À l’époque vous avez fait des choix par dépit, par défaut ou par facilité.

Et vous voyez maintenant les conséquences de ces choix ou non-choix.

En ce moment, j’anime des ateliers pour les étudiants en recherche de contrat d’alternance.

Et tout à l’heure une étudiante m’a dit quelque chose d’hallucinant.

Je leur demande avant de commencer, quel est le poste qu’ils visent.

L’étudiante en question me répond, « je prends ce qu’il y a. J’n’ai pas le choix ! »

Je lui réponds si tu ne fais pas de choix maintenant, quelqu’un se chargera d’en faire pour toi.

Et dans 5 ans ou 10 ans, vous en revenez à vouloir changer de carrière, car vous n’avez pas pris au sérieux vos choix d’orientation et votre capacité à prendre des décisions, et vous avez abandonné ce pouvoir de décision à quelqu’un d’autre.

Et aujourd’hui vous le regrettez.

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

Arrêtez les excuses et osez changer !

Alors peut-être que vous vous dites :

« Changer de carrière est trop compliqué, ou ça n’est pas possible, j’en suis toujours au même point, je me sens bloqué dans ma vie, je ne sais pas quoi faire exactement. »

Et vous tâtonnez.

Chaque jour vous vous dites :

Il est vraiment temps pour moi de changer de carrière.

Mais vous ne faites rien pour x raisons et vous restez coincé dans un travail que vous détestez.

Donc vous vous trouverez tout un tas d’excuses ou de raisons qui vous confortent dans cette idée que vous n’avez pas le choix.

  • Vous vous rassurez en vous disant que la paie est plutôt bonne.
  • Que vous ne retrouverez pas un job bien payé ou aussi proche de chez vous.

C’est normal de penser ainsi.

Vous essayez de vous rassurer comme vous pouvez.

Jusqu’à ce que la raison vous rattrape en vous disant, que c’est un “job à la con”, que vous n’avez jamais de reconnaissance et “à quoi bon rester ?”.

Changer de carrière avant d’être totalement désengagé et désimpliqué

Pour ceux et celles qui se sentent désengagés et désimpliqués dans leur job, laissez-moi deviner :

  • Vous vous êtes réfugié sur le net pendant les heures de travail en y surfant toute la journée en regardant leboncoin, vinted, facebook et instagram ?
  • Tout en regardant l’heure et vous faisant un très lent compte à rebours de votre fin de journée ?

Vous ne trouvez pas que c’est du gâchis ?

Enclencher sa reconversion professionnelle

Vous ne trouvez pas qu’il serait peut-être temps de changer de carrière ?

Avant demandez-vous :

  • Est-ce votre environnement de travail qui ne vous convient pas ? Ne seriez-vous pas plus heureux ailleurs ?
  • Ou bien est-ce vraiment les tâches de votre travail qui vous empêchent de révéler votre potentiel ?

Tant que vous ne changez pas de carrière, vous serez toujours autant déprimé et non reconnu pour votre réel talent.

Dans tous les cas, il est temps de changer de carrière !

Restez toujours aligné avec vos objectifs de vie.

Encore faut-il que vous les sachiez…

Les étudiants avec qui je travaille en ce moment repartent tous en fin de journée avec un projet identifié à court moyen et long terme.

Alors, pourquoi il en serait différent pour vous ?

Voici quelques signes à surveiller pour savoir si le moment est venu de changer de carrière actuelle pour se reconvertir vers autre chose. 

1. Votre seule raison de rester est l’argent, mais l’argent ne suffit plus à vous motiver

Bien sûr que ça ne suffit pas à vous maintenir motivé !

Vous êtes motivé, jusqu’à quand ?

Jusqu’à la prochaine augmentation ?

Et s’il n’y en a pas ? Il n’y aura plus personne !

  • Est-ce que l’argent mérite que vous sacrifiiez votre épanouissement professionnel ?
  • À quoi vous servira votre argent, si vous passez 320 jours sur 365 à vous sentir vide et à vous ennuyer ?

Et encore plus si vous attendez toute l’année vos vacances pour remplir votre quota de plaisir annuel !

Quel ennui !

Vous ne croyez pas que vu comme ça, il serait préférable de changer de carrière ?

Bien sûr, tout le monde doit gagner de l’argent pour survivre. 

La stabilité financière reste un impératif. 

Mais vous savez comme moi que l’argent ne fait pas tout.

N’ayez pas peur de quitter un job insupportable, juste parce que le salaire est correct.

Il y a fort à parier que vous aurez tout autant d’argent le jour où vous serez personnellement et professionnellement satisfait de faire ce que vous aimez plutôt que de rester juste pour le salaire.

2. Votre corps s’exprime et vous dit que quelque chose ne va pas

Si votre santé décline, que vous avez des blocages du dos, des problèmes curieux et difficiles à diagnostiquer, il est probable que ce mal soit le premier indicateur que votre corps vous envoie en vous confirmant que vous n’êtes pas à votre place actuellement.

  • Est-ce que vous êtes constamment épuisé et avez vous de plus en plus de difficulté à vous lever le matin ?
  • Est-ce que la migraine est devenue votre nouveau compagnon ?
  • Vous n’arrivez plus à vous concentrer ?

Les maladies chroniques, l’anxiété et d’autres maladies telles que les maladies cardiaques sont souvent directement liées au stress. 

Vous passez une majeure partie de votre temps au travail.

Si vous êtes stressé par le travail, votre corps vous le fera comprendre d’une manière ou d’une autre.

Et, ça va vous faire mal !

changer de carrière, reconversion professionnelle, trouver sa voie, changer de métier, trouver sa mission de vie citation, citation regrets, citation osezbriller,

3. Vous êtes stressé et malheureux 80% de votre temps

Vous avez entendu l’histoire du bon et du mauvais stress. Oubliez ça !

Il n’y a que le stress ponctuel et permanent.

Le stress ponctuel peut vous amener à tirer le meilleur de vous-même.

Mais le stress permanent est synonyme de pertes de capacités personnelles.

Si vous avez l’impression d’être devenu pessimiste ou que la plupart du temps vous ne vous sentez pas heureux à cause du travail, que vous êtes devenu une personne amère et que vous ne vous reconnaissez plus, il est temps de changer de carrière et de vous positionner sur une autre qui vous rendra fier de vous.

4. Êtes-vous fier de parler de votre boulot aux gens ? Ou plutôt gêné ?

  • Comment est-ce que vous parlez de votre job actuel quand vous êtes à une fête, un mariage, au sport, à une soirée entre amis ?
  • Vous sentez une gêne à dire du bien de votre job ?

Il est certain que vous savez déjà que votre potentiel n’est pas exploité comme vous vous l’imaginiez à l’époque où vous étiez étudiant.

Et votre embarras est un bon signe que le moment est venu de changer de carrière et de vous lancer dans une autre que vous serez fier de revendiquer.

5. Vous rêvez d’une carrière différente

Est-ce que, comme moi, à l’époque où j’étais consultant, vous vous surprenez en train de rêver au travail en pensant à ce que pourrait être votre quotidien, en tant que joueur de poker, rockstar, écrivain de best-seller ou voire même mère/père au foyer ?  

Il n’y a pas de mal à rêver sa vie, mais à vous de trouver des solutions alternatives pour changer de carrière tout de suite et en vous imaginant un avenir meilleur.

6. Vous êtes apathique et ennuyé.

Une dernière pour la route.

Tout le monde a des jours sans et des jours avec.

Il arrive que l’ennui prenne une place importante de votre journée.

Mais heureusement, ces jours-là sont rares et la plupart du temps, vous vivez plutôt des moments d’excitation ou au moins de gratitude pour ce que vous faites. 

Si vous vous sentez constamment à l’écart, que vous souhaitez être ailleurs ou que vous ne vous vous investissez plus, il est temps d’y aller et de changer de carrière. 

Trouvez un endroit qui vous enthousiasme pendant au moins la majeure partie de votre temps.

Je sais que beaucoup de personnes ne se sentent pas à leur place dans leur job.

Si on vous avait aidé à l’époque où vous étiez étudiant à faire de meilleurs choix ou à vous positionner sur le job idéal, les choses auraient été différentes pour vous.

Si aujourd’hui vous n’êtes pas content de votre travail actuel, profitez d’un nouveau départ et apportez des changements. 

Cherchez de l’aide pour changer de carrière et commencez à économiser des années en changeant de travail ou en vous mettant à votre compte. 

Pour aller plus loin :

Si vous avez le projet de vous reconvertir et de changer de carrière, pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte en cliquant ici.

Ou recevez le guide ultime pour trouver le job idéal à coup sûr en cliquant ci-dessous.

A lire aussi :

Avant de quitter son job : 7 livres à lire avant de démissionner

Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

Réussir sa reconversion professionnelle : Changer de métier sans se tromper !

Trouver sa voie et sa raison d’être : les questions à se poser

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

Rupture conventionnelle refusée : que faire ? Quel(s) recours ?

reconversion professionnelle

Vous avez récemment demandé à quitter votre job par une demande rupture conventionnelle ?

Vous avez commencez par faire un CV pour préparer votre retour sur le marché ?

Vous vous sentiez soulager jusqu’à ce que vous ayez reçu ce mail ayant pour objet : rupture conventionnelle refusée ?

Peu importe les raisons de votre décision, que ce soient vos conditions de travail qui se sont dégradées ces dernières semaines ou que le nouveau manager soit un tyran, vous voulez quitter votre job en trouvant un accord et vous avez opté pour une rupture conventionnelle mais celle-ci a été refusée.

Demande de rupture conventionnelle refusée ?

Relaxez-vous, je vais vous répondre et vous allez voir qu’il existe des alternatives à une rupture conventionnelle refusée.

Avant toute chose, avez-vous cherché à obtenir les raisons de ce refus ?

Savoir pourquoi la rupture conventionnelle a été refusée est la première chose que vous devez savoir.

La plupart du temps, qu’est-ce qu’il se passe quand vous faites votre demande à votre employeur ?

Idéalement, ce dernier vous répond OK et vous rentrez dans la partie négociation.

Loin de la représentation idéaliste que se font la plupart des salariés, demander une rupture conventionnelle et quitter son job n’est pas aussi simple.

Tout est une question de stratégie !

La plupart du temps, votre employeur va répondre “non” à votre demande, pour la simple et bonne raison qu’il ne veut pas vous laisser partir avec des indemnités.

Il va préférer que vous preniez la décision de démissionner pour ne rien avoir à débourser.

Rupture conventionnelle refusée, citation quitter son job, citation trouver sa voie, citation osez briller, citation progresser, citation changer de métier, citation reconversion professionnelle, citation confiance en soi, citation la solution est en vous
Rupture conventionnelle refusée

Être payé pour partir c’est le rêve de tous les salariés désengagés ou démotivés, à la limite du Burn-Out.

Exemple de rupture conventionnelle refusée

Récemment le conjoint d’une amie s’est vu refuser sa demande de rupture conventionnelle.

Pourquoi ? Parce que c’est un bon élément dans l’entreprise.

Il a rapporté en 2 ans plus de 2,5 millions de CA à lui tout seul, il est donc difficile pour l’employeur de se séparer d’un bon élément comme lui.

Mon ami se sent trahi par cette décision qu’il estime être injuste car il s’est impliqué dans cette entreprise.

Il ne s’attendait pas à voir dans sa boîte mail : “rupture conventionnelle refusée”.

Si dans le cas contraire, votre responsable vous considère comme un élément qui ne s’intègre pas suffisamment à l’équipe ou que l’exécution de votre travail ne le satisfait pas, vous représenterez davantage un coût pour lui qu’une valeur ajoutée.

Dans cette situation vous aurez plus de chances de vous voir proposer une rupture conventionnelle.

Vous trouvez ça injuste ?

Et pourtant !

La rupture conventionnelle n’est pas un droit

La rupture conventionnelle n’est pas un droit, vous ne pouvez pas l’imposer à votre employeur, et l’inverse est aussi valable.

Comme son nom l’indique, elle est issue d’un commun accord entre vous et votre employeur.

Il est donc dans son bon droit de vous faire un tampon rouge en gros sur le coin de votre demande : rupture conventionnelle refusée très cher-e- !

Alors, que faire quand on a reçu : rupture conventionnelle refusée ?

Quand je vous parlais de stratégie, hé bien ! OUI ! C’est une stratégie pour valider une demande de rupture conventionnelle !

Il y a deux possibilités pour faire en sorte que sa demande de rupture conventionnelle soit acceptée.

Il y a la manière forte comme :

  • La stratégie d’attaque brutale qui consiste à faire un abandon de poste.
  • La stratégie de protection qui vise à multiplier les arrêts maladie.
  • La stratégie du barreau qui est de se faire aider par un avocat pour forcer la main de votre employeur mais ça ne vous facilitera pas la vie.

Et il y a la manière douce comme :

  • La stratégie de la patience qui consiste à préparer son projet en parallèle de son travail, comme ce que j’ai fait, jusqu’à provoquer la rupture conventionnelle.
  • Ou bien demander un RDV pour exposer la situation, les faits et vous entretenir sur les raisons de votre départ, mais ça je suppose que c’est ce que vous avez fait et ça n’a pas marché.

Peut-être que comme le conjoint de mon amie, vous ne l’avez pas correctement amené sur la table.

Lui s’est servi de l’argument qu’il quittait la région parisienne pour s’installer en Haute-Savoie. Résultat : demande de rupture conventionnelle refusée.

Ce qu’il faut savoir avant de faire sa demande de rupture conventionnelle

Il vous faut savoir plusieurs choses avant de demander une rupture conventionnelle.

Rupture conventionnelle refusée, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée
  • Est-ce que c’est la culture de la boîte ?

Ce n’était pas le cas dans mon ancienne boîte, pourtant j’ai réussi à l’obtenir.

J’ai su jouer la carte de la patience et de la résistance.

J’avais connaissance de l’état de santé de mon entreprise et qu’elle allait être en pleine réorganisation dans un futur proche.

Dès que la première rupture conventionnelle a été proposée dans l’entreprise, j’ai récupéré les infos de négoce du salarié concerné (conditions de départ, indemnités, délai de carence…) et j’ai provoqué la rupture avec ma propre stratégie.

  • Pour voir sa rupture conventionnelle acceptée, parlez le même langage

Ne réfléchissez plus en termes de raisons personnelles mais en termes de coût pour l’entreprise.

Vous serez d’accord avec moi que votre employeur n’aura pas d’intérêt à garder un salarié qui ambitionne une autre carrière, n’est-ce pas ?

Exposez les conséquences de votre désengagement en termes de coût pour l’entreprise.

Mais jouez cette carte intelligemment: faites un calcul des indemnités de départ de la rupture conventionnelle versus le coût de votre désengagement suite à cette demande de rupture conventionnelle refusée.

Ça n’est pas tout, mettez-vous dans les godasses de votre interlocuteur et présentez-lui des alternatives pour compenser votre départ comme le fait de trouver vous-même un remplaçant ou de vous engager à former le nouvel entrant qu’eux ou vous aurez trouvé.

Réfléchissez toujours en termes de ressources et de chiffres! Là vous serez écouté et augmenterez vos chances de passer d’une rupture conventionnelle refusée à une rupture conventionnelle acceptée.

Les alternatives à une rupture conventionnelle refusée

Même après avoir parlé la même langue que votre employeur, il ne vous laisse toujours pas partir de l’entreprise ?

Soit il s’accroche à vous comme un ex qui refuse d’avancer dans sa vie, soit il fait ça pour vous pourrir la vie… (Comme un ex !)

Et la plupart du temps, c’est la deuxième situation.

Dans ce cas, si vous tenez à partir la tête haute, il vous reste d’autres alternatives à la rupture conventionnelle refusée. Il y a:

  • Le congé sabbatique
  • Le congé sans solde
  • Et le congé pour création d’entreprise.

Voici deux histoires d’anciens collègues pour illustrer ces deux dernières alternatives.

Quand j’étais encore consultant salarié, deux collègues ont demandé un congé sans solde pour voyager autour du monde pendant 11 mois. (Note : la majorité des salariés qui partent à l’aventure à l’étranger autant de temps restent rarement dans l’entreprise plus de 4 semaines après leur retour. Pourquoi ? Lorsque vous goûtez à la liberté, avez-vous envie de revenir en prison ?)

Ce congé sans solde est une suspension de votre contrat et demande là encore la validation de votre employeur (aussi bien pour le congé que pour la durée de celui-ci qui s’échelonne entre 6 et 11 mois).

Pendant leur congé sans solde, mon ancien employeur avait trouvé d’autres consultants pour les remplacer et à leur retour, ils ont tous les deux mis les voiles vers d’autres horizons.

Idem pour le congé création d’entreprise. Un collègue (Clarence, salut !) a fait une demande qui a été acceptée. Celle-ci a été acceptée car son activité de consultant était calme et qu’il était apprécié.

Si comme lui, vous voulez tenter l’aventure de la création d’entreprise et si celle-ci réussit, vous pourrez sereinement déposer votre démission à votre retour.

Il y a toujours inscrit “rupture conventionnelle refusée” ?

  • Proposez-lui un aménagement de vos horaires en lui faisant une proposition de temps partiel.

Ce qui vous permettra de vous libérer du temps pour vous consacrer à une autre activité, développer votre entreprise ou partir en exploration du freelancing en portage salarial.

Cela vous permettra aussi d’avoir un maintien de salaire et ainsi de ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier.

À la guerre comme à la guerre

Autrement, il vous reste l’abandon de poste.

Il faut le rappeler, c’est considéré comme une faute grave entraînant le licenciement.

Vous vous demandez peut-être pourquoi opter pour un abandon de poste plutôt qu’une démission ?

Si votre démission ne donne en principe pas droit au chômage, en revanche, le licenciement lié à l’abandon de poste ouvre droit au versement des allocations par Pôle Emploi et ce, même en cas de faute grave.

D’où le choix d’abandonner son poste plutôt que de démissionner.

Ensuite, il vous reste la possibilité de rentrer dans le programme Macron.

Le projet de reconversion pour voir sa demande de rupture conventionnelle acceptée

Vous avez les arguments pour quitter votre travail ? Super !

Vous avez fait le tour de votre job, il ne vous “excite plus”, OK ! Surtout gardez le pour vous le jour de l’entretien de négociation.

En revanche vous avez de nouveaux droits si vous démissionnez depuis que Macron est passé.

La loi Liberté de choisir son avenir professionnel vous permet une mobilité professionnelle qui vous donne l’opportunité d’enclencher votre reconversion professionnelle ou une création d’entreprise.

Donc si vous démissionnez en ayant le projet d’entreprendre ou de reconversion professionnelle, vous aurez désormais droit à l’assurance chômage au même niveau d’indemnisation que les autres.

Renseignez-vous là-dessus et préparez-vous à monter un projet béton.

La patience est votre meilleure amie

Dans tous les cas il vous faudra vous armer de patience et surtout évitez les conflits.

Rupture conventionnelle refusée, citation steve jobs, citation gaspiller son temps, citation vivre sa vie, citation stevejobs, Citation destin, citation sur le destin, citation choix, citation faire des choix, Citation quitter son travail, quitter son travail, quitter son job, quitter son emploi, citation reconversion professionnelle, citation changer de vie, citation confiance en soi, citation la solution est en vous, citation osez briller, citation faire ce que l'on veut, citation se reconvertir, citation trouver sa voie, citation pour aller mieux, la solution est en vous, citation vie professionnelle, citation changer de travail, citation pour quitter son job
Rupture conventionnelle refusée

J’ai pris le soin de ne pas partir fâché avec mon ancien employeur. Résultat: 3 ans après, ils ont financé un de mes coachings pour une collègue qui avait décidé de quitter son travail afin de se reconvertir.

Donc faites attention à la façon dont vous allez amener les choses.

Je préconise l’approche du projet de reconversion professionnelle qui annonce à l’employeur que vous partez vers d’autres horizons professionnels et pas chez le concurrent.

Soyez stratégique afin de ne pas finir au placard ou de vous enfermer dans des successions d’arrêts maladie, c’est le meilleur moyen de rentrer en conflit.

Ce n’est pas la meilleure manière de faire une sortie de scène.

Votre moral en prendra un coup, vous serez dans la colère et en perte de confiance vis-à-vis de vous-même et de votre rapport avec le monde du travail.

Vous devrez vivre avec le stress alors apprenez à savoir prendre du recul.

Surtout que vous devez l’avoir mauvaise depuis cette demande de rupture conventionnelle refusée…

Optez pour la stratégie de la patience

C’est ce que j’ai fait, il m’a fallu du temps et de la patience pour quitter mon job dans de bonnes conditions.

J’ai attendu le bon moment pour faire en sorte que la demande de rupture conventionnelle ne soit pas à ma demande, mais à celle de mon employeur. Ca fait toute la différence !

Je peux vous en faire part car c’est ce qui a fonctionné pour moi et hélas ce serait trop long à expliquer.

Mais quoi qu’il en soit, restez professionnel jusqu’au bout.

Pensez à vos équipes, pensez à vos clients, eux n’y sont pour rien… Ou pas.

Je sais que ça vous demandera de trouver l’énergie mentale nécessaire.

Pour ça servez-vous de l’énergie que vous procure votre projet de reconversion professionnelle, votre projet de changement de vie ou votre projet de création d’entreprise.

Car pendant que vous le préparerez comme je l’ai fait, vous aurez une stabilité financière.

Profitez-en pour mettre de côté au maximum.

Quel que soit votre projet, votre situation ou votre histoire, gardez à l’esprit votre objectif final et entretenez cette énergie dont vous aurez besoin en continuant d’apprendre, d’explorer, d’anticiper, en rencontrant de nouvelles personnes et en restant stimulé intellectuellement dans vos challenges.

Car vos projets ne sont qu’énergie et c’est cette énergie qui vous permettra de vous lancer sereinement dans ce qui vous fait vibrer et ainsi, créer une vie qui vous ressemble.

Aller plus loin :

Si vous voulez découvrir comment trouver sa voie professionnelle et faire naître votre futur projet de reconversion professionnelle ou création d’entreprise, je vous invite à me contacter en cliquant ici ou bien cliquez en-dessous pour recevoir le Guide Ultime pour Trouver le Job Idéal à Coup Sûr.