Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

reconversion professionnelle

Enquête métier et reconversion : les questions clés à poser

Réussir son enquête métier

Vous êtes à l’étape de l’enquête métier dans votre projet de reconversion professionnelle ? Félicitations vous êtes à deux doigts de changer de métier.

Seulement voilà, vous ne savez pas comment faire une enquête métier ?

Pas d’inquiétude, on va voir ça ensemble !

L’enquête métier pour valider son projet de reconversion professionnelle

L’enquête métier est l’étape indispensable pour permettre de confronter ses idées à la réalité et réussir sa reconversion professionnelle.

Mais surtout pour ne pas tomber dans le fantasme ou l’idéalisation d’un métier.

À cette étape vous avez dû faire un travail de veille informationnelle et de préparation pour savoir quel métier choisir pour une reconversion professionnelle.

J’entends par là une cartographie ou bien des fiches des métiers, des fonctions ou des secteurs d’activités que vous voulez explorer.

Étape cruciale qui vous permettra, dans un premier temps, de répondre aux questions :

Si vous ne l’avez pas fait, je vous invite à procéder à cette étape avant de vous lancer dans une enquête métier afin que vous ayez le maximum d’informations utiles pour vous aider à poser vos questions et réussir votre transition professionnelle.

À ce sujet voici quelques exemples de questions à poser pour son enquête métier.

trouver sa voie citation, trouver son chemin, trouver sa vocation citation, trouver sa mission de vie citation, la solution est en vous citation, la solution est en vous, comment trouver sa voie, comment savoir que l'on est sur le bon chemin, 15 signes qui prouvent que vous êtes sur le bon chemin
Réussir son enquête métier

Exemple d’enquête métier

Si vous aimez le jeu de rôle/Jeu de société Sherlock Holmes, vous allez adorer cette partie-là.

Pour cette enquête métier, vous devez d’abord enquêter sur vous-même, vous avez donc identifié les choses importantes à retrouver dans votre futur métier.

Ces choses importantes doivent se retrouver dans vos questions d’enquête métier.

J’entends par choses importantes, vos besoins, vos valeurs et vos objectifs.

Adapter vos questions !

Après il y aura toujours des questions basiques que vous pourrez poser à n’importe quelle autre personne.

Rappelez-vous dans tous les cas que l’ensemble des réponses à vos questions doivent vous permettre d’obtenir la réponse ultime à la question « Quelle vie j’ai envie d’avoir ? ».

Enquête métier ou enquêter sur sa vie idéale ?

Si vous priorisez l’équilibre vie pro/perso car vous visez l’épanouissement professionnel au travail :

  • Demandez à votre interlocuteur comment il gère son temps pro et perso et concilie son équilibre de vie pro/perso.
  • Est-ce que le télétravail est une pratique habituelle dans l’entreprise ?
  • Quelle est l’ambiance au travail et les relations hiérarchiques ou entre collègues ?
  • Etc.

Si vous mettez l’accent sur la notion de plaisir au travail :

  • Demandez-lui (ou elle) quel besoin a-t-il voulu satisfaire en choisissant ce métier ?
  • Quelle est sa plus grande source de satisfaction ?
  • Etc.
réussir son enquête métier, enquête métier reconversion, quel métier choisir test, trouver sa voie test, reconversion professionnelle test, enquête métier exemple
Enquête métier et reconversion : les questions à poser

Les questions à poser

L’enquête métier a pour objectif de vous aider à trouver le lien entre vos compétences, vos aspirations, vos besoins et vos valeurs.

C’est comme un questionnaire de découverte de métier pour s’aider à trouver sa voie.

Ce lien vous le ferez naturellement au fur et à mesure que vous questionnerez la personne.

Vous devez ressentir de l’envie de votre côté lorsque vous écoutez parler la personne.

Si elle vous donne envie, c’est plutôt bon signe, mais veillez à toujours avoir plusieurs sons de cloche.

Car il suffit que vous tombiez sur un amoureux de son travail pour avoir une vision faussée du job.

Pensez donc à ramener les questions à vos besoins professionnels et aussi personnels.

Pour réaliser cette enquête métier, je vous préconise grandement l’utilisation d’un questionnaire ou une prise de note vocale qui restitue les dires de la personne.

Il existe quelques applications que je n’ai pas en tête, je vous invite à aller fouiller dans votre smartphone.

La personne rencontrée

  • Nom
  • Métier
  • Téléphone
  • Entreprise

Le contenu du métier et les tâches

Évitez dans votre enquête métier les questions trop vagues du style “pouvez-vous me décrire votre métier ?”.

Orientez plutôt la question en lui demandant le contenu du métier au quotidien. “C’est quoi une journée type ?”

Intéressez-vous ensuite à votre interlocuteur en lui demandant :

  • Qu’est-ce qui l’a amené à choisir ce métier ?
  • Puis demandez-lui : quel est son parcours professionnel ?
  • Quelles sont les activités et tâches qui occupent la majeure partie de son quotidien ?
  • Quelles sont les tâches plus secondaires ou occasionnelles ?
  • Quelles sont les responsabilités à assumer ?

Les compétences requises

  • Quelles sont les compétences techniques et opérationnelles nécessaires ?
  • Quelles sont les compétences pré-requises à maîtriser ?
  • Est-il nécessaire d’avoir un type d’expérience spécifique ?
  • Quelles sont les qualités personnelles essentielles pour être bien et à l’aise par rapport au poste, à l’équipe de travail, la clientèle … ?

L’environnement et les conditions de travail

  • Qu’elles sont les conditions dans lesquelles il travaille ? (Seul où en équipe, relations hiérarchiques, les temps de travail, les déplacements, la part d’autonomie et d’initiative, etc.)
  • Quel est l’environnement de travail spécifique à ce métier ? (Lieux de travail, relations, ambiance, etc.)
  • Quels sont les outils et méthodes que vous avez à disposition ?

L’accès au métier

  • Déjà y a-t’il besoin d’une formation ou plutôt d’une expérience ?
  • Si une formation est nécessaire, quels sont les diplômes reconnus ?
  • Est-ce qu’il existe des formations alternatives ?
  • Quelles sont les recommandations en termes de formation ?
  • Comment votre interlocuteur est rentré dans ce domaine ? (Stage, recrutement, cooptation ?)

L’avenir du métier

  • Quel est l’état du marché du secteur ?
  • Est-ce que le secteur recrute en ce moment ?
  • Quelles sont les perspectives d’évolution de carrière du métier ?
  • Quelle est son opinion vis-à-vis du futur de son métier ?

Les contraintes du métier

  • Quelles sont les contraintes du métier ?
  • Le positif du métier
  • Qu’est-ce qui vous apporte de la satisfaction dans ce métier ?
  • Qu’est-ce qui vous frustre ?
  • Quand vous sentez-vous le plus utile ?
  • Qu’améliorerez-vous dans ce métier ?

La rémunération

  • Quel est le salaire moyen pour un débutant
  • Quel est le salaire moyen après 5 années d’expérience ?
  • Quelles sont les possibilités d’augmentation ?

Les conseils

  • S’il avait un conseil à se donner à lui-même au moment de commencer, que se dirait-il ?
  • Est-ce qu’il peut vous présenter ou vous faire rencontrer d’autres professionnels susceptibles de répondre à vos questions ?

Avec tout ça, votre enquête métier sera la plus complète.

Il y a un paquet de questions, c’est pour cela qu’il vous faut être transparent, convaincant et bon communiquant de manière à ce que l’interviewé se prête au jeu de l’enquête métier sans y répondre à moitié.

Introduisez les questions naturellement sans ressembler à Raphaël Mezraoui.

Votre ressenti sur le métier et votre décision dépendront de l’intensité de ses réponses à vos questions et de sa volonté à répondre à votre enquête métier.

Alors, soyez naturel !

Bon jeu et bonne enquête métier.

Pour aller plus loin :

Si vous avez un projet de reconversion professionnelle et que vous voulez réaliser votre enquête métier, pensez au coaching.

👉Contactez Jordane et demandez votre séance découverte en cliquant ici ou bien cliquez en-dessous pour recevoir le Guide Ultime pour Trouver le Job Idéal à Coup Sûr.

Ou

👉Recevez le guide pour vous aider à trouver le job idéal à coup sûr.

A lire aussi :

Reconversion professionnelle : Tuer son troll et quitter sa zone de confort

5 raisons de choisir le portage salarial pour sa reconversion professionnelle

Reconversion : Comment devenir coach ? Paul-Hervé Vintrou

Trouver son IKIGAI & sa raison d’être : les questions TESTS BONUS à se poser

Comment TROUVER SA VOIE PROFESSIONNELLE? 7 questions tests à se poser

Refus de choisir : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

Refus de choisir : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

Multipotentiel

Refus de choisir du multipotentiel : choisir un métier quand on s’intéresse à tout

  • Est-ce que le refus de choisir fait partie de votre quotidien ?
  • Est-ce que faire un choix professionnel vous angoisse ?
  • Est-ce que le fait de choisir une carrière toute tracée est synonyme d’ennui et d’angoisse ?

Le refus de choisir peut faire partie de votre vie surtout si vous êtes mutlipotentiel.

Si on m’avait dit à l’époque, quand j’étais étudiant que ça n’était pas un syndrome de l’imposteur et que j’étais juste multipotentiel, ça m’aurait libéré d’un point énorme.

Les difficultés de s’orienter quand on est étudiant

Je me rappelle que quand j’étais étudiant, j’angoissais à l’idée de ne pas savoir quoi faire après mes études.

À chaque anniversaire c’était la panique.

J’étais obsédé par le tic tac de la montre et terrifié de ne pas trouver ma voie.

Enfin, j’étais surtout dans le refus de choisir, car j’avais peur de passer à côté de ma vie si je faisais un choix qui ne m’aurait pas convenu.

Puis quand j’ai trouvé ce que je voulais faire, je me suis dit :

“hey, mais en fait je ne suis pas supposé faire qu’une seule chose dans ma vie !”

Peut-être que comme moi vous avez angoissé ou vous angoissez à trouver ce qui pourrait vous convenir ?

Et si en plus vous vous dites que la vie est trop courte, ça se rajoute à votre angoisse vis-à-vis de l’avenir.

Et ça l’est encore plus pour quelqu’un qui souhaite vivre plusieurs vies dans une seule.

citation multipotentiel, citation multipotentialité, citation emilie wapnick, la solution est en vous, citation confiance en soi, citation trouver sa voie, citation trouver sa passion, multipotentialité définition

La curiosité : le moteur du multipotentiel

Personnellement, ça n’est pas le fait de vouloir vivre plusieurs vies qui me fait être un multipotentiel.

C’est principalement le fait de ne pas apprécier ce sentiment d’être débutant dans un domaine.

  • Est-ce que c’est la curiosité qui m’amène à m’intéresser à tout ?
  • Ou est-ce le fait de ne pas supporter de ne pas savoir faire quelque chose ?

Il se pourrait que ça soit d’abord la curiosité…

Car dès que je sais faire une chose, je passe à une autre.

Ca pourrait très bien être la recherche de nouveaux défis qui m’amènent à passer d’un sujet à l’autre ?

En tant que multipotentiel, ce refus de choisir provient de notre besoin de nouveauté alimenté par notre curiosité.

Mais s’il y a bien une chose qui n’est pas vraiment abordée dans la multipotentialité, c’est la distinction entre ceux et celles qui ont soif de connaissances et ceux et celles qui ont soif d’expériences.

Vous voyez la nuance ?

On n’apprend pas de la même façon et ainsi on ne choisit pas de la même manière.

Alors ?

Où est -ce que vous vous situez ?

Identifier ça dans un premier temps clarifiera beaucoup de choses en ce qui concerne votre câblage interne.

Venons en maintenant à la question de choisir un métier lorsque l’on est multipotentiel.

Entre refus de choisir et choisir un métier

Premièrement, je tiens à vous faire un rappel.

Beaucoup de personnes ont tendance à oublier cette idée, le choix que vous allez faire ne vous enfermera pas pour toute la vie.

Quand vous êtes face à un choix, votre cerveau reptilien prend le dessus et vous transforme en carapace.

Ainsi vous entretenez cette croyance que si vous faites un choix; “c’est pour la vie !”

Et vous êtes constamment dans la peur de vous tromper, de la peur de passer à côté de votre vie ou de la peur d’échouer.

D’où le refus de choisir.

Choisir un métier ne vous engagera pas pour toujours.

Si la question “quel métier choisir pour une reconversion” vous angoisse, relax ! Et repensez à votre besoin de nouveauté et de changement.

L’ennui, l’ennemi juré du Multipotentiel

Dans tous les cas, ce que vous voulez c’est un job où vous vous sentirez utile à vous-même, utile aux autres, où vous aurez une diversité des tâches et où vous apprendrez de nouvelles choses… sur le moment.

Mais quelques mois plus tard ou bien plus tard, vous vous ennuierez.

Et si vous êtes multipotentiel, vous avez zéro tolérance avec l’ennui.

L’ennui est néfaste à votre santé mentale.

Si quelqu’un vous dit que vous êtes trop difficile et que parfois il faut faire avec l’ennui, c’est qu’il n’est pas multipotentiel, il ne sait pas ce que c’est.

Pour un multipotentiel, l’ennui est comparable à un assèchement cérébral, comme un naufrage sur une île déserte où il n’y aurait ni humains ni végétation.

C’est-à-dire un endroit où il n’est pas possible d’explorer de nouvelles choses, de créer de nouvelles choses, d’apprendre de nouvelles choses.

Et ça, c’est essentiel pour un multipotentiel !

Sans ça, c’est la déprime assurée !

Et vous savez comme moi qu’il n’est pas toujours possible d’éviter l’ennui ou de se libérer d’une situation où vous ne faites rien.

refus de choisir, refus de choisir multipotentiel, trouver sa voie multipotentiel, multipotentiel citation, trouver sa voie citation, confiance en soi citation, pluridisciplinaire, choisir un métier reconversion, quel métier choisir pour une reconversion, se reconvertir
Refus de choisir : 3 conseils pour choisir un métier

Refus de choisir pour éviter l’ennui ?

La bonne nouvelle c’est qu’en tant que multipotentiel, vous comme moi, avons un immense panel de ressources qui nous permet de toujours trouver une manière de s’orienter ou de créer un job qui a du sens pour nous.

Du moins, temporairement !

Donc avant de choisir votre prochain job, vérifiez ces 3 points :

1. Vérifiez si vous aurez la possibilité de vous consacrer du temps hors travail pour faire des choses qui nourriront vos besoins et votre curiosité.

Voyez quels seraient la marge de manœuvre et le temps alloué aux initiatives si vous avez envie de vous impliquer dans un projet d’entreprise qui vous intéresse.

Quel serait votre niveau de vie sociale ?

On est des animaux sociaux et se sociabiliser fait partie de la pyramide de maslow, servez vous donc de ce job pour aussi répondre à ce besoin.

Donc avant de choisir un job, vérifiez s’il est compatible avec ces 3 points cités.

2. Ne pas chercher à savoir ce que j’aime

Si vous devez faire un choix de job, un choix de vie, quel que soit ce choix, ne portez pas votre attention sur ce que vous aimez ou vous voulez, car demain vous n’aimerez peut-être plus ou ne voudrez peut-être plus la même chose.

Non, vous devez absolument prendre en compte votre besoin de nouveauté, d’apprendre et d’explorer.

Et surtout, tout ce qui alimente votre curiosité.

3. Vous devez faire des choix en fonction des possibilités d’assouvir votre curiosité.

Je l’ai déjà dit en tant que multipotentiel, ce qui vous dope c’est l’apprentissage, la nouveauté, l’exploration.

Et ça tombe bien, car la curiosité stimule l’imagination, le travail créatif et l’innovation (Si vous vous demandez : “suis-je multipotentiel ?” je vous recommande l’article que j’ai écrit sur Kméo)

La revue scientifique Neuron, spécialisée dans le domaine des neurosciences, a publié les résultats d’une étude qui confirmait que la curiosité améliore l’apprentissage et la mémoire.

L’étude a révélé que la curiosité libère de la dopamine, cette molécule biochimique qui permet la communication au sein du système nerveux et qui est souvent associée au développement de la motivation.

citation faire des choix, citation direction de vie, citation mission de vie, Citation chance, citation destin, citation hasard, citation avoir de la chance, citation sur le hasard, citation osez briller, citation la solution est en vous, la solution est en vous, citation objectifs, citation atteindre ses objectifs, citation se fixer des objectifs, citation atteindre objectifs, citation réalisation objectifs, citation objectif de vie

La curiosité, le remède contre le refus de choisir

La curiosité a d’ailleurs motivé certaines des découvertes les plus marquantes de l’histoire.

Un exemple classique est la curiosité de Steve Jobs pour les polices de caractères qui l’a amené à assister à un cours, apparemment inutile, sur la typographie et à développer sa sensibilité au design.

Plus tard, cette sensibilité est devenue une partie essentielle des ordinateurs Apple.

Beaucoup de grandes inventions ont été trouvées grâce à la curiosité. La curiosité et l’envie d’en savoir plus sur les choses du monde qui nous entourent.

Le refus de choisir ? Non ! Le refus du statu quo !

Je fais une parenthèse, si il y a bien une chose qui nous caractérise en tant que multipotentiel, ça n’est pas que le refus de choisir, c’est surtout le refus du statu quo.

L’accepter c’est être en manque de curiosité, ce qui signifie d’une certaine manière, être défaitiste.

Et ça peut-être dangereux, car cela engendre complaisance et résistance au changement.

  • Pour en revenir aux inventions, c’est grâce à la curiosité de Newton qui avait besoin de trouver une réponse à la question « pourquoi la pomme tombe sur le sol plutôt que d’aller vers le haut ? » qu’on a trouvée la loi de la gravité.
  • Alexander Graham Bell avait un intérêt pour le langage et était curieux des signaux sonores. En 1876 le prototype du téléphone est né.
  • L’imprimerie a contribué à démocratiser les connaissances et a facilité la diffusion de l’information et la communication.

Bien que de nombreux aspects de nos vies se soient adaptés à l’ère du numérique, l’attachement que l’on a pour les livres, les publicités, les panneaux d’affichage et même votre blog favori n’existerait pas comme aujourd’hui sans l’invention révolutionnaire de Gutenberg.

Donc, ne tombez pas dans le refus de choisir parce que vous êtes intéressé par tout

Car, bien souvent, il s’agit de trouver comment continuer à explorer, créer, rester curieux, ouvert d’esprit et laisser le champ des possibles ouverts, tout en trouvant une trajectoire, une cohérence, une place qui vous permet de gagner en confiance et de capitaliser sur vos expériences.

Alors, choisissez toujours la curiosité !

En tant que multipotentiel, vous avez cet avantage sur ces millions de personnes qui ont cessé d’être curieuses de faire de nouvelles expériences qui refusent d’assumer leurs responsabilités en construisant des routines.

Et la routine est incompatible avec la multipotentialité.

Suivez votre curiosité

Vous n’êtes pas dans le refus de choisir, vous ne vous intéressez pas à tout, car tout est intéressant.

En refusant de choisir et en pensant s’intéresser à tout, vous préservez juste votre champ des possibles afin d’anticiper une possible voie sans issue qui vous déconnecterait de qui vous êtes.

C’est pour cette raison que vous n’avez pas d’expertise à proprement parler.

Et une autre chose très importante, domptez votre envie de conserver votre liberté de choisir.

Car en étant dans le refus de choisir vous préservez votre liberté de choisir, méditez là-dessus.

Suivez donc votre curiosité elle vous emmènera là où vous devez aller.

Où vous devez être pour exprimer vos potentiels.

Et c’est la curiosité qui nourrit votre besoin d’être passionné et laisse le champ des possibles ouvert.

Je suis passionnément curieux

Personnellement, c’est ma curiosité qui m’aide à me former continuellement pour développer mes activités et à m’ouvrir à de nouvelles opportunités.

Cela m’aide à explorer des sujets que j’apprécie ou dont j’ai besoin sur le moment pour augmenter les possibilités d’être moi-même.

“Je n’ai pas de talent particulier. Je suis juste passionnément curieux”, c’est ce qu’à un jour dit Albert Einstein.

Nourrir et développer votre curiosité vous aidera à sortir du refus de choisir et à découvrir une trajectoire pro ou perso incroyable.

Vous pouvez ne pas être passionné tout le temps par ce que vous faites.

Mais votre curiosité, vous pouvez l’activer n’importe quand.

Et vous pouvez construire sur ce que vous connaissez déjà.

Ne vous inquiétez donc pas de ne pas trouver votre vocation ou de ne pas trouver votre passion … pour l’instant.

Restez ouvert d’esprit et soyez prêt à apprendre, à désapprendre et à réapprendre en trouvant les réponses que vous cherchez.

Votre curiosité aboutira sur une découverte incroyable.

Quelque chose pour laquelle vous pourrez facilement vous identifier et poursuivre en tant que but.

Donc, choisissez de rester curieux et vous serez étonné jusqu’où ça vous amènera.


Pour aller plus loin :

Si trouver sa voie est important pour vous… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

Mes 3 clefs pour trouver sa voie quand on est multipotentiel

Perfectionnisme : 3 étapes clés pour se débarrasser de ce poison

Affirmation de soi au travail : comment oser s’affirmer et être soi même

Trouver son IKIGAI & sa raison d’être : les questions TESTS BONUS à se poser

Réussir sa vie : ce que l’on ne dit jamais

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

Entreprendre et réussir

En France, l’entrepreneuriat ne fait pas encore l’unanimité.

Et beaucoup de personnes pensent que démarrer une entreprise est un truc mystérieux.

Peut-être que comme ces personnes vous savez que vous n’êtes pas fait pour le salariat et vous vous demandez “entreprendre, mais dans quoi ?

Vous savez que vous voulez démarrer une entreprise, mais vous ne savez pas par où commencer.

Dans cet article, je vais partager avec vous ce que je propose à mes clients pour les aider à trouver des idées et la manière dont vous pouvez faire pour ensuite agir.

trouver sa voie citation, trouver son chemin, trouver sa vocation citation, trouver sa mission de vie citation, la solution est en vous citation, la solution est en vous, comment trouver sa voie, comment savoir que l'on est sur le bon chemin, 15 signes qui prouvent que vous êtes sur le bon chemin
démarrer une entreprise

Le bon moment pour démarrer une entreprise, c’est aujourd’hui

Avant ça, sachez qu’il n’y a pas de bon moment pour démarrer une entreprise.

Car, tout simplement il n’y a pas de mauvais moment pour entreprendre.

Dans les périodes économiques stables et positives, les gens ont de l’argent et vont chercher à le dépenser.

On est d’accord ?

Mais dans des périodes de crise, c’est bénéfique d’en lancer une car :

  • d’une les gens attendent que ça aille mieux pour se lancer
  • et de deux si vous proposez un produit en réponse à la crise, vous vous ferez remarquer.

Alors, pourquoi ne pas profiter du chômage partiel pour se reconvertir ?

démarrer son projet, trouver une idée de projet professionnel, trouver une idée de business, trouver une idée de création d'entreprise, trouver une idée entreprendre
Démarrer une entreprise : trouver une idée de boite qui déboîte !

J’admire les autres, moi j’ai peur de démarrer une entreprise

Il y a entre 500000 et 600000 entreprises qui se créent chaque année en France.

Il y a probablement des millions d’autres Français qui rêveraient de démarrer une entreprise.

Et ils ne le font pas.

Tout le monde a ses propres blocages et obstacles et c’est ce qui vous empêche de lancer votre projet passion.

La plupart des gens ont peur de commencer.

Ils peuvent craindre l’inconnu ou l’échec, voire le succès.

Dois-je réinventer la roue pour démarrer une entreprise

D’autres s’empêchent de commencer, car ils sont étouffés dans cette fausse croyance qu’il faille l’idée parfaite, une nouvelle invention ou un service unique pour se lancer.

En d’autres termes, ils pensent qu’ils doivent réinventer la roue.

Mais à moins que vous ne soyez un génie technologique – un autre Bill Gates ou Steve Jobs – essayer de réinventer la roue est une grande perte de temps. 

Vous devriez toujours vous demander :

  • “Comment puis-je améliorer ceci ou cela ?
  • “Est-ce que je peux faire mieux ou différemment de l’autre gars là-bas?”
  • “Y at-il des parts de marché délaissées qui ouvriraient la porte à une autre boite dans ce secteur?”
démarrer son projet, trouver une idée de projet professionnel, trouver une idée de business, trouver une idée de création d'entreprise, trouver une idée entreprendre
Démarrer une entreprise : 3 étapes pour trouver une idée de boite qui déboîte !

Le truc pour obtenir plus d’idée

Voici donc le truc que j’utilise.

  • Tout d’abord, prenez une feuille de papier et, à travers le haut, écrivez “en ce qui me concerne”.
  • Énumérez cinq à sept choses sur vous-même – les choses que vous aimez faire ou dans lesquelles vous êtes vraiment bon, les choses personnelles.
  • Votre liste pourrait inclure: “Je suis bon pour apporter mes idées, j’adore trouver des solutions, etc.”.
  • Écrivez simplement ce qui vous vient à l’esprit, ce n’est pas grave si ça n’a pas énormément de sens.
  • Une fois que vous avez votre liste, numérotez chaque élément trouvé.
  • De l’autre côté du document, énumérez toutes les choses pour lesquels vous ne vous trouvez pas bon ou que vous n’aimez pas faire.

Peut-être que vous aimez vendre, mais vous n’aimez pas faire de porte à porte ou vous n’aimez pas parler en public ou vous ne voulez pas voyager.

Ne réfléchissez pas trop, écrivez simplement vos pensées.

Lorsque vous avez terminé, demandez-vous:

  • “S’il y existait trois à cinq produits ou services qui amélioreraient ma vie personnelle, qu’est-ce que ce seraient ?”

Votre vie personnelle actuelle en tant qu’homme/femme, mari/épouse, père/mère, épouse, etc.

Identifiez quels types de produits ou de services pourraient :

  • Vous rendre la vie plus simple et plus heureuse
  • Vous rendrez plus productif, plus efficace
  • Ou vous donner plus de temps.

Ensuite, posez-vous les mêmes questions concernant votre vie professionnelle :

  • Identifiez ce que vous aimez faire et ce vous détestez faire ainsi que les caractéristiques que vos collègues aiment et déteste de vous.
  • Enfin, demandez-vous pourquoi vous cherchez à démarrer une entreprise.
  • Puis, lorsque vous avez terminé, cherchez un modèle d’entreprise à développer.
Fin du salariat : se reconvertir avant le gong
Démarrer une entreprise

C’est l’histoire de deux gars qui ont démarré une boite

Ça vous paraît trop compliqué ou trop simpliste ?

OK ! Laissez-moi vous partager cette histoire de démarrage d’entreprise qui servira de très bon exemple pour illustrer l’exercice ci-dessus.

Il y a de nombreuses années, dans un quartier d’affaires deux jeunes salariés ont eu une idée de projet professionnel.

Autour de leur lieu de travail, il n’y avait pas beaucoup de fast-food.

La plupart étaient dans la petite zone piétonne commerçante beaucoup plus loin.

Ces deux jeunes salariés trouvaient frustrant de se contenter de la cantine, car la galerie piétonne était trop loin.

Un jour, ils en ont eu marre de manger la même chose, l’un d’eux a dit à l’autre ; « Ça ne serait pas juste trop bien si nous pouvions être livrés au bureau les plats des restaurants qu’on veut ? »

Ils ont donc travaillé leur idée, ils se sont formés et ont commencé dans les guides de démarrages d’entreprises et commencés une entreprise de livraison de restaurants.

Pariez sur votre avenir

À ce jour, leur entreprise a livré plus de 15 millions de personnes !

Leur business ne part pas d’une idée compliquée ni d’une idée originale. Ils ont juste écouté leurs propres frustrations, leurs propres besoins et ont décidé d’agir en contrepartie.

Ils n’étaient pas les seuls à se plaindre du manque de choix lors de leur pause-déjeuner.

Et comme eux, des millions de travailleurs n’ont pas plus de 30 minutes le midi.

Alors, qu’ils pensaient répondre à des besoins personnels, ils se sont rendu compte qu’ils répondaient à un besoin général.

Prendre en compte et écouter vos propres frustrations est une manière de trouver des idées de business.

Les opportunités sont là, il suffit juste de les rechercher.

Si votre cerveau est toujours en mode idée, sûrement les idées s’entrechoquent entre elles et peu importe leur provenance que ça soit de vos recherches ou de vos lectures.

Par exemple, si vous lisez un article le réchauffement climatique, et si vous pensiez déjà à l’entrepreneuriat, vous pourriez vous dire :

«Hey ! Il y a peut-être une opportunité pour moi de faire quelque chose pour ma planète. Je devrais commencer à y travailler ».

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, je ne peux que vous inviter à vous rendre à des événements d’entrepreneurs.

Ou à prendre un congé sabbatique et partez en exploration de votre idée de projet durant cette période.

Autrement, tester votre projet, devenez slasheur et cumulez plusieurs jobs pour expérimenter.

Vous vous rendrez compte par vous-même que ce sont des personnes comme vous qui ont su se faire confiance.

Pour aller plus loin :

Si vous avez un projet de création d’entreprise et que vous voulez développer votre état d’esprit d’entrepreneur, pensez au coaching, contactez Jordane et demander votre séance découverte.

A lire aussi :

Switch & Shine; Ép 1 : Quitter son job pour entreprendre

Monter son entreprise : Les 7 défis à surmonter au moment d’entreprendre

Interview: Apprendre à se connaître avant d’entreprendre; Joanna Quélen

Estime de soi : comment développer son estime de soi avant d’entreprendre

Idée Business : Comment trouver une idée de business ?

Trouver des idées : s’inspirer ou copier les autres ?

TROUVER SA QUÊTE : l’importance d’avoir un but dans la vie

TROUVER SA QUÊTE : l’importance d’avoir un but dans la vie

trouver sa voie

TROUVER SA QUÊTE : l’importance d’avoir un but dans la vie

Trouver sa quête sonne mieux que trouver sa mission de vie ou trouver sa voie, n’est-ce pas ?

Trouver sa quête va bien au-delà du fait de trouver sa voie.

Dans une quête il y a le but que vous associez à votre vie.

Si vous identifiez une quête, vous trouverez le chemin à prendre et ainsi vous trouverez votre voie.

Trouver son job idéal, trouver sa voie formation

Trouver sa quête ou trouver sa voie ?

Vous vous rattacherez à un but qui sera le moteur de votre existence.

Si vous n’avez pas de but dans votre vie il vous sera quasiment impossible d’identifier une ligne d’arrivée.

Vous avancerez dans votre vie au fur et à mesure que vous satisferez vos besoins.

Et ce sont ces besoins qui vous poussent à vous fixer des objectifs.

Comme le besoin de manger, donc d’obtenir de la nourriture, donc d’avoir une monnaie d’échange, donc un métier, donc une compétence à vendre, etc.

Ceci est un exemple basique.

Mais si vous avez besoin de vous réaliser, vous allez devoir assouvir tous les besoins physiologiques pour vous épanouir professionnellement.

Vous sentir bien avec les autres et bien avec vous-même.

Le challenge de trouver sa quête

J’ai conscience que trouver sa quête peut-être source d’angoisse.

Cela peut générer de l’anxiété notamment quand on n’a pas d’idée de projet professionnel.

Mais c’est une quête personnel qui demande du courage et de porter votre attention sur ce qui vous fait du bien.

Bref, je vous propose de regarder cette vidéo pour mieux comprendre l’idée.

Pour aller plus loin :

Vous avez un projet de reconversion professionnelle ou vous voulez trouver votre voie ?

Pensez au coaching. Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

A lire aussi :

Trouver sa voie quand on est multipotentiel

🗺 TROUVER SA VOIE : savoir que l’on est sur le BON CHEMIN

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

MULTIPOTENTIALITÉ : quand trouver sa voie devient une galère !

Comment TROUVER SA VOIE PROFESSIONNELLE? 7 questions tests à se poser

Trouver sa voie grâce à ces 3 leçons apprises

Trouver sa voie grâce aux autres

Trouver sa voie et sa raison d’être : les questions à se poser

Comment trouver sa passion ? Les 5 questions à se poser

Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

trouver sa voie

Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces ?

https://youtube.com/watch?v=0Y1s6Hn5Blc

Si vous êtes sur cet article/vidéo, c’est que vous avez tapé “comment quitter mon job ?” dans google ou une requête de ce genre.

Et voici peut-être où vous en êtes :

  • Vous avez marre de votre boulot ?
  • Votre petite voix au fond de vous vous dit que vous seriez plus épanoui professionnellement et plus utile ailleurs ?
  • Et que vous êtes destiné à autre chose que le train-train quotidien ?

Aller bosser, s’ennuyer, être frustré et revenir chez soi pour vous coucher tôt et vous préparer à la journée du lendemain qui dure une quarantaine d’années, c’est le quotidien de beaucoup de personnes.

Je sais déjà que certains d’entre vous liront un bout de l’article ou regarderont un bout de la vidéo, car ils attendent le conseil ultime ou la phrase impactante qui permettra de quitter son job sans culpabiliser.

Les autres liront ou regarderont peut-être cette vidéo avec entrain, chargés d’intentions positives et se reconnaîtront dans mon histoire.

Dans tous les cas, la décision vous appartient, n’attendez pas d’être au pied du mur, au placard ou en burn-out pour faire un premier pas.

Sachez qu’il ne tient qu’à vous de donner un second souffle à votre vie. Se réinventer dans sa vie professionnelle est aujourd’hui un passage obligatoire.

Changer de métier se fait de plus en plus. Donc si vous voulez réussir votre transition professionnelle et être sûr de réussir votre projet, apprenez à prendre du recul et à vous remettre en question.

Laissez-moi maintenant vous partager mon histoire.

citation quitter son job, citation trouver sa voie, citation osez briller, citation progresser, citation changer de métier, citation reconversion professionnelle, citation confiance en soi, citation la solution est en vous
Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

Comment j’ai pris la décision de quitter mon job sans culpabiliser ?

Lorsque j’ai signé ce poste de consultant, je pensais avoir trouvé le job idéal.

  • Un job stimulant dans mon domaine,
  • des horaires flexibles,
  • une ambiance décontractée
  • et un temps de transport pas trop long.

Mon premier CDI semblait parfait, mais j’ai vite compris qu’il ne l’était pas.

Bien que j’appréciais certaines tâches que je faisais, l’atmosphère “décontractée” a fini par être trop politique.

  • Copinage,
  • favoritisme,
  • délit de sale gueule,
  • mise en porte à faux
  • et mensonges sont devenus le quotidien professionnel.

Les injustices semblaient de plus en plus fréquentes vis-à-vis de collègues et moi-même.

Ensuite, les restrictions budgétaires et le jeu des chaises musicales ont commencé.

Quand j’ai exprimé mon besoin d’évolution et d’apprendre de nouvelles choses, on m’a fait comprendre que je devais rester à ma place.

Je me suis ainsi promis de la jouer arriviste et stratégique.

Au fil du temps, mon corps a commencé à montrer les effets de la négativité de cette stratégie.

J’ai eu du mal à dormir, je me sentais énervé chaque matin à l’idée d’aller travailler.

Quand j’y étais, je regardais l’heure 50 fois par heure, je n’avais plus envie de travailler.

Je voulais que la journée s’accélère afin que je puisse finalement rentrer chez moi ou être en vacances.

C’est à peu près à ce moment que j’ai pris la décision de quitter mon job.

Quitter son job pour trouver l’épanouissement

Vous pourriez jouer avec l’idée de quitter un emploi, un projet ou une relation.

Lorsque vous quittez quelque chose qui ne vous sert plus, vous faites un pas en bonne santé vers la joie et l’accomplissement.

Mais ce n’est pas la fin de l’histoire.

Je prends l’exemple de la cigarette.

Arrêter de fumer peut produire une bonne quantité de culpabilité.

Pourquoi ? Parce que notre société nous apprend à «ne jamais abandonner.”

La vraie question est :

Comment faire ce qui est bon pour vous sans éprouver de culpabilité ou de honte? Comment quitter son job sans culpabiliser ?

Quitter mon job ou trouver une solution ?

  • Avez-vous épuisé toutes les solutions et ressources ?
  • Avez-vous exprimé vos sentiments à propos de cette situation négative?
  • Portez-vous un regard objectif sur le rôle que vous avez joué dans ce qui vous arrive?

Après avoir toléré des mois un environnement de travail toxique avec un manager toxique et d’essayer de changer la situation, rien n’a bougé.

Je me suis rendu compte que la seule action que je pouvais contrôler était la mienne, et je suis parti.

Je me sentais en paix parce que je savais que j’avais tout fait pour que ça marche.

Je savais dans quoi je voulais entreprendre et je voulais m’y consacrer à temps plein. Donc exit ma demande de congé sabbatique !

Prenez un moment pour vous, pour contempler votre situation et ce que vous avez fait pour améliorer votre vie.

Vous saurez si vous n’avez plus du tout de solutions et de ressources.

citation quitter son job, citation trouver sa voie, citation osez briller, citation progresser, citation changer de métier, citation reconversion professionnelle, citation confiance en soi, citation la solution est en vous
Comment QUITTER MON JOB sans culpabiliser : 4 astuces

Identifier la raison de votre départ

Il est facile de se dire :

“je renonce à mon idée de quitter mon job car je n’ai justement pas trouver d’idée de projet professionnel” à cause de la peur de l’inconnu ou parce que vous avez déjà entendu quelqu’un dire :

“Dans la vie on n’a pas tout ce qu’on veut”

Ou

“Tu sais ce que tu perds, mais pas ce que tu gagnes”.

Si vous laissez couler votre mariage parce que c’est « trop difficile » d’arranger les choses avec votre conjoint, ou que vous ne vous lancez dans aucun projet passion parce qu’un de vos parents ou un prof vous a répété que vous n’êtes bon à rien, non seulement vous prendrez une décision que vous regretterez, mais vous serez une proie facile à la culpabilité.

Certaines de mes valeurs comme la liberté et l’humain étaient bafouées quand j’étais salarié.

Il était donc évident pour moi de quitter ce travail pour entreprendre, j’ai donc tout fait pour réduire les probabilités de chance de voir ma demande de rupture conventionnelle refusée.

Ainsi, je me suis donc senti libre de signer cette rupture conventionnelle.

Écartez la peur, (la peur du jugement et la peur du regard des autres) faites taire votre discours intérieur négatif, et éloignez-vous des influences extérieures.

Et demandez-vous :

“Est-ce que j’évolue dans un environnement, un projet ou une relation qui viole mes valeurs ?”

Si la réponse est oui, vous savez que vous pouvez vous dire :

“C’est bon je peux quitter mon job sans culpabiliser”.

Arrêtez de vous justifier

Pendant des jours, j’ai tenté d’expliquer à mon entourage et mes collègues mes raisons de quitter mon job, et je me suis vite rendu compte que je faisais une erreur.

Expliquez à vos amis, à votre famille ou autres pourquoi vous voulez quitter votre job du jour au lendemain ouvre la porte à l’argumentaire septique et à la critique.

Il y aura toujours quelqu’un pour vous dire :

  • que vous êtes fou de quitter votre travail,
  • que la conjoncture est mauvaise,
  • c’est la crise,
  • c’est difficile de retrouver un boulot,
  • ou encore mieux, l’argument généralité d’une personne qui vous dira qu’elle connaît quelqu’un qui a pris la même décision que vous et qu’aujourd’hui elle le regrette, car elle est devenue ceci ou cela, etc.

ON S’EN FOUT !!!

Vous, c’est votre histoire et il n’y a que ça qui compte, vous savez pourquoi vous voulez tout plaquer.

Vous savez pourquoi vous en avez assez.

Vous avez votre objectif, votre épanouissement…

À vous de créer votre propre stratégie.

Donc évitez de rechercher l’approbation des autres !

Ne suranalysez pas votre situation

Il est très facile de tomber dans le piège de la surréflexion en suranalysant votre situation, surtout pour les personnes qui pensent trop !

  • En vous repassant en boucle des souvenirs où vous auriez du agir de telle manière.
  • En vous créant dans votre tête des scénarios dramatiques de ce que l’avenir vous réserve.
  • Tout en vous demandant si vous ne devriez pas plutôt éviter de prendre la décision de quitter votre job.

Je passais des nuits éveillées, des jours à dormir les yeux ouverts en repensant à ce que j’aurais dû faire de mieux au travail pour ne pas en arriver là.

  • J’aurais dû plus m’exprimer,
  • j’aurais dû plus m’imposer,
  • j’aurais dû ci, j’aurais dû ça.

Peut-être qu’au final c’était moi le souci, j’étais trop sensible.

Résultat? Plus je passais de temps à vivre ces émotions négatives, plus je me demandais si quitter mon job était ce qu’il y avait de mieux.

La surréflexion et la suranalyse vous prendront un temps précieux que vous pourriez utiliser pour planifier la prochaine étape de votre changement de carrière ou de votre vie personnelle.

Ne gâchez pas ce temps !

Focalisez-vous sur la prochaine étape.

Portez votre attention sur ce que vous voulez faire :

  • Une carrière enrichissante et bien rémunérée?
  • Un projet qui vous tient à cœur ?
  • Une nouvelle aventure ?

À vous de peindre une image mentale et détaillée de ce que vous voulez atteindre, et posez les actions pour y parvenir.

Mon expérience m’a appris ce que je ne voulais pas dans un environnement de travail et m’a motivé à explorer d’autres options de carrière, y compris les petites entreprises, finalement j’ai créé ma propre activité.

Lorsque vous travaillez vers quelque chose que vous savez bonne pour vous, alors il n’y a pas de place pour la culpabilité.

Pour aller plus loin :

Si profiter du chômage partiel pour se reconvertir est important pour vous… Je vous propose de vous accompagner sur vos projets de reconversion afin de retrouver l’impulsion nécessaire qui vous permettra de repartir à la conquête de vos nouveaux projets. Pour cela rien de plus simple.

👉 Pensez au coaching ! Demandez votre séance découverte en cliquant ici.

Ou

👉 Si vous n’êtes pas prêt, téléchargez le Guide pratique pour se réinventer en cliquant sur l’image ci-dessous.

A lire aussi :

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

11 signes que vous devriez (peut-être) quitter votre emploi maintenant

5 autres raisons de quitter son job

10 excellentes raisons de quitter son travail

Il a osé… quitter son job de COMPTABLE pour devenir WEB-DESIGNER

Elle a osé… quitter son job et son confort pour créer sa boîte11

Elle a osé… quitter son job de consultant et devenir créatrice de bijoux

Switch & Shine – Ép 1 : Quitter son job pour entreprendre

Un beau témoignage du coaching Osez Briller

Un beau témoignage du coaching Osez Briller

Ils en parlent

Aujourd’hui, pas d’article mais un beau témoignage.

Un témoignage qui m’a fait chaud au coeur.

J’ai conscience que témoigner d’une expérience de coaching est un exercice délicat.

Tous mes client-e-s ne se sont pas à l’aise avec ça même si travailler avec moi leur a changé la vie.

Karelle, elle, a voulu allé au-delà de tout ça en partageant avec nous ce témoignage authentique et inspirant.

Ses mots parlent d’eux-mêmes, bonne lecture !

“OSEZ BRILLEZ….LE TREMPLIN POUR LA RÉPONSE A MON S.O.S.

Un dimanche, en pleine tourmente je cherchais une solution.

Une solution à quoi ? A mon sentiment de nullité extravagante. Je me sentais bête, bonne à rien, dépassée, pas en phase avec les autres, ni avec moi-même d’ailleurs. Je ne savais plus ce que je valais, ce que je pouvais.

J’avais en tête depuis un petit moment déjà de faire un bilan de compétences. Et puis de fil en aiguilles en tapotant sur Google, je suis tombée sur un site, au nom un peu aguicheur « OSEZ BRILLER ».

OSEZ.

A l’impératif en plus….presque une injonction à sortir de ce miasme dans lequel je pataugeais depuis quelques temps…

Alors en prenant toutes les précautions nécessaires (et si je me trompais et si derrière ce site se cachais un vide ne faisant qu’amplifier ma nullité, mon propre vide ???), bref en bonne angoissée qui se respecte, j’écris à la personne qui gère le site.

Et le lendemain : sa réponse. Mon cas était dans ses cordes !

Et puis tout s’enchaine très vite, on s’appelle pour un 1er contact verbal et c’est génial ! En lui parlant, en lui expliquant le pourquoi du comment, je sens cette petite lumière qui vacille ! Ma caverne intérieure commence à s’illuminer !!

LE TRAVAILLE COMMENCE.

Et ce n’est pas qu’un travail « professionnel », ça implique un tout. Les séances sont intéressantes, des défis intérieurs, on se replonge en nous : en celui ou celle que nous sommes vraiment.

Et Jordane, avec patience et humour (oui c’est une qualité à laquelle je suis très sensible, la touche de perfection), nous aide, nous questionne, il pose le « pourquoi » là où ne le fait plus, par habitude, par croyance, par oubli. Un vrai spécialiste de « maïeutique appliquée » !

Je n’ai pas vu les mois défilés, mais au fur et mesure de cette prise de conscience, professionnelle et personnelle, j’ai réussi à établir des objectifs, à me positionner plus clairement au sein de mon équipe et aussi à accepter la réussite.

Ce fut une réelle rencontre, salutaire et positive.

Je me pensais perdue, j’avais arrêté d’écouter ma petite voix intérieure.

Tout n’est pas venu du jour au lendemain, mais à présent je n’ai plus peur d’oser, d’y aller, de proposer et je n’ai jamais étais aussi bien dans mon travail.

Merci Jordane pour ce travail réalisé ensemble, merci pour ton énergie et force communicative.

Karelle, « en marche » (*  ) à sa façon, vers sa vie rêvée.

Merci infiniment Karelle ! C’était un plaisir de travailler avec toi.

Je te souhaite une belle aventure et continue de briller dans ta vie.

Pour aller plus loin :

Comme Karelle, vous voulez être plus épanoui dans votre vie professionnelle et développer l’état d’esprit adéquat qui vous permettra de vous lancer dans vos propres projets ? Pensez au coaching, contactez Jordane et demander votre séance découverte en cliquant ici.

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

Se reconvertir, mais dans quoi ? Se reconvertir quand on ne sait pas quoi faire

reconversion professionnelle

Se reconvertir, mais dans quoi ?

Vous avez le sentiment d’être bloqué dans votre vie professionnelle ?

Vous savez qu’il est temps de se reconvertir, mais vous ne savez pas ce que vous pouvez faire d’autre et par où commencer ?

En m’appuyant sur la propre histoire des personnes que j’ai aidées à changer de métier et à entreprendre, je vais vous expliquer qu’en abandonnant certaines règles de carrière linéaire, vous augmenterez de manière indécente vos probabilités de chances de savoir dans quoi se reconvertir.

Un besoin de se reconvertir ?

Se reconvertir pourrait être assimilé aujourd’hui à un réel besoin. Le rapport que nous avons au travail n’est plus le même que celui de nos parents.

Nous nous posons beaucoup plus de questions de ce type :

  • Quel métier choisir ?
  • Quel serait le job idéal ?
  • Comment trouver sa voie et que faire ensuite ?

Des questions auxquelles vous avez besoin de trouver des réponses pour faire des choix cohérents avec la vie que vous voulez.

Mais quand vous trouvez ces réponses, vous les court-circuitez aussitôt et très facilement par tout un tas d’excuses.

Ces excuses sont des freins à votre reconversion professionnelle et l’action de quitter votre job.

Elles qui prennent la forme de croyances limitantes.

  • Je suis trop jeune
  • Je suis trop vieux
  • Il est trop tard
  • Il est trop tôt
  • Je n’ai pas de compétences, etc.

Tout est bon pour vous autopersuader que changer de métier ou se reconvertir est une mauvaise idée.

Mais une idée, il vous en faut une pour vous répondre à la question : oui se reconvertir, mais dans quoi ?

Il vous faudra trouver une idée de projet professionnel.

Et la réponse ne proviendra jamais de quelqu’un d’autre que vous.

Le processus de reconversion

Ce questionnement de savoir quoi faire après mon job actuel a été l’une des périodes les plus difficiles de ma vie.

À première vue, ma situation semblait enviable à l’époque. J’avais un bon travail. Je faisais ce que l’on me demandait de faire.

Mais au fond de moi, j’avais une insatisfaction latente. Je n’aimais pas ce job, j’avais l’impression que mon potentiel n’était pas exploité et que je serais plus utile ailleurs. Et, comme beaucoup de personnes, je ne savais pas quoi faire d’autre.

J’ai passé des années à essayer de trouver un moyen de changer de vie, mais sans résultats.

Jusqu’au jour où je me suis posé la question : « qu’est-ce que je dois savoir pour trouver une idée de reconversion professionnelle ? ».

Et vous allez vous rendre compte que si mes clients et moi avons réussi à se reconvertir c’est parce que l’on a tiré des leçons de notre exploration du processus de reconversion.

Se reconvertir, mais dans quoi ? Une fausse question

Se poser la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” est une fausse question dans laquelle vous vous en remettez à Internet pour trouver une solution à votre problème.

  • Est-ce que vous attendriez que l’on vous serve votre vie sur un plateau ?
  • Est-ce que vous pensez que l’on peut-être heureux en choisissant sa vie par rapport aux autres ?

Si vous en êtes arrivé là…

C’est-à-dire que vous en êtes arrivé à vous poser cette question (la question « se reconvertir, mais dans quoi ?») et à lire cet article, c’est que vous pensez inconsciemment que je vous délivrerai une quelconque recette miracle qui vous permettra de savoir quel métier choisir ou comment trouver sa voie ?

Tout comme vous, j’ai posé la question de se reconvertir à google pour ne plus avoir à me repasser en boucle ces “pensées torturantes nocturnes”. Vous savez ces pensées que vous avez le dimanche soir pour tenter de trouver une solution à votre changement de carrière et qui vous empêchent de dormir.

J’ai lu des livres pour trouver sa voie, j’ai cherché sur Internet pour avoir des conseils de reconversion et j’ai fait des tests de reconversion pour savoir quel métier choisir.

Et vous savez quoi ? Je n’ai trouvé aucune réponse.

J’ai toujours au même point, je ne savais pas quoi faire de ma vie.

Vous faites comme mes clients et moi, le même constat ; si la solution à votre besoin de se reconvertir reposait sur des articles sur le net, des tests de reconversion ou de personnalité, vous auriez déjà changé de métier.

Se reconvertir est inconfortable, à quoi bon ?

C’est comme ces personnes que je vois bien trop souvent.

Ces personnes qui se bornent à réagir aux événements au coup par coup, en espérant que la situation ne s’aggrave pas.

Ils restent dans leur situation et leur job en espérant que ça s’arrange tout seul.

Du moment que ça reste confortable pour elles...

Ne surtout pas sortir de sa zone de confort ! Surtout pas !

Puis il y a d’autres personnes qui croient pouvoir connaître l’avenir, et qui sont persuadées qu’il sera difficile, sinistre et sombre.

Elles avancent dans la vie avec de grandes attentes dans leur vie, mais sans projets précis sur la manière de les réaliser.

Car leurs préoccupations les freinent tellement qu’elles renoncent à se reconvertir avant même d’avoir exploré le champ des possibles.

Donc elles se tournent elles aussi vers ce qui est confortable, en se reposant sur une chose qui pour moi ne les aidera jamais à répondre à leur envie de changer de vie : le bilan de compétences.

Le bilan de compétences, la fausse bonne solution

Cette méthode qui consiste à s’intéresser uniquement à votre profil professionnel.

Et qui vous aidera au mieux à identifier un métier identique avec des responsabilités un peu différentes et dans une entreprise concurrente à celle de base.

Au pire, vous en ferez un autre en pensant que ça vous apportera des réponses à la question : se reconvertir, mais dans quoi ?

Je ne connais pas une personne qui m’a avoué avoir trouvé sa voie grâce à un bilan de compétences.

Bref, revenons-en à nous.

Se reconvertir n’est pas une abomination

Permettez-moi de vous affirmer que des personnes qui se sont reconverties dans des domaines différents du leur et peu importe leur âge, il en existe beaucoup plus que vous ne le croyez.

La clé pour se reconvertir est un état d’esprit qui vous permettra de faire comme toutes ces personnes, de réussir leur reconversion professionnel.

Toutes ces personnes ont su aller au-delà de leur conditionnement social pessimiste qui amène le français moyen a être obsédé par ses peurs.

Sacrifiant ainsi son épanouissement pour sa sécurité financière.

Elles ont su aller au-delà de leurs croyances limitantes vis-à-vis de l’âge et de leur expérience.

Elles ont su porter leur attention et concentrer toute leur énergie sur ce qu’elles désiraient le plus à savoir; une vie professionnelle épanouissante sous le signe du plaisir.

Comment ont-elles fait pour trouver leur voie et se reconvertir dans ce qu’elles aiment ?

La réponse à cette question est simple : parce qu’elles ont su passer du cadre du problème au cadre de solutions.

Combien de personnes considèrent la reconversion professionnelle comme un problème plutôt qu’une solution ?

Pour se reconvertir il faut abandonner ses croyances et explorer

Les personnes qui ont radicalement changé de métier ont su abandonner leurs croyances limitantes acquises par la société ou leur éducation et surtout l’idée reçue que pour réussir il faut que ça soit difficile, qu’il est nécessaire de se taper la tête contre les murs pour y arriver.

Ce sont les mêmes croyances limitantes que l’on trouve chez les personnes qui veulent entreprendre.

  • Les personnes qui se sont reconverties ne se sont pas dit : “je suis trop jeune ou trop vieux pour changer de métier”.
  • Elles ne se sont pas dit : “je suis trop jeune ou trop vieux pour entreprendre”.
  • Elles ne se sont pas dit : “il est trop tard pour apprendre de nouvelles choses”.
  • Elles se sont dit : “j’ai une idée de projet à faire qui m’anime, qui m’enthousiasme et dans lequel je trouverai du sens à ce que je fais, dans lequel je serai utile”.
  • Et je ferais tout pour réussir ma transition professionnelle.

Elles ont accepté qu’elles devaient explorer pour se créer leur propre carte et itinéraire.

Elles ont eu l’audace de sortir des sentiers battus et découvrir d’autres chemins.

Elles ont eu le courage de franchir les barrières qui les amenaient à penser qu’elles étaient trop jeunes, trop vieilles, qu’il était trop tard ou trop tôt.

Et pour enfin trouver sa voie, trouver l’idée de projet professionnel qui leur colle à la peau et dans laquelle elles y trouveraient leur compte d’un point de vue épanouissement, mais aussi sécurité financière.

Ce projet cohérent avec leurs valeurs, leurs besoins et leurs ambitions.

Ce projet qui n’aurait pu être possible si elles étaient restées dans ce cadre qui les contraignait à penser en termes de problème plutôt que d’être orienté solutions.

Une route très fréquentée n’est pas forcément le chemin à suivre

Il faut parfois prendre des raccourcis et des déviations pour atteindre la destination.

La plupart de mes clients qui sont passés par la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” ont dans leur majorité accepté d’explorer toutes les possibilités qui les enthousiasment pour parvenir à monter des projets vraiment cohérents.

Pour mener votre projet, c’est comme lorsque l’on est entrepreneur, il faut avant tout répondre à un réel besoin des consommateurs, sans se soucier au départ de la monétisation du service.

Il y aura toujours un moyen dans un deuxième temps de monétiser le succès du service.

Pour vous c’est pareil, il vous faut d’abord identifier un job qui vous mobilise, qui a du sens et qui répond à vos attentes.

Ensuite vous étudierez la faisabilité pour répondre à votre besoin de sécurité financière.

Et non pas partir de l’inverse.

Car vous en reviendrez encore au même point et ça n’a jamais été un argument pour convaincre un employeur.

Tandis que la première idée oui.

Le plaisir de se reconvertir

Gardez à l’esprit que le changement demande de l’action.

L’inverse est impossible.

Plutôt que de vous focaliser sur les pertes, focalisez-vous sur :

  • VOUS après votre transition.
  • VOUS après votre déménagement.
  • VOUS en étant plus heureux.

Visualisez cette possibilité, jusqu’à ce que cette envie vous démange.

Et lâchez cette question que vous vous poserez automatiquement à savoir « est-ce que j’en suis capable, est-ce que j’ai raison de le faire ?

Mais demandez-vous : est-ce que j’en ai envie ?

De la force de votre désir en découlera tout le reste à savoir, la faisabilité de votre projet, l’approbation de votre entourage, etc.

Clarifiez votre désir vous permettra de vous rendre compte des étapes à franchir pour vous réaliser.

Cela rendra l’avenir moins intimidant.

Peut-être que l’enjeu ne soit pas de partir ou de rester, mais de devenir qui vous êtes réellement, ici ou ailleurs.

Alors, maintenant que vous avez pris conscience de certaines choses, est-ce que la question : “se reconvertir, mais dans quoi ?” est-elle encore pertinente ?

Gardez à l’esprit que se reconvertir, changer de métier, quitter son job pour entreprendre ou changer de vie est l’occasion de vous exprimer tel que vous êtes.

C’est l’opportunité d’être enfin la personne que vous êtes vraiment plutôt que la personne que les autres attendent de vous ou que la société a faite de vous.

Pour aller plus loin :

👉Maintenant, si vous en avez assez de l’anxiété vis-à-vis de l’avenir, des peurs et des excuses qui vous empêchent d’avoir un job qui répond à vos attentes, il existe une solution simple et rapide.

Vous allez découvrir mes meilleurs trucs, astuces et stratégies qui ont permis de faciliter la reconversion de centaines de personnes et qui vous aideront à faire le métier que vous souhaitez. Je vous l’offre gratuitement. Cliquez en dessous pour recevoir le guide de reconversion professionnelle.👇👇👇

A lire aussi :

Trouver sa vocation : 13 conseils à suivre pour se secouer

Reconversion professionnelle : Tuer son troll et quitter sa zone de confort

FIN DU SALARIAT : Se reconvertir avant le gong

Se reconvertir professionnellement pour les mauvaises raisons

MULTIPOTENTIALITÉ : quand trouver sa voie devient une galère !

Comment TROUVER SA VOIE PROFESSIONNELLE? 7 questions tests à se poser

Comment trouver sa passion ? Les 5 questions à se poser

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

reconversion professionnelle

Être MULTIPOTENTIEL c’est avoir les défauts de ses qualités

Être multpotentiel c’est aussi être un éternel angoissé.

  • Vous vivez des débordements de cerveaux lorsque vous voulez être réaliste ?
  • Vous avez du mal avec votre capacité à gérer votre perception du réel ?
  • Vous avez aussi des difficultés à résoudre des situations stressantes ou conflictuelles ?
être multipotentiel, trouver sa voie multipotentiel,Apprendre à se connaître, citation apprendre à se connaître, citation osez briller, citation la solution est en vous, la solution est en vous, citation apprendre, citation se connaître, apprendre à apprendre, comment apprendre à se connaître, se connaître test
S’assumer d’être multipotentiel!

Bienvenue dans la matrice des multipotentiels

Quand j’étais enfant, j’arrivais à ressentir sous forme d’angoisses des catastrophes imminentes ou à venir.

Attention, je ne suis pas en train de dire que j’ai des dons surnaturels.

Juste de manière générale, et il se peut que ça soit aussi votre cas, je ne suis pas resté très longtemps insouciant.

Comme tout multipotentiel, je me suis posé beaucoup trop tôt des questions existentielles, et je m’en suis posé tout au long de mon adolescence comme: “comment trouver sa voie quand on est multipotentiel ?

Des questions concernant la misère et la guerre, la sexualité et la mortalité, l’injustice et les vices humains.

Cette tendance à trop percevoir et à réfléchir sur les tenants et aboutissants des choses et des êtres amène beaucoup d’entre nous à trouver des problèmes là où il n’y en a pas ou peu.

Si comme moi, en tant que multipotentiel, votre vigilance excessive vous a amené à vous construire sur une représentation dramatique de la vie, et que cette représentation produit des scénarios catastrophes à tout bout de champ.

Ralentissez !

Ralentissez, car cela peut devenir une véritable fabrique à inquiétudes permanentes.

Être multipotentiel : la fabrique à inquiétudes permanentes

Aujourd’hui j’ai su me servir de cette capacité de perception.

Je l’utilise pour identifier ce qui ne va pas lorsque j’accompagne une personne en reconversion qui se met à paniquer alors qu’elle est à deux doigts d’avoir des résultats.

C’est tout d’un coup le déséquilibre dans sa tête.

Ses capacités de perception et de traitement de l’information ne sont plus gérées par sa capacité à modérer ses réflexions.

Du coup on baigne dans la sur-stimulation de son système nerveux. Vous me suivez ?

Cette capacité de modération lui permet de trouver le plus correctement possible le ou les mécanismes de défense les mieux adaptés à une situation rencontrée.

Du coup elle peut alors rentrer dans le déni, la dénégation ou le refoulement… sans parler de la peur de passer à côté de sa vie !

Ceci dit, parlons aussi de la curiosité angoissante.

La curiosité angoissante de la multipotentialité

On entend tout le temps qu’être multipotentiel c’est être curieux de tout.

Mais, la curiosité peut-être un vilain défaut.

Notamment quand la curiosité nous amène à nous disperser dans de nombreuses activités que l’on approfondit peu ou pas du tout

Et lorsque l’on se passionne pour une nouvelle activité, soit on se transforme en perfectionniste soit en bâcleur.

À côté de ça et pour vous faire une confidence.

Plus jeune, je me suis réfugié dans les jeux vidéo et la rêverie tout en manifestant mon refus de m’identifier aux problèmes des autres gosses de mon âge.

Je préférais traîner avec les plus âgés par avidité intellectuelle.

Je me sentais décalé par rapport aux autres jeunes.

J’en éprouvais un sentiment de ne pas être normal, d’être rejeté, ce qui a aussi engendré un vécu de solitude profonde.

Sans parler des règles et de la rigueur qui représentaient pour moi des contraintes auxquelles je m’adaptais souvent mal.

Les défauts de nos qualités de multipotentiel

  • Être multipotentiel c’est avoir les défauts de ses qualités.

Comme la qualité de traiter l’information plus rapidement, plus intuitivement et d’avoir une meilleure mémoire en qualité et quantité.

Ce qui permet d’apprendre plus facilement certes, mais ça créé des angoisses par trop d’abondances.

J’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet que vous trouverez sur https://www.kmeo.fr/.

  • Parlons d’humour !

Souvent utilisé par beaucoup non pas pour amuser la galerie, mais par mécanisme de défense.

Ce qui fait de nous, multipotentiels, des personnes relativement susceptibles et mauvaises joueuses.

  • Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vivre de fulgurantes réussites sans effort ?

Si c’est le cas, il est possible que cela vous ait faussé votre capacité à raisonner.

Et à être objectif sur vous-même. Car le jour où vous ne réussirez pas, vous vous blâmerez en rentrant dans le tout ou rien.

  • Car être multipotentiel c’est aussi raisonner selon la « loi du tout ou rien ».

Vous pouvez vous bloquer ou vous noyer dans un verre d’eau face à des épreuves à réaliser nécessitant un apprentissage par test et erreurs, un certain effort de travail ou une bonne dose de patience.

  • L’hyperlucidité des multipotentiels peut être un atout pour identifier les tenants et les aboutissants d’une situation, notamment sociale ou relationnelle, mais cela peut aussi être source d’inquiétudes.

Sans parler de l’hypervigilance qui pousse à la dramatisation.

  • L’acuité c’est-à-dire votre sensibilité amène souvent à de l’impatience vis-à-vis de soi ou des autres.

Préférant les réponses directes ou synthétique plutôt que les longues argumentations.

Du coup lorsqu’un multipotentiel s’exprime il peut être tellement succinct dans ses explications que cela peut engendrer des incompréhensions ou des interprétations.

Ce qui peut-être à l’origine de grosses difficultés relationnelles.

La curiosité est un vilain défaut ?

Je parlais tout à l’heure de curiosité, celle-ci est l’une des caractéristiques des multipotentiels.

Souvent ouverts à l’exploration, on se disperse et on se limite à un raisonnement superficiel notamment lorsqu’un sujet ne nous intéresse pas.

On se rappellera tous de certains cours à l’école.

En revanche, on est capable d’acharnement au travail si, par chance, on se découvre une passion ou si on exerce une activité dans le sens de nos intérêts.

Ce qui aide pour trouver une idée de projet professionnel et lancer son projet passion.

Du coup, on s’investit tellement que l’on compromet d’autres domaines d’apprentissage nécessaires à un équilibre personnel.

Personnellement, j’ai failli raté mon bac à cause de la musique.

J’étais tellement passionné par mon groupe de musique que j’y pensais matin, midi, soir et même pendant la nuit en rêvant.

Être multipotentiel c’est être conscient de sa force psychique

Être multipotentiel c’est être conscient de sa force psychique et très souvent en tant que multipotentiel on a du mal à supporter toute forme d’autorité.

En général lorsque l’on ne supporte pas le cadre scolaire il y a de fortes chances de ne pas apprécier le cadre managérial.

On aura tendance à décrier, défier ou contourner ce dernier.

Si lors de votre vie, vous avez été catalogué, mis à l’écart, sanctionné à cause de vos spécificités comportementales, ne vous blâmez pas.

Ne vous blâmez pas, car vous avez juste refusé que l’on vous rentre de force dans une case ou que l’on vous mette une étiquette.

Même si être multipotentiel peut s’apparenter à se mettre une étiquette sur le front.

Et en fonction du degré de votre sensibilité à l’injustice et de vos mécanismes de défense, vous serez plus à même de reprendre le pouvoir de votre potentiel.

Multipotentiels, reprenez le pouvoir !

Ce « multipotentiel » que la société n’a pas su vous faire exprimer.

Servez-vous de votre besoin de vous différencier pour assumer aujourd’hui le fait d’être multipotentiel.

Je sais ce que c’est que d’être partagé entre son désir de réussir, sa lucidité quant à son imperfection et son avidité de reconnaissance…

On préfère se dévaloriser ou ne rien faire plutôt que de s’apercevoir qu’on ne maîtrise pas un domaine ou que la voie à suivre est à nos yeux trop longue.

Il ne vous faut donc pas développer votre estime de vous-même, car vous en avez déjà, mais puisque celle-ci est fragile il vous faut la consolider.

Ayez l’audace d’affirmer que vous avez un potentiel unique et de vous affirmer au travail.

Il vous faut vous donner des gages de confiance en vous prouvant que vous êtes capable.

Mettez de côté votre sensibilité au regard des autres et lancez vous dans un projet qui vous tient à cœur, qui mobilisera toutes vos capacités de multipotentiel.

Valorisez vous vous-même, n’attendez pas que quelqu’un le fasse pour vous, vous pourriez attendre longtemps.

Vous êtes multipotentiel soyez-en persuadé !

Ne privez pas le monde d’une partie de votre force vive.

Le monde a besoin de vous !

Pour aller plus loin:

Si vous pensez être multipotentiel et que vous voulez comprendre votre fonctionnement pour le mettre à contribution de votre potentiel et d’un projet qui vous ressemble. Pensez au coaching. Contactez Jordane en demandant votre séance découverte.

Être multipotentiel et faire un choix : entre appréhension et damnation

MULTIPOTENTIALITÉ : quand trouver sa voie devient une galère !

Comment TROUVER SA VOIE : découvrir enfin pour quoi je suis fait

Trouver sa vocation : 13 conseils à suivre pour se secouer

APPRENDRE Á SE CONNAÎTRE : LA surprenante raison de vos ÉCHECS